Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lectures

Christine Mengin et Alain Godonou (dirs.), Porto-Novo : patrimoine et développement, Publications de la Sorbonne : Paris : Porto-Novo : École du patrimoine africain, 2013

Johan Lagae
Référence(s) :

Christine Mengin et Alain Godonou (dirs.), Porto-Novo : patrimoine et développement, Publications de la Sorbonne : Paris ; Porto-Novo : École du patrimoine africain, 2013

Entrées d’index

Index de mots-clés :

patrimoine

Index by keyword :

heritage

Indice de palabras clave :

patrimonio

Schlagwortindex :

Erbe

Parole chiave :

patrimonio

Index géographique :

Afrique, Bénin, Porto-Novo

Territoires anciens :

Dahomey
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les ouvrages qui résultent de ce travail servent encore aujourd’hui de référence, voir Alain Sinou (...)

1Porto-Novo, ville capitale de la République de Bénin (autrefois Dahomey), est « une ville multiple » : à la fois très ancienne ville royale et siège de la colonie française de Dahomey, elle est aussi fortement liée à Salvador de Bahia au Brésil, à travers des flux de gens et de cultes datant de l'époque de la traite négrière. Dans les années 1980, Alain Sinou s’est déjà engagé dans une étude approfondie de l’architecture et de l’urbanisme de Porto-Novo, qui constituent un patrimoine remarquable relevant d’un triple registre : vernaculaire, afro-brésilien et colonial.1 Entretemps, d’importantes initiatives concernant le patrimoine bâti et urbain de Porto-Novo ont vu le jour, à un point tel que la ville peut être considérée, dans le contexte africain, comme un « laboratoire » en termes de processus et pratiques de patrimonialisation. En 1998 y a été fondé l’École du patrimoine africain (EPA), qui a comme objectif, hormis des recherches sur le patrimoine de Porto-Novo, la formation et le renforcement en Afrique des capacités des professionnels dans les domaines de la conservation et de la médiation culturelle. Porto-Novo a aussi fait l’objet d’un ambitieux projet de réhabilitation urbaine, de plusieurs workshops internationaux autour du patrimoine, enfin plusieurs inventaires de son patrimoine bâti ont été produits. En effet, entre 2001 et 2003, l’EPA a inventorié 597 éléments patrimoniaux à protéger. En 2009, une Maison du patrimoine et du tourisme y a été ouverte, résultat d’un travail de recherche et de rénovation d’une structure datant du début du xxe siècle. Elle est élément important des campagnes de sensibilisation du patrimoine.

2Le présent livre, dirigé par Christine Mengin, maître de conférences en histoire de l’architecture à l’Université Paris 1, et Alain Godonou, conservateur du patrimoine et fondateur de l’EPA, résulte des travaux menés entre 2005 et 2007 au cours de quelques ateliers et journées d’études. Il nous présente une riche collection de réflexions sur la dynamique de la patrimonialisation de Porto-Novo, sous un angle pluridisciplinaire. À travers cet ouvrage volumineux de 560 pages, organisé en 6 parties, à savoir : (1) développement historique et urbain, (2) l’invention du patrimoine, (3) médiation du patrimoine ; (4) éclairages économiques et sociaux, (5) mises en perspective et (6) conclusions, nous sommes éclairés sur le cas de Porto-Novo à travers des analyses d’historiens, de géographes, d’économistes, d’anthropologues, de sociologues, d’historiens de l’art, des spécialistes en conservation et des chercheurs en sciences politiques. L’ouvrage nous présente un ensemble de démarches, allant de la recherche fondamentale sur l’histoire de la ville ou l’armature économique du Bénin et la place qu’y occupe le tourisme, jusqu’à la recherche-action, que ce soit dans le domaine de la préservation, de la médiation ou encore de la coopération patrimoniale. Axé sur la dualité « patrimoine » et « développement », l’ouvrage va bien au-delà d'une simple présentation du patrimoine architectural et urbain de Porto-Novo. En effet, il cherche à nous fournir des informations et clés de lecture pour comprendre l’invention et les dynamiques de patrimonialisation, et les situer vis-à-vis la tension entre « modernisation » et « préservation » à la lumière des enjeux économiques contemporains. Dans une introduction substantielle, Christine Mengin inscrit également les expériences de Porto Novo dans une l’histoire longue des pratiques et débats autour du sujet du patrimoine architectural.

  • 2 Alain Kisito Métodjo, « Réhabilitation du patrimoine et enjeux politiques à Porto-Novo », p. 265-27 (...)

3La vaste collection de contributions, écrites à la fois par des spécialistes locaux et des chercheurs étrangers, entraîne inévitablement une certaine répétition, ce qui parfois gêne la lecture. Mais elle a l’avantage de mettre en évidence les divergences d’opinion qui existent sur le sujet. Bien que la plupart des contributions restent assez descriptives et que quelques-unes font même l’éloge des différentes initiatives prises à Porto-Novo au cours du temps, en revanche, plusieurs textes critiquent explicitement les initiatives de patrimonialisation. Plusieurs auteurs remarquent que le processus de patrimonialisation de Porto-Novo semble surtout provenir d'initiatives étrangères à la ville et non pas des autorités locales. La contribution d’Alain Kisito Métodjo est particulièrement éclairante, et nous montre comment ce processus fait l’objet d’appropriations, par des politiciens étrangers à Porto-Novo, qui y cherchent l’appui d’un électorat potentiellement très prometteur, la population de la ville de Porto-Novo constituant un huitième de l’électorat national.2

  • 3 Bernard Toulier, « La Maison du patrimoine et du tourisme de Porto-Novo: du séminaire-atelier au ch (...)

4Bien que plusieurs initiatives aient été prises afin d’associer la population locale au processus, plusieurs contributions soulignent que l’effet en est minimal, les habitants de la ville se voyant confrontés à des défis autres que la sauvegarde d’un tissu urbain historique ou des édifices qui appartiennent pour eux à un passé lointain ne faisant pas nécessairement rêver. Même le succès de la fondation du Maison du Patrimoine et du Tourisme doit être nuancé, comme le souligne Bernard Toulier.3 En effet, il s’agit là d’une opération à caractère exceptionnel et hors norme. Comme l’évoque aussi l’image sur la couverture de l’ouvrage, les travaux de réhabilitation semblent avoir été effectués sans permis de construire et ils n’ont été possibles que grâce au concours de bailleurs du fonds exceptionnels. Si la réhabilitation de la Maison du Patrimoine et le rôle de « chantier-pilote » et « chantier-école » qu’elle a pu jouer au cours du temps, méritent d’être salués comme une étape importante dans la réflexion autour de la patrimonialisation en Afrique subsaharienne, le fait que cette opération ne soit pas reproductible, comme le remarque Toulier, illustre de façon déconcertante les limites d’un tel modus operandi.

  • 4 Alain Sinou, « Les singularités des formes patrimoniales à Porto-Novo », p. 153-197.

5Cependant, le cas de Porto-Novo reste particulièrement intéressant pour mener une discussion autour du sujet du patrimoine architectural et urbain en Afrique dans un contexte postcolonial. La longue histoire de la ville lui donne une importance particulière, comme nous l’explique de façon convaincante la contribution d’Alain Sinou. Spécialiste du sujet et du lieu, Sinou souligne que « l’espace bâti de Porto-Novo, dans sa diversité comme dans son originalité, remet en cause de nombreux stéréotypes véhiculés sur les villes africaines et leur patrimoine bâti ».4 Non seulement elle nous rappelle l’existence d’une tradition urbaine antérieure à la colonisation, mais la ville nous invite aussi, selon Sinou, à repenser les grilles de lectures conventionnelles sur lesquelles reposent la définition des valeurs patrimoniales. À la fois architecte et anthropologue, Sinou souligne l’importance de lier le bâti au contexte politique et économique qui l’a produit. L’architecture afro-brésilienne qui constitue un patrimoine important à Porto-Novo nous renvoie en effet directement à l’histoire dissonante de la traite négrière, aussi bien qu’à la problématique du métissage culturel. La multitude des lieux de culte vodun qui font l’objet de plusieurs contributions dans l’ouvrage, montre que le patrimoine ne se traduit pas seulement par des signes matériels provenant du passé, mais peut aussi s’exprimer par des pratiques immatérielles encore très vivantes aujourd’hui.

6Pour les historiens de l’architecture qui s’intéressent au patrimoine architectural de la période coloniale, sujet très à la mode ces dernières années, la contribution de Sinou contient deux rappels importants. Tout d’abord, comment penser une politique de patrimonialisation dans une ville où « l’architecture coloniale n’est pas aussi diversifiée et remarquable que celle des villes sièges du gouvernement, où stationnait une administration nombreuse, et où des bâtiments de prestige furent conçus par des architectes marqués par les mouvements stylistiques métropolitains : néoclassicisme à Dakar, néorégionalisme à Bamako, modernisme à Brazzaville » ? Que faire avec un patrimoine dont les plans « émanent plus simplement des atlas de bâtiments coloniaux du ministère des Colonies » ou encore « d’un catalogue commandé à des architectes français par un ordre missionnaire » ? Quelle valeur alors donner à une architecture coloniale « générique » plutôt qu’exceptionnelle ? La remarque est pertinente bien au-delà la discussion autour de la patrimonialisation, car on ne peut que constater qu’à quelques exceptions les historiens de l’architecture coloniale se sont penché sur la production bâti exceptionnelle plutôt que celle de la convention et le catalogue. Deuxièmement, comment développer une approche qui accepte que la qualité patrimoniale d’une ville comme Porto-Novo, témoigne tout d’abord d’une « économie-monde », mise en place il y a plus de deux siècles et qui ne s’inscrit donc pas facilement dans une invention univoque du patrimoine selon une dimension nationaliste ou régionaliste, comme c’est souvent le cas dans les processus de patrimonialisation en Europe. « Un site culturel pourrait-il », demande Sinou, « avoir vocation à appartenir à un patrimoine mondial, sans faire partie intégrante d’un patrimoine national » ? Qu’aujourd’hui apparaissent à Porto-Novo, par sa proximité avec le Nigéria, plusieurs villas de riches commerçants Yoruba illustre bien la continuité d’échanges transnationales qui ont façonné au cours du temps le paysage urbaine de ce qu’est une ville-comptoir.

  • 5 Luc Raimbault, « Le nouveau concept de paysage urbain historique développé par l’Unesco: une opport (...)

7C’est ici que la notion de « patrimoine urbain » prend toute son importance, à l’instar de la notion de « patrimoine monumental » qui a jusqu’à récemment nourri les réflexions et les pratiques autour de la question du patrimoine architectural. Tout comme le remarque Luc Raimbault dans sa contribution, ce nouveau concept de « paysage urbain historique » développé ces dernières années par l’Unesco, se montre très prometteur dans le cas d’une ville comme Porto-Novo.5 Une telle approche devrait pouvoir permettre de dépasser le clivage entre patrimoine et développement qui transparaît à la lecture de cet ouvrage collectif. À juste titre, Raimbault proclame que « les acteurs en charge de la ville et les urbanistes ne peuvent plus travailler à partir de données exclusivement physiques, économiques et démographiques traduites en cartes, représentations physiques et matérielles de la villes », mais qu’ils doivent « également prendre connaissance de la ville furtive et secrète, de la cartographie de son patrimoine immatériel dont les dimensions sont le temps, l’espace sacré, les croyances et l’imaginaire collectif ». Pour mener à bien cette nouvelle approche intégrée de l’urbanisme, un dialogue pluridisciplinaire s’avère indispensable. L’ouvrage dirigé par Mengin et Godonou nous présente l'admirable effort effectué pour mettre en place un tel dialogue, tout en nous dévoilant les complexités et divergences d’opinions qui lui sont inhérents.

Haut de page

Notes

1 Les ouvrages qui résultent de ce travail servent encore aujourd’hui de référence, voir Alain Sinou (dir.), Porto-Novo. Atlas Historique, Bondy : ORSTOM ; Cotonou : PUB, 1985 ; Alain Sinou et Oloudé Bachir, Porto-Novo, ville d’Afrique noire, Marseille : Éditions Parenthèses, 1988 (Architectures traditionnelles, 4).

2 Alain Kisito Métodjo, « Réhabilitation du patrimoine et enjeux politiques à Porto-Novo », p. 265-277.

3 Bernard Toulier, « La Maison du patrimoine et du tourisme de Porto-Novo: du séminaire-atelier au chantier-école (2005-2007) », p. 281-289.

4 Alain Sinou, « Les singularités des formes patrimoniales à Porto-Novo », p. 153-197.

5 Luc Raimbault, « Le nouveau concept de paysage urbain historique développé par l’Unesco: une opportunité à saisir pour Porto-Novo? », p. 467-475.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Johan Lagae, « Christine Mengin et Alain Godonou (dirs.), Porto-Novo : patrimoine et développement, Publications de la Sorbonne : Paris : Porto-Novo : École du patrimoine africain, 2013 », ABE Journal [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 15 septembre 2015, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://abe.revues.org/2702

Haut de page

Auteur

Johan Lagae

Professeur, Department of Architecture and Urban Planning, Ghent University, Belgium

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue ABE Journal est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo In Visu
  • Revues.org