Navigation – Plan du site
Document/Sources

Attribuer, s’approprier et construire l’espace urbain colonial

Le cadastre comme source d’information
Share, appropriate and build the colonial urban space
Sofie Boonen

Entrées d’index

Index de mots-clés :

archives, cadastre

Index by keyword :

Archives, cadaster

Indice de palabras clave :

archivos, catastro

Schlagwortindex :

Archive, Kataster

Parole chiave :

archivi, catasto

Index géographique :

Afrique, Afrique centrale, Lubumbashi

Index chronologique :

XXe siècle

Territoires anciens :

Élisabethville, Elisabethstad
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Claudine Piaton, « Les actes de vente des villes du canal de Suez », ABE Journal [en ligne], 2 | 20 (...)
  • 2 Cette analyse fait partie d’une recherche doctorale menée par l’auteur au Département d’Architectur (...)

1En présentant le cas d’étude de Port-Saïd, Claudine Piaton a démontré la richesse des fiches cadastrales dont l'exploitation du contenu permet une analyse précise de la corrélation entre la société urbaine cosmopolite et les styles architecturaux existants dans la ville.1 Dans notre recherche sur la ville de Lubumbashi (l’ancienne Élisabethville), deuxième centre urbain de la République démocratique du Congo, nous nous sommes concentrés sur la propriété foncière des membres des communautés non belges présentes dans la ville durant l’époque coloniale afin d’étudier sa géographie sociale, en utilisant le fonds cadastral. Nous avons créé une cartographie détaillée de la distribution des communautés dans l’espace qui, en confrontation avec les rapports officiels de l’époque, la littérature existante et l’histoire orale, nous a permis de mettre en question et de nuancer l’image d’une ville coloniale binaire.2

2Le fonds cadastral est conservé aux Archives africaines, les archives de l’ancien ministère des Colonies, qui se trouvent au ministère des Affaires étrangères, du Commerce extérieur et de la Coopération au Développement à Bruxelles. La partie couvrant le territoire de la province du Katanga de 1910 à 1960 est constituée de quelques dizaines de mètres de cartes cadastrales, c’est-à-dire une collection de 194 fichiers contenant chacun cent actes de vente ; une grande majorité d’entre eux décrivent des transactions pour des parcelles situées à Élisabethville.

  • 3 Un autre fonds d’archives directement relié au cadastre était celui du CSK, organisme parastatal al (...)
  • 4 Le fonds d’archives conservé aux archives du Service du cadastre à Lubumbashi, organisé par parcell (...)

3Le matériel cadastral semble à première vue une source d’informations très objective, détaillée et exhaustive, une base consistante qui permet une étude de la géographie sociale de la ville à la plus petite échelle. Nous nous sommes pourtant rapidement heurtés à plusieurs difficultés. Celles-ci n’étaient pas seulement liées à la classification adoptée par les autorités coloniales, mais aussi à l’incomplétude et à l’inaccessibilité d’une grande partie des archives relatives au Congo Belge. Leur disponibilité aurait permis de confronter ces informations cadastrales à d’autres documents.3 La classification des fiches selon la chronologie des transactions effectuées empêchait la vue d’ensemble des propriétaires successifs d’une parcelle ; ces informations ne pouvant être obtenues qu’en parcourant tous les actes de vente et en les classant par parcelle4. De plus, les fiches ne donnaient pas la nationalité ou l'origine propriétaires. Ces informations ont dû être recoupées avec des interviews sur place, les archives de l’état civil à Lubumbashi et la littérature existante. Enfin, la localisation exacte des parcelles n’était pas indiquée sur les fiches cadastrales : la numérotation des fiches ne correspondait pas à celle trouvées sur les rares cartes cadastrales retrouvées ; seuls les noms des avenues étaient indiqués. Cet écueil a pu être partiellement contourné, en partant de lieux identifiés avec certitude et en procédant par élimination. Toutes les informations ont été reprises dans une base de données informatisée spécialement créée, qui combine toutes les informations relatives aux parcelles, dans le temps, par propriétaire..., et qui utilise la géolocalisation pour obtenir la visualisation sur une carte.

4Même si l’ensemble des sources consultées restait lacunaire, le fonds cadastral constitue une base solide de données objectives qui, par leur caractère et leur quantité, nous a permis de cartographier et analyser la géographie sociale d’Élisabethville. Notre compréhension du processus complexe d’attribution et d’appropriation de l’espace urbain s’est affinée : nous avons ainsi vérifié et confronté l’histoire orale de la ville à des sources objectives, ce qui nous a permis de lui donner parfois une autre signification. En outre, nous avons pu confronter les intentions des autorités (qui ressortent souvent assez clairement dans les rapports et les correspondances officiels) à la réalité urbaine.

  • 5 Le terme « Blancs de second rang » ou « gens de couleur » était généralement utilisé pour indiquer (...)
  • 6 Contrairement au reste du Congo belge, où les autorités ne visaient pas de « colonisation de peuple (...)

5Le modèle binaire de la société coloniale transparaissait très fortement dans la législation sur la migration, en limitant l’accès à la ville aux « Blancs de second rang »5 (Portugais, Grecs, Juifs...).6 La législation foncière interdisait quant à elle l’accès à la propriété privée à toute la population africaine. Cependant, tandis que la littérature existante sur la ville a souligné son organisation spatiale binaire, nous avons pu démontrer que les autorités coloniales désiraient créer non seulement des quartiers bien définis pour Européens et Africains, mais aussi pour les « Blancs de second rang ». La stratification qui plaçait les Belges en haut de l’échelle sociale et ces « Blancs de seconde zone » dans le bas de la même échelle, se traduisait ainsi dans l’espace urbain. Cependant, nous avons pu montrer que le modèle que cherchaient à réaliser les autorités coloniales, avec un centre-ville belge et des zones tampon destinées aux « gens de couleur » au-delà des limites du quartier européen, n’a jamais pu être implémenté. Quoique l’attribution de l’espace urbain se fît initialement selon des critères raciaux, le statut social allait rapidement primer dans la réelle occupation de l’espace. L’importance économique des « gens de couleur » par rapport aux candidats-colons belges leur donnait une marge de manœuvre qui allait à l’encontre du schéma spatial préconisé par l’administration : le centre-ville était occupé majoritairement par des personnes non belges tandis les colons belges s’établissaient dans le bord de la grille urbaine.

Illustration 1 : Acte de vente d’une parcelle à Élisabethville.

Illustration 1 : Acte de vente d’une parcelle à Élisabethville.

Source : Bruxelles (Belgique), ministère des Affaires étrangères, Archives africaines, fonds du cadastre, Katanga DV, folio 35.

Illustration 2 : Visualisation des Propriétés des Juifs Ashkénazes dans le quartier.

Illustration 2 : Visualisation des Propriétés des Juifs Ashkénazes dans le quartier.

Source : Schéma basé sur des données recueillies dans le fonds du cadastre, Bruxelles (Belgique), ministère des Affaires étrangères, Archives africaines. Schéma dessiné par Sam Lanckriet et Sofie Boonen, Université de Gand.

Haut de page

Notes

1 Claudine Piaton, « Les actes de vente des villes du canal de Suez », ABE Journal [en ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 01 septembre 2013, URL : http://dev.abejournal.eu/index.php?id=580.

2 Cette analyse fait partie d’une recherche doctorale menée par l’auteur au Département d’Architecture et d’Urbanisme à l’Université de Gand. Cf. Sofie Boonen, Fixer, franchir et reconsidérer les limites. Gouvernance et développement urbain à Élisabethville coloniale (RDC), Université de Gand (en préparation).

3 Un autre fonds d’archives directement relié au cadastre était celui du CSK, organisme parastatal alors propriétaire de toutes les parcelles de la ville et qui était chargé de leur gestion. Des fonds d’archives importants existent encore aussi à Lubumbashi : entre autres, services du cadastre, des travaux publics, de l’urbanisme et de l’état civil. Ces fonds ne sont malheureusement pas conservés dans les meilleures conditions. De nombreux documents ont été perdus au cours du temps ; ceux qui sont encore conservés se trouvent dans des locaux non adaptés à une conservation à long terme et ne sont généralement pas inventoriés. Le travail dans les archives demande là-bas une préparation considérable puisque l’obtention des autorisations officielles dans les différents services de l’administration urbaine constitue souvent une entreprise complexe et de longue durée.

4 Le fonds d’archives conservé aux archives du Service du cadastre à Lubumbashi, organisé par parcelle, aurait pu donner immédiatement cette vue d’ensemble. Malheureusement, une grande partie de ce fonds a été perdue au cours du temps et les grandes lacunes dans les données expliquent qu’il ne peut plus constituer la base de notre analyse.

5 Le terme « Blancs de second rang » ou « gens de couleur » était généralement utilisé pour indiquer les détaillants italiens, grecs et portugais qui entretenaient des contacts commerciaux avec les deux communautés africaine et européenne, mais visaient particulièrement une clientèle africaine. Cf. Lwamba Bilonda, Histoire de l’onomastique d’avenues et de places publiques de la ville de Lubumbashi (de 1910 à nos jours), Lubumbashi : Presses universitaires de Lubumbashi, 2001, p. 28.

6 Contrairement au reste du Congo belge, où les autorités ne visaient pas de « colonisation de peuplement », l’administration du Katanga essaya d’implanter une population urbaine belge stable pour contrer le grand nombre de migrants non-belges arrivant d’Afrique australe via le chemin de fer. Parallèlement, les flux migratoires furent strictement contrôlés par le Service de migration en appliquant une sélection socio-économique et raciale. Cf. Bruxelles (Belgique), ministère des Affaires étrangères, Archives africaines, GG . 20.434, Police territoriale Élisabethville immigration et immatriculation ; GG. 13.733, État-civil Élisabethville Service Population Blanche immigration ; GG. 17.299 Police Élisabethville expulsions 1930/34 immigration et immatriculation 1934/45.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : Acte de vente d’une parcelle à Élisabethville.
Crédits Source : Bruxelles (Belgique), ministère des Affaires étrangères, Archives africaines, fonds du cadastre, Katanga DV, folio 35.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/2557/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Illustration 2 : Visualisation des Propriétés des Juifs Ashkénazes dans le quartier.
Crédits Source : Schéma basé sur des données recueillies dans le fonds du cadastre, Bruxelles (Belgique), ministère des Affaires étrangères, Archives africaines. Schéma dessiné par Sam Lanckriet et Sofie Boonen, Université de Gand.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/2557/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 687k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sofie Boonen, « Attribuer, s’approprier et construire l’espace urbain colonial », ABE Journal [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 15 septembre 2015, consulté le 22 août 2017. URL : http://abe.revues.org/2557 ; DOI : 10.4000/abe.2557

Haut de page

Auteur

Sofie Boonen

Doctorante, Department of Architecture and Urban Planning, Université de Gand, Gand, Belgique

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue ABE Journal est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo In Visu
  • Revues.org