Navigation – Plan du site
Dossier : South America

Buenos Aires (1880-1960). Transferts techniques et culturels.

Buenos Aires (1880-1960). Technical and cultural transfers
Thibault Bechini

Résumés

À la fin du XIXe siècle, Buenos Aires draine d'importants flux migratoires venus d'Europe. À cette époque, la ville apparaît comme un chantier perpétuel, qui réunit de nombreux architectes, ingénieurs et entrepreneurs nés outre Atlantique. Si Buenos Aires est souvent présentée comme un « Paris austral », du fait de l'haussmannisation de son centre-ville voulue par l'Intendant Torcuato de Alvear dans les années 1880, les formes architecturales de la ville attestent de manière plus large du rôle joué par les transferts techniques et culturels dans la production du bâti. S'intéresser au secteur de la construction porteña permet de saisir à quel point la réception locale des canons européens est sujette à réappropriation ; une tension constante s'établit entre les « modèles » supposés d'urbanisation et leur interprétation argentine. Porter attention à l'évolution des maisons de Buenos Aires, depuis la réinvention du plan de la « maison coloniale » jusqu'à la construction de maisons modernes en banlieue, comme celles dessinées par Walter Gropius, Auguste Perret ou Le Corbusier, rappelle que l'introduction du moindre élément stylistique ou technique est un compromis entre la « modernité européenne » et l'art de construire vernaculaire, même lorsque les professionnels impliqués dans le secteur de la construction sont nés en Europe. Il est ainsi nécessaire de mettre en avant les relations que les architectes et ingénieurs européens entretiennent avec le marché argentin de la construction. Les liens tissés entre la France et l'Argentine dans ce domaine révèlent une multitude de points de contact entre les cercles diplomatiques, financiers et architecturaux. Si le marché argentin de la construction peut apparaître comme une opportunité commerciale pour les entrepreneurs français, les « transferts inverses » qui permettent aux ingénieurs et architectes étrangers de tirer profit de leur expérience argentine dans leurs réalisations postérieures sont à mentionner. Leur voyage sud-américain semble souvent une excellente manière d'améliorer leur condition professionnelle. Il suffit de s'intéresser aux trajectoires suivies par différents architectes et ingénieurs pour s'en convaincre. Le secteur de la construction porteña n'est pas seulement un champ d'application fécond pour les théories architecturales européennes, mais aussi un cas d'école qui enrichit les débats et les échanges entre les professionnels français et argentins.

Haut de page

Texte intégral

1À la fin du XIXe siècle, Buenos Aires draine d'importants flux migratoires venus d'Europe. À cette époque, la ville apparaît comme un chantier perpétuel, qui réunit de nombreux architectes, ingénieurs et entrepreneurs nés de l'autre côté de l'Atlantique. Si Buenos Aires est souvent présentée comme un « Paris austral » - du fait de l'haussmannisation de son centre-ville voulue par l'Intendant Torcuato de Alvear dans les années 1880 –, les formes architecturales de la ville attestent de manière plus large du rôle joué par les transferts techniques et culturels dans la production du bâti.

  • 1 Porteño est le gentilé utilisé pour Buenos Aires.

2S'intéresser au secteur de la construction porteña1 permet de saisir à quel point la réception locale des canons européens est sujette à réappropriation ; une tension constante s'établit entre les « modèles » supposés d'urbanisation et leur interprétation argentine. Porter attention à l'évolution des maisons de Buenos Aires – depuis la réinvention du plan de la « maison coloniale » jusqu'à la construction de maisons modernes en banlieue, comme celles dessinées par Walter Gropius, Auguste Perret ou Le Corbusier - rappelle que l'introduction du moindre élément stylistique ou technique est un compromis entre la « modernité européenne » et l'art de construire vernaculaire, même lorsque les professionnels impliqués dans le secteur de la construction sont nés en Europe.

3Il est nécessaire de mettre en avant les relations que les architectes et ingénieurs européens entretiennent avec le marché argentin de la construction. Les liens tissés entre la France et l'Argentine dans ce domaine révèlent une multitude de points de contact entre les cercles diplomatiques, financiers et architecturaux. Si le marché argentin de la construction peut apparaître comme une opportunité commerciale pour les entrepreneurs français, on doit mentionner les « transferts inverses » qui permettent aux ingénieurs et architectes étrangers de tirer profit de leur expérience argentine dans leurs réalisations postérieures. Leur voyage sud-américain semble souvent une excellente manière d'améliorer leur condition professionnelle. Il suffit de s'intéresser aux trajectoires suivies par différents architectes et ingénieurs pour s'en convaincre. Le secteur de la construction porteña n'est pas seulement un champ d'application fécond pour les théories architecturales européennes, mais aussi un cas d'école qui enrichit les débats et les échanges entre les professionnels français et argentins.

Le compromis constant entre la « modernité européenne » et l'art de construire vernaculaire

Buenos Aires fin-de-siècle : entre haussmannisation et italianisation du bâti

  • 2 Jean-Luc Pinol (dir.), Histoire de L’Europe Urbaine, Paris : Le Seuil, 2003 (Univers historique) ; (...)
  • 3 Elisa Radovanovic, Buenos Aires, Avenida De Mayo, Buenos Aires : Ediciones Turísticas De Mario Ban (...)
  • 4 James R. Scobie, Buenos Aires : Plaza To Suburb, 1870-1910, New York, NY : Oxford University Press, (...)
  • 5 La Arquitectura en Buenos Aires (1850-1880), Buenos Aires : La Municipalidad, 1972 (Cuadernos de Bu (...)

4L'européanisation que connaissent les capitales latino-américaines à la fin du XIXe siècle a fait l'objet de publications nombreuses, qui ne laissent pas de rappeler le poids des « modèles » européens en matière d'habitat2. L'haussmannisation de Buenos Aires - étudiée par Elisa Radovanovic3 - s'accompagne d'écarts au modèle parisien qui affectent directement le secteur de la construction privée. Les mutations urbaines4 et architecturales5 de la fin du XIXe siècle relèvent moins de la stricte conformation au modèle parisien que d'emprunts divers, dont l'adaptation aux réalités locales qui nourrit une production immobilière très hétérogène. Par ailleurs, l'haussmannisation de Buenos Aires débute à l'époque où des courants stylistiques comme l'Art nouveau commencent à concurrencer l'académisme « Beaux-Arts », brisant ainsi, l'unité façadière des avenues porteñas présentées comme haussmanniennes.

5La maison de rapport de type haussmannien a ses spécificités porteñas, que la seule étude des façades ne permet pas toujours de discerner. Les limites imposées à la hauteur des édifices par l'intendance de Buenos Aires restreignent le nombre des étages des premiers immeubles bâtis sur l'avenue de Mayo, percée haussmannienne dont les travaux commencent en 1885. Les quatre étages porteños se substituent aux six étages parisiens. Les maisons de rapport alors construites ne sont pas nécessairement couronnées d'un étage mansardé, traditionnellement dédié au logement des domestiques. À la verticalité parisienne, Buenos Aires substitue la profondeur de ses parcelles, qui favorisent une multiplication horizontale des pièces (illustration 1). Deux solutions s'offrent alors pour le logement des domestiques. D'une part, la parcelle porteña permet de créer des chambres de service adjacentes à la cuisine, selon les modèles viennois et londoniens ; dans ce cas, l'escalier de service, caractéristique des immeubles parisiens, n'est pas toujours conservé. D'autre part, le schéma de l'altillo (illustrations 2A et 2B – pièce de service, semblable à une soupente,qui surmontela cuisine des maisons porteñas traditionnelles -, peut être intégré aux appartements haussmanniens, en jouant des hauteurs sous plafond ; l'usage local vient alors enrichir le modèle parisien (illustration 3).

Illustration 1 : Multiplication horizontale des pièces.

Illustration 1 : Multiplication horizontale des pièces.

Coupe longitudinale pour un projet d'immeuble rue Corrientes, élevé sur une parcelle de 15 x 60 mètres, pour le compte de la Compañía Comercial de Ascensores Italianos Stigler.

Illustration 2 : schéma de l'altillo.

Illustration 2 : schéma de l'altillo.

L'altillo, surélévation des pièces de service situées en fond de parcelle, correspond à la partie rosée de la coupe. Permis de construire déposé pour la maison de Pedro F. Diaz, rue Charcas (1887).

Source : Institut Historique de Buenos Aires.

Source : El Arquitecto, février 1924.

Illustration 3 : Introduction du schéma de l'altillo dans une maison de rapport de type haussmannien.

Illustration 3 : Introduction du schéma de l'altillo dans une maison de rapport de type haussmannien.

Introduction du schéma de l'altillo dans une maison de rapport de type haussmannien grâce aux hauteurs de plafond. Un escalier en colimaçon conduit de la cuisine à la chambre de service. Plan des étages de l'immeuble Saint Frères, construit à l'angle des rues Alsina et Tacuari.

Source : El Arquitecto, août 1924

  • 6 D'un point de vue urbanistique, la trame fournit par la Cuadra - ou îlot - de l'époque coloniale, e (...)
  • 7 Alberto B. Martinez, Baedeker de la Republica Argentina, Buenos Aires : J. Peuser, 1904.
  • 8 Blas Matamoro, La Casa Porteña, Buenos Aires : Centro Editor de América Latina, 1971 (La Historia p (...)
  • 9 Guy Bourdé, Urbanisation et immigration en Amérique Latine : Buenos Aires, XIXe-XXe siècles, Paris  (...)

6Si les années 1880 marquent bien un tournant pour le secteur de la construction privée, alors en pleine expansion et plus perméable que jamais aux apports européens, elles ne signent pas pour autant la disparition de la matrice domestique originelle, héritée de la période coloniale6. Bien que les vieilles maisons porteñas (illustration 4A) tendent à disparaître du paysage urbain, les nouvelles constructions conservent en partie le plan des anciennes casas coloniales (illustration 4B). Le président Domingo F. Sarmiento (1868-1874), dans un texte sur l'habitat de Buenos Aires inséré dans le guide Baedeker de l'Argentine7, établit une intéressante corrélation entre le début de l'immigration massive et l'apparition de nouvelles formes d'habitat : « Si quand l'immigrant arrive, on ne construit plus de maisons depuis longtemps, il apporte avec lui d'autres formes, d'autres idées de construction, un savoir professionnel. L'architecte commence à se substituer au maçon ; les bras abondent, la prospérité croît ; et comme, d'ordinaire, les maçons sont italiens, ils introduisent les médaillons, les moulures, les frises dentées, les architraves et les dentelles saillantes ». L'italianisme néo-renaissant, de même que les modifications apportées au plan traditionnel de la casa colonial, apparaissent comme la conséquence de l'installation de contingents italiens à compter des années 1850, à tel point que l'on a pu parler de « Buenos Aires italienne »8. Ainsi, les premières vagues d'immigration italienne transforment spontanément les casas coloniales en « maisons pompéiennes », les fioritures néo-renaissantes venant tempérer l'austérité des vieilles maisons hispaniques (illustration 5A). La demeure coloniale était vaste, s'organisait autour de plusieurs patios, disposait de nombreuses pièces ; les immigrés italiens, séduits par les belles dimensions des vieilles maisons de l'aristocratie créole, dont ils modifient le schéma, conservent le principe d'un nombre important de piezas. Il existe une hiérarchie des espaces : le comedor (salle à manger), espace familial par excellence, demeure généralement la plus grande des pièces, la seule à être pourvue d'une cheminée en maçonnerie ; seule la sala (pièce de réception) des maisons les plus cossues est de grande taille. Les dormitorios (chambre à coucher), souvent au nombre de quatre ou cinq, ne se caractérisent pas par leur exiguïté, à la différence des pièces de service, le plus souvent reléguées en fond de parcelle (illustration 5B). Ce nouveau canevas domestique, dont le surnom populaire de casa chorizo désigne les enfilades de pièces, est unanimement adopté par l'ensemble des Porteños, qui se font désormais bâtir des « maisons pompéiennes »9.

Illustration 4: Maison coloniale de Buenos Aires (A) et plan d'une maison coloniale (B).

Illustration 4: Maison coloniale de Buenos Aires (A) et plan d'une maison coloniale (B).

Source : Gravure tirée du Voyage à la Plata d'Émile Daireaux, publication en feuilleton dans la revue Le Tour du Monde, 1887-1888 (A) et extrait de l' « Étude de géographie urbaine » qu'Hélène de Martonne, publie en 1935 dans les Annales de Géographie (B).

Illustration 5: façade italianisante (A) et Plan colonial réaménagé (B).

Illustration 5: façade italianisante (A) et Plan colonial réaménagé (B).

Permis de construire déposé pour la maison de Pedro F. Diaz, rue Charcas, 1887. La taille des patios est réduite, les pièces en enfilade sont plus nombreuses.

Source : Institut Historique de Buenos Aires.

La banlieue porteña, laboratoire architectural de l'Entre-deux-guerres

7Les maisons élevées dans la banlieue de Buenos Aires au cours des années 1930 et 1940 attestent elles aussi de cette tension constante entre apports européens et conditions locales de construction. Certaines banlieues résidentielles, comme Olivos, située au Nord-Ouest de Buenos Aires, font figure de laboratoires architecturaux. Ancienne station d'été de l'oligarchie porteña, Olivos s'affirme dans les années 1920 comme une banlieue élégante. Située à une vingtaine de kilomètres de la capitale et desservie par le chemin de fer, Olivos séduit les acquéreurs de pavillons suburbains, souvent enclins à expérimenter des solutions constructives nouvelles. La revue Nuestra Arquitectura, fondée en 1929, présente régulièrement des projets de villas plus ou moins ambitieux réalisés à Olivos. Ainsi, le numéro de mars 1932 est en partie consacré à deux petites maisons bâties à Olivos par l'architecte Wladimiro Acosta. Les deux projets de l'architecte conjuguent les préceptes hygiénistes alors en vogue et les impératifs de la parcelle porteña traditionnelle de 8,66 mètres de large. Ces maisons suburbaines, construites sur deux parcelles de 300 m2, incluent piscine et garage, attributs indispensables des pavillons de banlieue ; leur distribution intérieure, qui se veut fonctionnelle, tente de tirer parti des contraintes imposées par l'exiguïté qui caractérise la parcelle porteña.

  • 10 Maurice Culot, David Peycéré, Gilles Ragot, Les Frères Perret, L'œuvre complète. Les archives D (...)

8La maison qu'Henry Goffre commande aux frères Perret pour sa propriété d'Olivos s'inscrit elle aussi dans cette perspective d'expérimentation architecturale. La Villa Goffre (1939-1940) est généralement présentée comme la matérialisation de deux projets franciliens inaboutis, fusionnés pour donner naissance à la demeure d'Henry Goffre. Les deux référents de la Villa Goffre seraient la maison imaginée pour Marc Chagall (Bellevue, commune de Meudon, 1927) et celle conçue pour le couturier Jacques Rodier (Saint-Cloud, 1931)10. L'observation des plans, coupes et élévations permet cependant de noter l'intégration de quelques éléments nouveaux, spécifiquement porteños. Si le toit-terrasse de la Villa Goffre s'apparente à celui de la Villa Chagall, un solarium y est apparu, dont la présence n'étonne guère à Olivos, ancienne station d'été de l'oligarchie porteña située à proximité du Rio de la Plata. De façon comparable, l'organisation de l'aile de service, avec son soubassement à usage de garage, bien qu'inspirée des communs de la Villa Rodier, obéit à un schéma typiquement porteño : plutôt qu'un corridor, c'est une galerie ouverte sur le jardin qui met en communication les pièces de service, conformément à la tradition locale. La Villa Goffre apparaît, à plusieurs titres, comme une réalisation originale : fusion de deux projets inaboutis, sa structure est un hymne aux potentialités du béton armé qui intègre des éléments spécifiquement porteños.

  • 11 Daniel Merro Johnston, El autor y el intérprete : Le Corbusier y Amancio Williams en La Casa Curutc (...)

9Des compromis similaires peuvent être relevés dans la conception de la Villa Curutchet à La Plata (1948-1955), construite par Le Corbusier avec la collaboration de l'architecte argentin Amancio Williams11. Pour satisfaire aux exigences du commanditaire, le docteur Pedro Curutchet, un patio de service est créé à proximité de la cuisine, selon l'usage local. En outre, la parcelle argentine de huit mètres de façade, legs de l'époque coloniale, apparaît comme un véritable laboratoire architectural, dont les contraintes stimulent l'imagination des architectes à l'affût de solutions constructives fonctionnelles.

10Ainsi, dans les années 1930, Walter Gropius, et son collaborateur Frank Moller, architecte allemand établi à Buenos Aires, conçoivent un type de maison économique adapté aux exigences de la parcelle porteña (illustration 6). Les deux architectes mettent au point une maison standard, baptisée « casa barata » (« maison bon marché »), dont le projet est présenté dans la revue Nuestra Arquitectura en 1932. Le programme vise à construire une maison destinée à des employés de bureau - « personas ocupadas en oficinas » - et s'inscrit dans une réflexion plus large sur le logement des classes moyennes émergentes. Le logement est destiné à un ménage sans enfant, mais des possibilités d'agrandissement sont prévues. Le fonctionnalisme qui guide dans la distribution des pièces va de pair avec l'importance donnée à la culture physique, la maison comprenant une piscine et une terrasse couverte où sont placés des appareils de gymnastique. Bien que ce projet soit adapté aux exigences de la parcelle porteña, on relève une inversion significative dans l'organisation interne du logement : alors que le comedor (salle à manger), espace familial par excellence des vieilles maisons porteñas, se trouvait généralement localisé en fond de parcelle et précédait la cuisine, il se trouve ici placé en façade, tandis que le « living-room » ouvre sur la terrasse, située à l'arrière de la maison, alors que l'antique sala des demeures coloniales avait pignon sur rue. Désormais réduite à sa dimension fonctionnelle, supplantée dans son usage intime par le living-room, la salle à manger est placée côté rue, de même que les pièces de service, cuisine et waters. La distribution se fait selon des critères censés assurer calme et repos aux habitants.

Illustration 6 : La parcelle porteña comme laboratoire architectural. Projet de « casa barata » (« maison bon marché »), par Walter Gropius et Frank Moller.

Illustration 6 : La parcelle porteña comme laboratoire architectural. Projet de « casa barata » (« maison bon marché »), par Walter Gropius et Frank Moller.

11Source : Nuestra Arquitectura, 1932.

Les liens tissés entre les cercles diplomatiques, financiers et architecturaux : le cas des échanges franco-argentins

  • 12 André Lortie, Paris s'exporte : modèle d'architecture ou architectures modèles, Paris : Picard ; éd (...)

12Les séjours argentins de Joseph-Antoine Bouvard (1909-1910), Jean-Claude Forestier (1923), Léon Jaussely (1926), Le Corbusier (1929), Auguste Perret (1936) et Gaston Bardet (1948-1949), témoignent de la relation particulière que les architectes et urbanistes français entretiennent avec Buenos Aires12. Mandatés par la municipalité ou invités par des institutions comme l'Institut Supérieur d'Urbanisme fondé en 1948, ils prennent part aux débats sur les transformations urbaines de Buenos Aires. En outre, la République Argentine figure souvent parmi les pays qui importent dès leur mise au point les nouvelles techniques de construction élaborées en France : le système Hennebique, qui permet la construction de planchers et d'escaliers en béton armé, est introduit à Buenos Aires dans les années 1910 (illustration 7) ; les brevets développés par les firmes françaises à l'époque de la Reconstruction afin de produire des maisons préfabriquées sont utilisés en Argentine dès la fin des années 1940 ; le « Modulor » corbuséen est appliqué à l'édification de la Villa Curutchet, dont le chantier, concomitant de celui de la Cité radieuse de Marseille, débute en 1948.

Illustration 7: Utilisation du système Hennebique. Projet d'escalier en béton armé pour le Palacio Paz (1912).

Illustration 7: Utilisation du système Hennebique. Projet d'escalier en béton armé pour le Palacio Paz (1912).

13Source : Paris (France), Fonds Hennebique. Centre d'archives d'architecture du XXe siècle.

Les Bétons armés Hennebique à la conquête de l'Argentine (années 1900)

  • 13 Annick Lempérière, Georges Lomme, Frédéric Martinez, Denis Rolland (dirs.), L'Amérique latine et le (...)
  • 14 Fabio Grementieri, Grandes residencias de Buenos Aires : la influencia francesa, Buenos Aires : La (...)
  • 15 Andrés Regalsky, « Exportation Des Capitaux Et Groupes Investisseurs : Les Investissements Français (...)

14Au cours de la période étudiée, plusieurs tendances sont discernables qui permettent d'expliquer l'intensité des liens tissés entre la France et l'Argentine dans le secteur de la construction. La fin du XIXe siècle a pu apparaître comme âge d'or des échanges franco-argentins, les élites argentines étant alors désireuses de se conformer au « modèle » français13. Cet engouement pour le modèle français, qui se traduit par l'adoption d'un art de vivre à la française14, s'accompagne d'importants investissements français en Argentine15, qui stimulent les échanges commerciaux et techniques entre les deux pays.

  • 16 Le Béton Armé. Organe des agents et concessionnaires du système Hennebique, n° 179, 1913.
  • 17 Laurence Badel, « Diplomatie et entreprises en France eu XXe Siècle », Les Cahiers Irice, n° 3, 200 (...)
  • 18 Laurence Badel, « Pour une histoire de la diplomatie économique de la France », Vingtième Siècle. R (...)

15La construction privée fournit alors d'intéressants débouchés aux entreprises françaises spécialisées dans la réalisation de structures en béton armé. L'ouverture en 1912 d'une agence argentine des Bétons armés Hennebique s'inscrit dans cette logique. Dirigée par Léon-Désiré Forgues, négociant français établi à Buenos Aires, cette succursale du bureau d'études parisien applique le système Hennebique aux planchers et escaliers de nombreux immeubles porteños. Ce sont les entrepreneurs Bétard et Bouisson, représentants à Buenos Aires de la Régie générale des Chemins de Fer et Travaux Publics, qui obtiennent la concession du procédé. Il semble pourtant que dans le cas de certaines commandes l'architecte argentin Carlos Agote se charge lui-même de l'application du système Hennebique, sans recourir aux services des entrepreneurs concessionnaires. L'application du procédé technique inventé dans les années 1890 par François Hennebique ne demeure donc pas le monopole des techniciens français et peut être déléguée aux professionnels argentins de la construction. Les premières réalisations argentines recourant au système Hennebique semblent avoir été l'édifice du Banco español del Rio de la Plata à Rosario (1912) et sa succursale de Belgrano à Buenos Aires16. La construction de l'édifice de Rosario fait intervenir Léon-Désiré Forgues qui, comme représentant de la maison Hennebique, remplit les fonctions d'ingénieur ; lui est associé un architecte français, René Barba, par ailleurs président de la Chambre de Commerce française de Rosario. Les deux hommes appartiennent à un même réseau de professionnels français qui contribuent au développement des intérêts français en Argentine. La diplomatie commerciale naissante17 les utilise également comme informateurs au service des industriels et des négociants français : Léon-Désiré Forgues est conseiller du Commerce extérieur depuis 1901, René Barba a été nommé à cette même fonction en janvier 1912. Leur rôle est de renseigner l'Office National du Commerce extérieur, créé en 1898, sur les débouchés commerciaux et industriels offerts par la République Argentine18. Il est intéressant de noter comment la construction de l'édifice du Banco español – dont les capitaux sont, pour un dixième, français - révèle la cohésion du réseau français en Argentine, dans ses dimensions bancaires, diplomatiques et techniques.

  • 19 Paris (France), Centre d'archives d'architecture du XXe Siècle, Fonds Hennebique, 76 Ifa 2601 /1 : (...)

16L'exploitation de la correspondance échangée entre le bureau central de Paris et l'agence de Buenos Aires au cours des années 1912-1914 permet de restituer le réseau d'acteurs que mobilisent les réalisations Hennebique en Argentine. Léon-Désiré Forgues, en sa qualité d'agent des Bétons armés Hennebique, se charge de recevoir les avant-projets dressés par les architectes, réalise les premiers calculs indispensables à l'obtention du permis de construire, expédie plans et notes au bureau central. Devis et calculs définitifs sont exécutés à Paris : les plans envoyés par Forgues y sont complétés de manière à faire apparaître les éléments de structure du système Hennebique. Les documents sont ensuite retournés à l'agence de Buenos Aires et l'exécution, supervisée par Forgues, incombe aux entrepreneurs Bétard et Bouisson, concessionnaires du procédé Hennebique. A ces acteurs ordinaires s'ajoutent des collaborateurs occasionnels – architectes et propriétaires – qui peuvent réapparaître d'un projet à l'autre. Léon-Désiré Forgues est le maillon central du réseau ainsi tissé, étant en relation avec l'ensemble des acteurs argentins et français. En dépit de rapports qui ne paraissent pas toujours amènes, le bureau central ne saurait se passer des services de l'agent Forgues, qui ne manque pas de faire valoir les relations personnelles qu'il entretient avec tel ou tel des clients. Ainsi, dans une lettre du 13 mars 1914 adressée à François Hennebique, Forgues écrit : « Cette affaire n'est pas encore traitée, mais nous avons très bon espoir qu'elle aboutira étant liés personnellement avec le propriétaire et l'architecte »19.

De la coopération intellectuelle à la coopération technique (années 1920-1960)

  • 20 Alica Novick, « Le Musée Social Et L'urbanisme En Argentine (1911-1923) », in Colette Chambelland ( (...)
  • 21 « Communication De M. J.-C.-N. Forestier : Quelques Travaux D'urbanisation À Buenos Aires ; L'aven (...)

17La période de l'entre-deux-guerres, caractérisée par une chute des exportations françaises en Argentine, voit se développer la « coopération intellectuelle » entre les deux nations. Dès avant la Première Guerre mondiale, les jalons en avaient été jetés avec la création, en 1908, du « Groupement des universités et des grandes écoles de France pour les relations avec l'Amérique Latine ». Une politique de coopération universitaire spécifique entre la France et l'Argentine se met en place. Elle aboutit à la fondation, en 1922, de l'Institut de l'Université de Paris à Buenos Aires. Le commerce des idées entre France et Argentine favorise la venue à Buenos Aires de plusieurs architectes français, qui profitent de leur séjour outre-Atlantique pour faire œuvre de conférenciers. En 1926, Léon Jaussely donne une série de leçons à l'École d'ingénieurs de Buenos Aires, tandis que, trois ans plus tard, Le Corbusier fait diverses conférences pour deux associations porteñas, « Les Amis de l'Art » et « Les Amis de la Ville », ainsi qu'à la Faculté des Sciences Exactes. Des conférences données à Buenos Aires, Le Corbusier tire d'ailleurs un ouvrage qui paraît en 1930, Précisions sur un état présent de l'architecture et de l'urbanisme. C'est aussi au cours de ces années d'Entre-deux-guerres que des institutions comme le Museo Social Argentino se saisissent de la question urbaine, dont l'émergence suppose des « transferts internationaux de connaissances », ainsi que l'a relevé Alicia Novick20. Dès lors, il n'est pas surprenant de voir le Musée Social de Paris prêter attention aux mutations urbaines de Buenos Aires, en accueillant Jean-Claude Forestier pour qu'il y présente ses observations sur la capitale argentine, où il a séjourné en 192321.

  • 22 Informations Économiques Argentines, n° 45, 1950.

18Les années 1950 et 1960 coïncident avec une reprise des exportations françaises en Argentine, au point que le périodique Informations Économiques Argentines, organe de la Chambre de commerce argentine en France, titre son numéro de septembre-octobre 1950 : « La France, principal fournisseur de l'Argentine »22. Cette reprise des échanges commerciaux entre les deux pays suscite la signature d'accords d'assistance et de coopération technique. En avril 1961, est signé à Buenos Aires un traité d'assistance technique entre la France et l'Argentine, portant création d'un « Institut franco-argentin de formation professionnelle pour l'électricité », sur le modèle duquel est organisé, deux ans plus tard, l' « Institut argentin de formation professionnelle de Rosario ». Le dispositif se trouve parachevé par la signature, le 4 octobre 1964, d'un accord de coopération culturelle et technique franco-argentin, à l'occasion du voyage outre-Atlantique du Général de Gaulle.

Le succès des techniques de préfabrication françaises en Argentine (années 1950-1960)

  • 23 France-Argentine, n° 117, Décembre 1962.

19Dans le secteur de la construction, les techniques de préfabrication développées par les entreprises françaises au moment de la Reconstruction séduisent le personnel politique argentin soucieux de remédier à la crise du logement qui sévit à Buenos Aires. Ainsi, la société Vialsa-Coignet, spécialisée dans la préfabrication lourde, développe l'exploitation de son brevet en République Argentine au cours de l'année 1962, profitant d'un crédit octroyé à l'Argentine par la Banque interaméricaine de développement (BID) pour la construction de logements. L'adoption du procédé Coignet s'accompagne de la livraison d'une usine clefs en mains. Cette usine ne se contente pas d'employer un brevet de fabrication français, elle recourt également à du matériel de construction importé, de fabrication française. Lors de son voyage en France en décembre 1962, l'ancien président argentin Pedro E. Aramburu visite les usines Coignet, confirmant l'intérêt des hommes politiques argentins pour les techniques françaises de préfabrication23.

  • 24 Éric Bussière, Paribas, 1872-1992 : L'Europe et le monde, Anvers : Fonds Mercator, 1992.
  • 25 Paris (France), Archives de BNP Paribas. Et0187 : « BPPB. Généralités sur l'Argentine, 1958-1966 ».

20Il faut souligner ici le rôle joué par les dynamiques commerciales et financières dans les circulations franco-argentines liées au secteur de la construction : crédits exportateurs pour la vente de matériaux français à l'Argentine ; pratique du prêt hypothécaire lors des opérations de lotissement ; investissements industriels qui accompagnent les transferts techniques et permettent le développement des industries auxiliaires de la construction. Les archives bancaires sont capitales pour saisir la nature de ces échanges. À la fin des années 1950, la Banque de Paris et des Pays-Bas (BPPB), qui de longue date est liée au marché argentin en tant qu'actionnaire de la Banque française et italienne pour l'Amérique du Sud (Sudaméris)24, s'intéresse au financement de différents projets recourant aux procédés français de préfabrication. L'étude de quelques-uns de ces projets révèle les multiples imbrications entre organismes bancaires, bureaux d'études, cabinets d'architectes et industrie de la construction. De la conception à l'exécution, le secteur du bâtiment bénéficie de l'internationalisation des procédés d'édification. Les projets auxquels s'intéresse la BPPB sont le plus souvent traités par le bureau d'étude que la banque a créé en 1948, l'Omnium Technique de l'Habitation (OTH) (illustration 8). Au début des années 1960, des firmes argentines se montrent intéressées par les procédés de préfabrication que l'OTH a mis au point et se proposent de les adopter25. Le bureau d'étude fait alors prendre des renseignements sur la solvabilité des entreprises, que la BPPB est à même de lui communiquer grâce à ses liens avec Sudaméris et avec sa filiale porteña, la Compagnie financière française pour la République Argentine et l'étranger (SANTA FE).

Illustration 8 : En-tête d'Omnium Technique de l'Habitation, filiale de la Banque de Paris et des Pays-Bas.

Illustration 8 : En-tête d'Omnium Technique de l'Habitation, filiale de la Banque de Paris et des Pays-Bas.

Source : Paris (France), Archives de BNP Paribas.

  • 26 Paris (France), Centre d'archives d'architecture du XXe Siècle, Fonds Zehrfuss (dépôt), boîte n° 2. (...)

21Lorsqu'à la même époque la municipalité de Buenos Aires lance un appel d'offre pour la construction de trois mille logements - dont elle espère qu'ils contribueront à résorber la crise du logement que connaît alors la capitale argentine -, la Société des Grands Travaux de Marseille (SGTM) soumissionne avec l'appui de la BPPB. Le projet prévoit la construction de maisons en série recourant au procédé Tracoba, utilisé pour la superstructure des bâtiments longs ; il fait appel aux services de Bernard Zehrfuss comme architecte-conseil26. Ce projet met en évidence les relations étroites qui unissent la BPPB, sa filiale porteña et la SGTM. Montage financier, procédé industriel et conseils architecturaux se mêlent de façon à obtenir l'adjudication des travaux projetés par la municipalité de Buenos Aires. Si la conception des logements est réalisée en France - emploi du procédé Tracoba, expertise de Bernard Zehrfuss -, l'exécution dépend en grande partie des démarches du SANTA FE, qui dispose d'une connaissance approfondie des conditions financières et administratives locales.

La croissance urbaine porteña : une aubaine pour les capitaux français ? (années 1950-1960)

  • 27 Sur Ces Opérations De Lotissement, Voir Anahi Ballent, Las Huellas De La Politica: Vivienda, Ciudad (...)
  • 28 Archives de la Banque hypothécaire frano-argentine, déposées au Centre des Archives du monde du Tr (...)

22Ces modalités d'action, qui révèlent une tension constante entre la supervision parisienne et la réalité argentine, se retrouvent dans le développement de grands projets immobiliers initiés par des institutions bancaires. La création du lotissement El Trébol dans la banlieue de Buenos Aires est exemplaire de cette confrontation des conseils d'administration parisien aux difficultés du secteur argentin de la construction. La création de l'aéroport d'Ezeiza, inauguré en 1949 et relié à la capitale par une autoroute, renforce l'attractivité de la commune d'Esteban Echeverría, qui se révèle propice aux opérations de lotissement27. Le conseil d'administration de la Banque hypothécaire franco-argentine (BHFA) en est conscient et fait l'acquisition dès 1948 des terrains nécessaires à la création d'une cité-jardin - « barrio-parque » - baptisée El Trébol, « le trèfle »28. Les lots du Trébol, qui représentent une superficie de 193 hectares, sont destinés à une clientèle de classes moyennes, désireuse de s'installer en banlieue ou de disposer d'une villégiature à une trentaine de kilomètres de la capitale pour ses fins de semaine ; le barrio-parque dispose d'ailleurs d'un club sportif. Certains lots du Trébol sont vendus avec des chalets construits par la BHFA, qui doit faire face à la pénurie de matériaux que connaît alors l'Argentine et réaliser des stocks conséquents de briques et de tuiles. Si le conseil d'administration parisien supervise l'avancée des travaux et des ventes, le comité de direction porteño, qui est son relais local, s'engage dans une pratique constante du compromis afin de s'adapter au mieux à la réalité du terrain. Ainsi, les compromis et actes de vente, validés par le conseil d'administration, révèlent les fluctuations constantes du marché immobilier argentin et la nécessité de s'y adapter, comme le souligne le comité de direction porteño dans ses nombreuses notes. Si dans un premier temps la BHFA vend des lots avec chalet payables en deux cent quarante mensualités, soit en vingt ans, moyennant un intérêt de 6 % l'an, le poids financier que font peser sur sa trésorerie les terrains invendus – soumis aux impôts municipaux – l'engage à rechercher une prompte liquidation du Trébol. En 1959, les lots avec chalets se vendent sur la base deux ou trois annuités versées par les acquéreurs. Parmi les formes de compromis les plus fréquemment rencontrées dans les notes du comité de direction, figurent les facilités de paiement accordées aux acheteurs, pourvu qu'ils contribuent, d'une manière ou d'une autre, au développement du lotissement. Le premier occupant du lotissement, Jorge F. Haagen, bénéficie ainsi d'une remise sur le prix d'achat de son lot avec chalet, pour avoir réalisé les démarches nécessaires auprès de la Compañia Argentina de Electricidad afin que le Trébol dispose du courant électrique.

Esquisse d'un réseau franco-argentin : Le Corbusier et Amancio Williams (années 1940-1960)

  • 29 Voir La Correspondance Échangée Entre Amancio Williams Et Le Corbusier, Conservée Aux Archives De L (...)

23Le réseau franco-argentin lié au secteur de la construction fonctionne selon deux modalités, institutionnelle et interpersonnelle, et dans les deux sens. Ainsi, la diffusion du travail d'Amancio Williams en France doit beaucoup au réseau personnel – diplomatique, commercial, familial et amical - qu'il est à même de mobiliser pour promouvoir son œuvre : l'architecte argentin dispose de l'appui des services culturels de l'Ambassade de France à Buenos Aires et de l'Ambassade de la République Argentine à Paris ; il peut en outre compter sur le soutien de son oncle, le Baron de Paats, Président de la Chambre de Commerce argentine en France ; enfin, l'amitié qui le lie à Le Corbusier se révèle précieuse (illustration 9). La prise contact entre Amancio Williams et Le Corbusier intervient au début de l'année 1946, lorsque l'architecte argentin adresse une lettre de présentation au maître franco-suisse. Williams joint à sa lettre des reproductions photographiques de ses travaux. Séduit par les images qu'il a reçues, Le Corbusier les soumet à son chef d'atelier, André Wogenscky, directeur de la revue L'Homme et l'architecture, qui envisage aussitôt d'en publier une sélection29. Le Corbusier rédige un article de présentation consacré à l'architecte argentin et à ses réalisations ; l'ensemble paraît en avril 1947. La diffusion en France de l'œuvre d'Amancio Williams passe également par l'organisation de conférences. La plus remarquable d'entre elles est celle qui, en janvier 1955, prend la forme d'une soirée spéciale organisée à la Sorbonne, à l'initiative du Centre international d'études esthétiques, avec le patronage de l'Ambassade de la République Argentine et de la Chambre de Commerce argentine en France. La soirée se déroule en présence de l'ambassadeur de la République Argentine, du personnel de l'ambassade et du consulat, des dirigeants de la Chambre de Commerce argentine en France, dont le Baron Enrique de Paats, oncle maternel d'Amancio Williams.

Illustration 9 : le réseau franco-argentin d'Amancio Williams.

Illustration 9 : le réseau franco-argentin d'Amancio Williams.

Source : France – Argentine, Organe officiel de la Chambre de Commerce Argentine en France, n° 70, janvier-février 1955.

Les « transferts inverses » et Buenos Aires comme cas d'école

  • 30 Jacques Perrin, Les Transferts de technologie, Paris : La découverte Maspéro, 1984 (Repères : quest (...)
  • 31 Tim Benton, Le Corbusier Conférencier, Paris : Le Moniteur, 2007.

24Selon Jacques Perrin30, on peut retenir deux modes principaux de transfert : 1° la transmission des savoir- faire techniques « aliénés », détenus par des individus, qui s'effectue « en travaillant ou en collaborant avec les personnes qui détiennent ce type de technologie » ; 2° la transmission des connaissances techniques « socialisées », qui peut être « orale (enseignement, cours de formation) ou écrite (livres, revues) ». Le premier mode de transfert renvoie à la fois aux collaborations d'architectes franco-argentins – et l'on songe ici au binôme formé par Le Corbusier et Amancio Williams pour réaliser la Villa Curutchet – et aux demandes de spécialistes formulées par les industries auxiliaires de la construction, en particulier dans le secteur de la fabrication céramique, qui est à l'affût de techniciens français pouvant aider à l'émergence d'une industrie céramique nationale. La seconde modalité de transfert fait écho aux cours et conférences donnés à Buenos Aires par des professionnels français31 ou suivis en France par des étudiants argentins. Elle englobe également des initiatives plus ponctuelles, qui promeuvent en Argentine les publications techniques françaises et rejoignent les préoccupations de ceux qui voudraient faire du français la « langue de la technique ». L'initiative la plus caractéristique a sans doute été, dans ce domaine, celle de la Chambre de Commerce française de Buenos-Aires. Le Comité industriel de l'assemblée consulaire, appuyé par les services culturels de l'Ambassade, rassemble en 1956 un fonds de 870 ouvrages techniques français, déposés dans un premier temps à la bibliothèque de l'Alliance Française. Quatre ans plus tard, en 1960, les ouvrages sont offerts à la Bibliothèque Ingeniero Luis A. Huergo du Centro argentino de ingenieros. Ce don est l'occasion d'y créer une « section technique française », dont l'inauguration a lieu en présence de l'Ambassadeur de France, du Ministre et du Secrétaire d'État argentins aux Travaux Publics. En quittant un lieu voué à la diffusion de la culture française – la bibliothèque de l'Alliance Française – pour un univers plus corporatiste – le Centro argentino de ingenieros -, la bibliothèque technique s'affirme comme un centre de documentation prioritairement réservé aux ingénieurs ; en allant, pour ainsi dire, à leur rencontre, elle favorise la coopération technique entre la France et l'Argentine, consacrée l'année suivante par la signature d'un traité d'assistance technique et l'organisation d'une exposition du livre scientifique français à Buenos Aires.

Les transferts inverses

25À ces modalités de transferts s'ajoutent celles des transferts inverses. On peut ranger dans cette catégorie tant les retours d'expérience qui permettent aux professionnels étrangers de tirer profit de leur séjour argentin que la définition de Buenos Aires comme un cas d'école susceptible d'enrichir les débats des architectes et urbanistes. Ainsi, certains professionnels étrangers, formés comme techniciens ou négociants, n'hésitent pas, du fait des responsabilités qu'ils sont appelés à exercer en Argentine, à s'octroyer le titre d'ingénieur, sans disposer du diplôme afférent. Le négociant Léon-Désiré Forgues, fondé de pouvoirs de la maison Schneider & Cie, prend le titre d'ingénieur à compter du moment où les Bétons armés Hennebique lui confie la direction de leur succursale de Buenos Aires à la fin des années 1900. Sa qualité d' « ingénieur-entrepreneur » apparaît systématiquement dans les lettres qu'il adresse au bureau central de Paris ; les points abordés dans cette correspondance témoignent d'une bonne connaissance du secteur des bétons armés et d'une grande maîtrise des conditions locales d'exécution, favorisée par une présence ancienne en République Argentine. De façon comparable, l'industrie argentine de la céramique, qui se développe à compter des années 1920, offre de belles perspectives de carrière aux techniciens français. De la même manière qu'elle recherche des techniciens français pour développer sa production, la Compañía Cerámica Argentina Limitada, fondée en 1922, s'équipe de machines fabriquées en France et commercialisées notamment par les établissements Paul Duclos. Le développement de l'industrie argentine de la céramique est une aubaine non seulement pour les fabricants de matériel industriel, mais également pour les techniciens spécialisés qui supervisent l'installation des machines outre-Atlantique et font figure d'ingénieurs-conseils. Leurs missions régulières en République Argentine peuvent constituer une sorte de promotion professionnelle.

Buenos Aires comme cas d'école

  • 32 Hélène de Martonne, « Buenos Aires. Étude De Géographie Urbaine », Annales de Géographie, vol. 4 (...)
  • 33 Georges Lafond, Argentine, Paris : E.L.A., 1948.

26Buenos Aires est aussi un cas d'école qui enrichit les débats et les échanges entre les professionnels français et argentins de la construction. Plus qu'un champ d'application, Buenos Aires permet aux urbanistes et théoriciens français de dégager les caractères d'une ville sud-américaine en voie de métropolisation. Hélène de Martonne, dans son « Étude de géographie urbaine » réalisée en 1935, définit Buenos Aires comme « une grosse ville Sud-américaine quelconque avec une façade cosmopolite assez importante pour masquer en partie sa véritable personnalité »32. « Métropole de tout le continent » et « capitale de pays neuf », Buenos Aires se distingue par son hypercéphalisme, qu'Hélène de Martonne ne manque de souligner : « il existe une disproportion très nette entre le pays et sa trop grosse tête ». L'image hypercéphale, mobilisée pour rendre compte de la réalité métropolitaine, est utilisée concurremment avec celle du « monstre », qui suppose une lecture organiciste du cas porteño. L'ensemble de ces traits – cosmopolitisme, hypercéphalisme – constituent une grille d'analyse qui, pour plusieurs décennies, permet aux observateurs français d'appréhender l'exemple porteño. Chez chacun de ces observateurs, les problématiques locatives font l'objet de développements circonstanciés et donnent lieu à la réalisation de cartes qui mettent en relief la spécialisation des quartiers de Buenos Aires (illustration 10). Les quartiers en formation et les possibilités d'extension urbaine sont peints avec un intérêt qui confine parfois à la fascination. Hélène de Martonne parle ainsi de « ville-champignon », le géographe Georges Lafond de « ville en puissance »33.

Illustration 10: Intérêt pour les typologies habitatives et la spécialisation des quartiers de Buenos Aires.

Illustration 10: Intérêt pour les typologies habitatives et la spécialisation des quartiers de Buenos Aires.

Source : Hélène de Martonne, « Buenos Aires. Étude De Géographie Urbaine », Annales de Géographie, vol. 44, n° 249, 1935.

Jeux de miroirs : l'Institut d'Urbanisme de l'Université de Paris et l'Instituto Superior de Urbanismo

27À une époque où l'urbanisme acquiert une reconnaissance universitaire, les échanges entre les professionnels français et argentins se révèlent cruciaux. L'Institut d'Urbanisme de l'Université de Paris (IUUP), fondé par Marcel Poëte (1866-1950) en 1919, joue un rôle fondamental dans la définition de l'urbanisme comme discipline universitaire au niveau international, en particulier grâce à ses liens avec les architectes et urbanistes argentins. L'un d'entre eux, Carlos Della Paolera (1890-1960), ingénieur argentin issu d'une famille d'architectes, suit les cours de l'IUUP entre 1921 et 1928. Il y prépare, sous la direction de Marcel Poëte, une thèse qui se présente comme une « contribution à l'étude d'un plan d'aménagement, d'embellissement et d'extension de Buenos Aires ; étude sur l'évolution de la ville ». Ce travail s'inscrit dans la continuité du rapport sur le plan régulateur de Paris que Carlos Della Paolera a rédigé en 1920 et qui a contribué à diffuser la notion de plan regulador en République Argentine. En 1926, l'ingénieur Della Paolera organise la venue à Buenos Aires de Léon Jaussely, qui est chargé du cours d'art urbain à l'IUUP. De retour en Argentine, Della Paolera obtient la première chaire d'urbanisme, créée par l'Universidad del Litoral à Rosario (1929). La municipalité porteña lui confie en 1932 la Dirección du Plan de Urbanización de Buenos Aires, mise en place à la demande d'un groupe de socialistes indépendants siégeant au conseil municipal. En 1948, Carlos Della Paolera fonde l'Instituto Superior de Urbanismo (ISU), rattaché à la Universidad de Buenos Aires (UBA) : Gaston Bardet (1907-1989), gendre de Marcel Poëte et ancien élève de l'IUUP, y donne une série de conférences inaugurales.

28La pensée urbanistique que Carlos Della Paolera développe à travers l'enseignement qu'il dispense à l'ISU prend explicitement ses distances avec les propositions corbuséennes ; l'ingénieur argentin diffuse les théories de Patrick Geddes (1854-1932) avec lesquelles il a pu se familiariser durant ses études à l'IUUP. Plus encore que ses maîtres parisiens, Della Paolera travaille à la reconnaissance internationale de l'urbanisme comme discipline : en 1934, alors qu'il est Directeur du Plan d'Urbanisation de Buenos Aires, il élabore le « symbole de l'urbanisme » ; en 1949, il propose, dans la revue de la Sociedad Central de Arquitectos, d'instaurer une journée mondiale de l'urbanisme, fixée le 8 novembre, date de création du « symbole de l'urbanisme » quinze ans plus tôt. La première édition du Día Mundial del Urbanismo a lieu l'année suivante. La construction de l'urbanisme comme discipline universitaire apparaît comme foncièrement transnationale. Les cadres argentins ne se contentent pas, à l'instar de Carlos Della Paolera, de recevoir l'enseignement des professionnels français ; ils enrichissent un débat d'idées commun aux deux pays.

  • 34 Alain Rouquié, L’amérique Latine : Introduction À L’extrêMe-Occident, Paris : Le Seuil, 1987.
  • 35 Olivier Compagnon, « L'Euro-Amérique En Question. Comment Penser Les Échanges Culturels Entre L'e (...)

29Plutôt que de percevoir l'Argentine comme un « Extrême-Occident »34 récepteur de « modèles » élaborés outre-Atlantique, mieux vaut appréhender le commerce franco-argentin des idées architecturales, urbanistiques et techniques en le situant dans un « espace euro-américain » qui unit Europe, Amérique du Sud et Amérique du Nord35.

30Les migrations professionnelles des ingénieurs et architectes sont essentielles pour comprendre ces échanges. Trois modalités principales peuvent être retenues pour envisager ces déplacements transatlantiques : désir de compléter sa formation à l'étranger ; invitation à occuper une chaire professorale ; possibilité d'accéder à une situation professionnelle meilleure. Si les années de formation et les activités d'enseignement correspondent le plus souvent à des migrations temporaires, les perspectives de promotion requièrent presque toujours un séjour prolongé. Pour la plupart des ingénieurs et techniciens français, le secteur de la construction argentine n'est une aubaine que lorsqu'ils s'y installent de manière définitive. Leurs séjours prolongés contrastent avec la brièveté des voyages effectués par des architectes tels que Jean-Claude Forestier, Léon Jaussely, Le Corbusier ou Auguste Perret, qui l'espace d'un ou deux mois se muent en conférenciers. Il est vrai qu'en matière de conception architecturale, plans, coupes et maquettes voyagent avec une facilité d'autant plus grande que les liaisons aériennes franco-argentines permettent, dès les années 1930, une circulation régulière des documents. Auguste Perret et Le Corbusier peuvent travailler à leurs projets argentins sans éprouver la nécessité de se rendre à Olivos ou à La Plata. En revanche, l'intérêt croissant porté aux conditions locales invite les experts français à séjourner plus longuement en République Argentine, notamment lorsqu'il s'agit de prendre en charge la direction technique d'une entreprise industrielle. Les cadres français apparaissent parfois comme des instruments de légitimation des inclinations urbaines locales : leur expertise a alors quelque chose de l'argument d'autorité ; elle révèle les désaccords latents entre les solutions urbaines prônées par les élites politiques et celles envisagées par les professionnels argentins de la construction. Présentés comme des adjuvants des politiques locales, les ingénieurs et architectes français voient leur action façonnée à la fois par les grandes orientations qui traversent l'espace atlantique et par les aspirations vernaculaires, les unes entrant constamment en tension avec les autres. Ces modalités d'action rappellent que les circulations transatlantiques ne se réduisent jamais à l'application stricto sensu d'un « modèle », quel qu'il soit.

Haut de page

Notes

1 Porteño est le gentilé utilisé pour Buenos Aires.

2 Jean-Luc Pinol (dir.), Histoire de L’Europe Urbaine, Paris : Le Seuil, 2003 (Univers historique) ; Arturo Almandoz (dir.), Planning Latin America's Capital Cities, 1850-1950, Londres : Routledge, 2002 (Planning, history, and the environment series).

3 Elisa Radovanovic, Buenos Aires, Avenida De Mayo, Buenos Aires : Ediciones Turísticas De Mario Banchik, 2002.

4 James R. Scobie, Buenos Aires : Plaza To Suburb, 1870-1910, New York, NY : Oxford University Press, 1974 ; Richard J. Walter, Politics and Urban Growth in Buenos Aires, 1910-1942, Cambridge : Cambridge University Press, 1993 (Cambridge Latin American Studies, 74).

5 La Arquitectura en Buenos Aires (1850-1880), Buenos Aires : La Municipalidad, 1972 (Cuadernos de Buenos Aires, 41) ; Federico F. Ortiz, Ramón Gutiérrez, La arquitectura en la Argentina, 1930-1970, Buenos Aires : Libreria Concentra, 1973 ; Sandro Borghini (dir.), Arquitectura moderna en Buenos Aires, 1930-1950, Buenos Aires : Universidad De Buenos Aires, 1987.

6 D'un point de vue urbanistique, la trame fournit par la Cuadra - ou îlot - de l'époque coloniale, est conservée dans la création des quartiers neufs, tout en étant sujette à différents aménagements (création de squares ou de placettes, propices au développement d'une sociabilité de quartier). Voir Adrián Gorelik, La grilla y el parque. Espacio público y cultura urbana en Buenos Aires, 1887-1936, Quilmes : Universidad Nacional De Quilmes, 2001 (Ideología argentina).

7 Alberto B. Martinez, Baedeker de la Republica Argentina, Buenos Aires : J. Peuser, 1904.

8 Blas Matamoro, La Casa Porteña, Buenos Aires : Centro Editor de América Latina, 1971 (La Historia popular, 43).

9 Guy Bourdé, Urbanisation et immigration en Amérique Latine : Buenos Aires, XIXe-XXe siècles, Paris : Aubier-Montaigne, 1974 (Collection historique).

10 Maurice Culot, David Peycéré, Gilles Ragot, Les Frères Perret, L'œuvre complète. Les archives D'Auguste Perret (1874-1954) et Gustave Perret (1876-1952) architectes-entrepreneurs, Paris : Norma ; Institut français d'architecture, 2000.

11 Daniel Merro Johnston, El autor y el intérprete : Le Corbusier y Amancio Williams en La Casa Curutchet, Buenos Aires, 1:1000 Ediciones, 2011.

12 André Lortie, Paris s'exporte : modèle d'architecture ou architectures modèles, Paris : Picard ; éd. du Pavillon de l'Arsena, 1995.

13 Annick Lempérière, Georges Lomme, Frédéric Martinez, Denis Rolland (dirs.), L'Amérique latine et les modèles européens, Paris : L'Harmattan, 1998 (Collection de la Maison des pays ibériques, 74 ; Recherches et documents. Amérique latine).

14 Fabio Grementieri, Grandes residencias de Buenos Aires : la influencia francesa, Buenos Aires : La Rivière, 2008.

15 Andrés Regalsky, « Exportation Des Capitaux Et Groupes Investisseurs : Les Investissements Français En Argentine, 1880-1914 », Histoire, Économie et Société, vol. 20, n° 4, 2001, p. 499-524. URL: http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/hes_0752-5702_2001_num4_2244. Consulté le 7 septembre 2015.

16 Le Béton Armé. Organe des agents et concessionnaires du système Hennebique, n° 179, 1913.

17 Laurence Badel, « Diplomatie et entreprises en France eu XXe Siècle », Les Cahiers Irice, n° 3, 2009.

18 Laurence Badel, « Pour une histoire de la diplomatie économique de la France », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, n° 90, 2006.

19 Paris (France), Centre d'archives d'architecture du XXe Siècle, Fonds Hennebique, 76 Ifa 2601 /1 : Maison De Rapport Pour M. Clerget, Buenos Aires. 1914.

20 Alica Novick, « Le Musée Social Et L'urbanisme En Argentine (1911-1923) », in Colette Chambelland (dir.), Le musée social en son temps, Paris : Presses de l'École normale supérieure, 1993.

21 « Communication De M. J.-C.-N. Forestier : Quelques Travaux D'urbanisation À Buenos Aires ; L'avenida Costanera. Séance Du 15 Juin 1928 », Le Musée Social, n  7, 1929.

22 Informations Économiques Argentines, n° 45, 1950.

23 France-Argentine, n° 117, Décembre 1962.

24 Éric Bussière, Paribas, 1872-1992 : L'Europe et le monde, Anvers : Fonds Mercator, 1992.

25 Paris (France), Archives de BNP Paribas. Et0187 : « BPPB. Généralités sur l'Argentine, 1958-1966 ».

26 Paris (France), Centre d'archives d'architecture du XXe Siècle, Fonds Zehrfuss (dépôt), boîte n° 2. Chemise « Entreprise G.T.M. 3000 Logements. Buenos Aires ».

27 Sur Ces Opérations De Lotissement, Voir Anahi Ballent, Las Huellas De La Politica: Vivienda, Ciudad, Peronismo En Buenos Aires, Quilmes : Universidad Nacional De Quilmes, 2009.

28 Archives de la Banque hypothécaire frano-argentine, déposées au Centre des Archives du monde du Travail De Roubaix. Dossiers 103 Aq 84 Et 85 : Barrio-Parque « El Trébol ».

29 Voir La Correspondance Échangée Entre Amancio Williams Et Le Corbusier, Conservée Aux Archives De La Fondation Le Corbusier.

30 Jacques Perrin, Les Transferts de technologie, Paris : La découverte Maspéro, 1984 (Repères : questions économiques internationales).

31 Tim Benton, Le Corbusier Conférencier, Paris : Le Moniteur, 2007.

32 Hélène de Martonne, « Buenos Aires. Étude De Géographie Urbaine », Annales de Géographie, vol. 44, N°249, 1935, p. 281-304.

33 Georges Lafond, Argentine, Paris : E.L.A., 1948.

34 Alain Rouquié, L’amérique Latine : Introduction À L’extrêMe-Occident, Paris : Le Seuil, 1987.

35 Olivier Compagnon, « L'Euro-Amérique En Question. Comment Penser Les Échanges Culturels Entre L'europe Et L'amérique Latine ? », Nuevo Mundo – Mundos Nuevos, 2009. URL : Http://Nuevomundo.Revues.Org. Consulté le 31 Août 2014.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : Multiplication horizontale des pièces.
Légende Coupe longitudinale pour un projet d'immeuble rue Corrientes, élevé sur une parcelle de 15 x 60 mètres, pour le compte de la Compañía Comercial de Ascensores Italianos Stigler.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/2626/img-1.png
Fichier image/png, 568k
Titre Illustration 2 : schéma de l'altillo.
Légende L'altillo, surélévation des pièces de service situées en fond de parcelle, correspond à la partie rosée de la coupe. Permis de construire déposé pour la maison de Pedro F. Diaz, rue Charcas (1887).
Crédits Source : Institut Historique de Buenos Aires.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/2626/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Illustration 3 : Introduction du schéma de l'altillo dans une maison de rapport de type haussmannien.
Légende Introduction du schéma de l'altillo dans une maison de rapport de type haussmannien grâce aux hauteurs de plafond. Un escalier en colimaçon conduit de la cuisine à la chambre de service. Plan des étages de l'immeuble Saint Frères, construit à l'angle des rues Alsina et Tacuari.
Crédits Source : El Arquitecto, août 1924
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/2626/img-3.png
Fichier image/png, 2,6M
Titre Illustration 4: Maison coloniale de Buenos Aires (A) et plan d'une maison coloniale (B).
Crédits Source : Gravure tirée du Voyage à la Plata d'Émile Daireaux, publication en feuilleton dans la revue Le Tour du Monde, 1887-1888 (A) et extrait de l' « Étude de géographie urbaine » qu'Hélène de Martonne, publie en 1935 dans les Annales de Géographie (B).
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/2626/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Illustration 5: façade italianisante (A) et Plan colonial réaménagé (B).
Légende Permis de construire déposé pour la maison de Pedro F. Diaz, rue Charcas, 1887. La taille des patios est réduite, les pièces en enfilade sont plus nombreuses.
Crédits Source : Institut Historique de Buenos Aires.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/2626/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Illustration 6 : La parcelle porteña comme laboratoire architectural. Projet de « casa barata » (« maison bon marché »), par Walter Gropius et Frank Moller.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/2626/img-6.png
Fichier image/png, 213k
Titre Illustration 7: Utilisation du système Hennebique. Projet d'escalier en béton armé pour le Palacio Paz (1912).
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/2626/img-7.png
Fichier image/png, 236k
Titre Illustration 8 : En-tête d'Omnium Technique de l'Habitation, filiale de la Banque de Paris et des Pays-Bas.
Crédits Source : Paris (France), Archives de BNP Paribas.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/2626/img-8.png
Fichier image/png, 73k
Titre Illustration 9 : le réseau franco-argentin d'Amancio Williams.
Crédits Source : France – Argentine, Organe officiel de la Chambre de Commerce Argentine en France, n° 70, janvier-février 1955.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/2626/img-9.png
Fichier image/png, 311k
Titre Illustration 10: Intérêt pour les typologies habitatives et la spécialisation des quartiers de Buenos Aires.
Crédits Source : Hélène de Martonne, « Buenos Aires. Étude De Géographie Urbaine », Annales de Géographie, vol. 44, n° 249, 1935.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/2626/img-10.png
Fichier image/png, 131k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibault Bechini, « Buenos Aires (1880-1960). Transferts techniques et culturels.  », ABE Journal [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 15 septembre 2015, consulté le 22 août 2017. URL : http://abe.revues.org/2626 ; DOI : 10.4000/abe.2626

Haut de page

Auteur

Thibault Bechini

Doctorant, CRALMI (Centre de recherche d’histoire de l’Amérique latine et des mondes ibériques), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue ABE Journal est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo In Visu
  • Revues.org