Navigation – Plan du site
Comptes rendus de thèse

Qallaline. Les revêtements en céramique des fondations beylicales tunisoises du xviiie siècle

Thèse pour obtenir le grade de docteur en histoire de l’art de l’université Paris-Sorbonne, sous la direction de Jean-Pierre Van Staëvel (Université Sorbonne – Paris IV) et Javier González Santos (Université d’Oviedo), novembre 2010
Clara Ilham Álvarez Dopico
Référence(s) :

Clara Ilham Álvarez Dopico, Qallaline. Les revêtements en céramique des fondations beylicales tunisoises du xviiie siècle, thèse de doctorat en Histoire de l’Art, sous la direction de Jean Pierre Van Staëvel (Université Sorbonne – Paris IV) et Javier González Santos (Université d’Oviedo), novembre 2010

Texte intégral

1Cette thèse s’inscrit dans la continuité d'un mémoire de recherche sur Les revêtements céramiques tunisiens du xviie au xixe siècle (sous la direction de Marianne Barrucand, Université Sorbonne - Paris IV, 2002). Cette première approche, très générale, a été le point de départ d’une étude monographique sur la production céramique tunisoise du xviiie siècle et son emploi dans l’architecture contemporaine.

2Ce travail a pour objectif la mise en contexte historique et l'inscription dans l’espace de la céramique de Qallaline et, partant de là, la définition de la production tunisoise. Un regard large est porté sur les arts tunisiens d’époque ottomane, privilégiant des questions liées aux relations artistiques et culturelles entre les deux rives de la Méditerranée à l’époque moderne, à l’empreinte occidentale dans les arts beylicaux, aux questions de l’identité, en somme. Cette recherche est centrée sur la triple identité maghrébine, ottomane et méditerranéenne des arts tunisiens d’époque moderne, phénomène souvent évoqué mais à ce jour peu étudié. Parmi les manifestations artistiques de cette période et plus que d’autres arts citadins, la production céramique des ateliers de la ville de Tunis semble matérialiser la complexité culturelle de la Régence ottomane de Tunis.

3Au-delà de l’objet d’étude, le terrain lui-même présentait diverses contraintes, puisqu'il s’agit d’un espace qui ne se limite pas à la Tunisie mais qui s'étend aux régions historiques qu'étaient les régences d’Alger et de Tripoli de Barbarie, ainsi qu'à l'Égypte ottomane et au royaume alaouite du Maroc.

  • 1 Voir les travaux sur l'architecture domestique de Jacques Revault ou de celles sur l’architecture o (...)

4Concernant le cadre architectural, un corpus s’est imposé naturellement : celui de l’architecture officielle qui constitue un terrain connu et décrit1 dans lequel ces revêtements céramiques sont bien inscrits. En outre, la grande variété offerte de ce terrain permettait les comparaisons, dimension centrale du travail.

5La période chronologique s'étend sur un xviiie siècle qui débute à la date de l’avènement de la dynastie husseinite, avec Ḥusayn b. cAlī Bey en 1705, et se termine en 1814 avec le décès de Ḥammuda Bāshā, bey qui décidât entre deux siècles la destinée du pays. Mais le corpus de bâtiments portait en outre sa propre chronologie ce qui a exigé une mise en contexte de leur ornement céramique.

6Les cadres architectural et chronologique définis, les objectifs fixés pour cette étude étaient d’écrire l’histoire des ateliers tunisois, d’établir une chronologie argumentée et enfin de proposer l’analyse iconographique et stylistique de cette production. Les recherches bibliographiques ont, quant à elles, mis au jour une source essentielle pour l’histoire des arts beylicaux : les récits de voyageurs qui ont parcouru la Régence ottomane de Tunis aux xviiie et xixe siècles et qui ont recueilli des informations diverses concernant les revêtements céramiques tunisois.

7La question de l’intérêt suscité par cette céramique, de l’évolution de la considération portée à Qallaline, a structuré un deuxième corpus de sources non exploitées à ce jour concernant les arts tunisiens : celui de la documentation émanant des institutions du gouvernement tunisien sous le Protectorat français, de 1881 jusqu’aux premières décennies du xxe siècle, sur les premières mesures de protection et de restauration des revêtements tunisois, la formation des premières collections publiques, les missions d’enquête sur la situation des industries d’art entre deux siècles et les rapports qui en résultent ou encore les premières réflexions sur l’histoire des ateliers.

8Enfin, la documentation graphique – dessins et croquis, photographies et cartes postales, presse illustrée – considérée comme un élément secondaire ou accessoire dans les travaux antérieurs sur le sujet, s’est révélée une source très riche. À titre d’exemple, les fonds de l’Institut national du patrimoine de Tunis illustrent les remaniements subis par les décors étudiés et témoignent parfois de l'existence d'œuvres aujourd’hui disparues. Les 100 planches incluses dans ce travail, outre leur fonction illustrative, démontrent bien l’intérêt de cette source pour l’étude des arts beylicaux.

9Quant à la documentation d’archives proprement dite elle est constituée de sources tunisiennes mais également de sources européennes contemporaines permettant ainsi de conserver la perspective globale déjà évoquée. C’est le cas des dossiers de la Chancellerie du consulat de France à Tunis, aujourd’hui déposés aux Archives Diplomatiques de Nantes, de la correspondance du consulat d’Espagne en Tunisie, conservée en partie à l’Archive historique nationale de Madrid et dans l’Archive générale de l’administration à Alcalá de Henares, ou encore des registres portuaires des villes du Levant espagnol.

10Le premier chapitre est consacré à l'utilisation de revêtement céramique dans l’architecture mouradite du xviie siècle. Au-delà d'un simple inventaire, ce travail remet en question des croyances bien enracinées sur la céramique tunisienne du xviie siècle. Il met ainsi en lumière l’emploi de marqueterie céramique tout au long du siècle, et bien au-delà des chronologies généralement admises. Il aborde également la question des origines morisques légendaires des ateliers tunisois qui peuvent être confirmées en partie au vu de l’importante influence espagnole dans la première production moderne des ateliers tunisois ; de la présence manifeste des influences ottomanes dans les arts tunisiens dès la deuxième moitié du siècle, ce qui permet d’avancer les dates de la parution d’un art ottoman tunisien. À partir des rares témoignages conservés, la première production tunisoise, non étudiée à ce jour, peut être ainsi bien identifiée, décrite, appréhendée, séquencée.

11Le chapitre deux s’intéresse à la description des ateliers tunisois et à leur histoire, en esquissant la séquence des potiers et des ateliers familiaux connus qui ont travaillé dans le quartier de Qallaline. D’autres aspects, négligés jusqu’à maintenant bien qu'ayant marqué la production locale, telles les importations céramiques espagnoles au xviiie siècle, complètent la description de cette période.

12Le chapitre trois s’attache à la description formelle des carreaux et offre la définition des motifs ornementaux dans une perspective diachronique – origine, parution, évolution – en abordant aussi l’interprétation. En raison du caractère synthétique du style tunisois, il est question aussi de la filiation des compositions de motifs, notamment de la filiation hispanique. La céramique tunisoise étant communément considérée comme atemporelle, l'objectif de cette description était ainsi d'établir des bornes chronologiques. Ce chapitre propose une méthode de datation qui semble fructueuse sans pour autant ignorer ses limites. La datation précise des productions ibériques apporte une date post quem pour l’adoption de certaines compositions par les ateliers tunisois. Loin des approches impressionnistes antérieures, Qallaline est dorénavant insérée dans le temps.

13Les chapitres suivants cherchent à insérer la production tunisoise dans le territoire. Le quatrième chapitre propose ainsi une description des revêtements céramiques qui ornent les fondations beylicales tunisoises et autres bâtiments contemporains de la ville de Tunis – palais, zāwiya, wukala et sabīl. L’analyse des revêtements céramiques qui ornent l’architecture tunisoise du xviiie siècle permet d'analyser l’évolution des pratiques associées à l’usage de carreaux céramiques tout au long du siècle ; mais également de remettre en cause des idées répandues tel que l’abandon des pavements céramiques en faveur du dallage en calcaire ou en marbre et de mettre en avant des pratiques inattendues comme le remploi des matériaux céramiques.

14Le cinquième chapitre aborde la question de la distribution de la céramique de Qallaline à l’intérieur du pays ainsi que l’exportation vers les régences voisines. La description détaillée des ensembles céramiques conservés in situ permet de considérer divers aspects comme les rapports entre les ateliers et leur marché, de définir la production tunisoise destinée à l’exportation et de vérifier que les compositions et les formules ornementales essayées dans l’architecture beylicale sont reprises dans la Régence d’Alger et dans celle de Tripoli de Barbarie. Ce chapitre met en évidence la dimension transnationale des arts beylicaux : l’exportation céramique tunisienne est à l’origine d’un style ornemental commun aux trois régences maghrébines.

15En conclusion, la définition esthétique de la production céramique tunisoise est abordée. La valeur et le sens accordés par ses contemporains, un art turc à part entière, ainsi que la dimension de cette production par rapport aux manifestations artistiques contemporaines au sein de l’Empire, permettent d’affirmer que Qallaline, expression citadine du pouvoir beylical, est un art ottoman provincial. En même temps, aux multiples apports extérieurs s'ajoute un apport local qui fait des céramiques de Qallaline quelque chose d'immédiatement reconnaissable, expression d'une forte identité régionale.

16La deuxième partie présente les catalogues des carreaux et des panneaux céramiques tunisois ornant les bâtiments de notre corpus. Ce travail visait à élaborer un catalogue exhaustif, à établir une chronologie argumentée pour chaque composition en identifiant origine et évolution, à offrir une typologie méthodique et une classification stylistique de la production tunisoise. En somme, à fournir un véritable outil de travail. En l'absence d'un modèle de fiche catalographique satisfaisant, nous avons mis en place un modèle à partir des informations rassemblées sur chaque composition. Tout en visant l’exhaustivité, nous avons souhaité proposer une classification ouverte, susceptible d’être enrichie et modifiée afin d’éviter son obsolescence.

Haut de page

Notes

1 Voir les travaux sur l'architecture domestique de Jacques Revault ou de celles sur l’architecture officielle d’Ahmed Saadaoui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clara Ilham Álvarez Dopico, « Qallaline. Les revêtements en céramique des fondations beylicales tunisoises du xviiie siècle », ABE Journal [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 05 février 2016, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://abe.revues.org/2847

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue ABE Journal est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo In Visu
  • Revues.org