Navigation – Plan du site
Editorial

Carreau céramique, carreau ciment et mosaïque décorative xixe-xxe siècles

Ceramic tiles, cement tiles and decorative mosaics 19th-20th centuries
Leïla el-Wakil

Texte intégral

1La présente livraison rassemble quatre essais relatifs au revêtement de carreaux décoratifs pratiqué entre la seconde moitié du xixe siècle et le début du xxe siècle dans quatre zones distinctes : l’Espagne, notamment l’enclave de Melilla, l’Algérie, le Liban et la Syrie ainsi que l’Argentine. L’ambition initiale de ce dossier thématique était de mettre en lumière l’étude du carreau céramique et du carreau ciment, comme revêtement de sol et de mur. La mosaïque décorative de la firme Tossut est venue s’ajouter à ces deux matériaux initiaux. Les échanges transméditerranée ou transatlantique, la circulation des modèles et de la technologie, la formation des artisans ou fabricants, le métissage des procédés et de l’usage ont mobilisé les auteurs des différentes contributions tout en s’inscrivant dans le prolongement de l’Action COST Architecture Beyond Europe (IS0904)1.

2Employé depuis l’Antiquité à des fins décoratives mais aussi utilitaires, le revêtement de sol en pierre ou céramique est utilisé de façon différente selon les traditions et les cultures : mosaïques romaines, pavements de marbres polychromes, dallages de pierre, carreaux céramique et autres produits des « arts du feu ». Le carreau céramique relevant de la grande tradition du décor islamique, et fort abondamment étudié par les spécialistes des arts de l’Islam, connaît à la fois une persistance et un renouveau dans les pays du sud de la Méditerranée au tournant du xxe siècle.

  • 2 Mario Baeck, Splendeurs domestiques. Les carrelages de sol et de mur en céramique et en ciment en B (...)
  • 3 Yves Esquieu, Une histoire du carreau-mosaïque, de la couleur dans la maison, Mirabeau : REF, 2C éd (...)

3Les différents essais ci-après se placent après la transition de la production artisanale de ces revêtements à une production semi-industrialisée permettant une plus large diffusion à bas coût et pour lesquels l’engouement devient rapidement international. Dans la première moitié du xxe siècle, à la faveur de l’invention du ciment Parker (1802) puis Portland (1824), nombreuses sont les recherches expérimentales pour mettre au point des carreaux décoratifs : carreaux incrustés, motifs imprimés par transferts, tesselles de marbre ou de pierre noyées dans le ciment, etc., puis carreau ciment, comme l’explique dans les chapitres introductifs Mario Baeck, Splendeurs domestiques. Les carrelages de sol et de mur en céramique et en ciment en Belgique2. Revêtement décoratif des intérieurs aux couleurs chatoyantes, le carreau ciment, dit aussi carreau hydraulique ou mosaico hydraulico en espagnol, al-balāṭ al-mosaīk ou al-balāt al-moulawwan en arabe, est obtenu sans cuisson par compression à l’aide d’une presse hydraulique puis immergé dans l’eau. Comme l’explique Yves Esquieu3, c’est un matériau semi-industrialisé bon marché dont l’invention semble se situer en France entre 1850 et 1860.

  • 4 Robert Saliba, Beyrouth architectures. Aux sources de la modernité 1920-1940, Marseille : Parenthès (...)
  • 5 Sophie Skaf, 20 × 20, Beyrouth, Paris, Tunis, Barcelone, Beyrouth : Amers, 2010.

4La maison Lachave de Viviers se distingue rapidement par la fabrication et la diffusion internationale de l’équipement nécessaire à la fabrication des carreaux ciment, comme l’illustre Anas Soufan dans son essai intitulé « Overview on the importation and manufacturing of cement tiles in Syria and Lebanon: Damascus-Beirut, 1880s-1930s ». Soufan se penche sur la diffusion du carreau ciment dans le contexte damascène et beyrouthin entre 1880 et 1930 s’appuyant pour cela sur les travaux pionniers de Robert Saliba, Beyrouth architectures. Aux sources de la modernité 1920-19404, et de Sophie Skaf, 20 × 20, Beyrouth, Paris, Tunis, Barcelone5 qui constituent un point de départ de l’approche du carreau ciment d’origine occidentale, employé comme « tapis d’été » dans les maisons beyrouthines en particulier. Grâce aux recherches menées dans les archives de la maison Lachave et de firmes syriennes et libanaises, il fait état des premières maisons important du matériel pour la fabrication des carreaux hydrauliques comme celle de Chaya & Shami à Beyrouth ou Derviche Haddad à Damas. Il met en lumière des businessmen importateurs de matériaux et de technologies comme Khalil Bagdadi, Nejib Araman ou Michel Nasser. L’exportation de la technologie laisse le champ libre à l’improvisation artistique des dessinateurs libanais ou syriens qui inventent les diviseurs, qui prennent place dans les moules et permettent de cloisonner les couleurs en générant les motifs.

5Dans « La baldosa hidráulica en España. Algunos aspectos de su expansión industrial y evolución estética (1867-1960) », Antonio Bravo Nieto propose une approche du carreau ciment en Espagne et dans l’enclave de Melilla entre la fin du xixe siècle et les années suivant la Seconde Guerre mondiale. Née en France, la production semi-industrielle se diffuse dès la seconde moitié du xixe siècle en Catalogne et à Valence, puis en Afrique du Nord dès les années 1880 et en Amérique latine après 1900. Une cartographie historique des fabriques espagnoles, basée sur le dépouillement des annuaires, permet de comprendre le succès remporté, dans l’aire culturelle hispanophone, continentale puis intercontinentale, par ce type de revêtement au début du xxe siècle. On comptera environ 220 fabriques de carreaux hydrauliques en Espagne en 1911 et jusqu’à 320 en 1948. Les grandes expositions (Barcelone, Exposition Universelle, 1888 ; Guipúzcoa, Exposition de la Société des Beaux-Arts, 1897 ; Saragosse, Exposition hispano-française, 1908, etc.) jouent un rôle important dans le repérage des nouvelles firmes et des mises au point technologiques. Bravo Nieto tente ensuite de retracer une évolution stylistique du carreau ciment dans l’enclave de Melilla, illustrant la succession des courants de l’Éclectisme et l’Art nouveau à l’Art déco pour s’évanouir à partir des années 1940 dans des modèles unis ou tachetés à caractère monochrome.

  • 6 Alejandro Artucio Urioste, Catálogo de azulejos stanníferos franceses del siglo XIX utilizados en (...)

6Thibault Bechini, dans « L'industrie céramique française et le marché argentin : des échanges commerciaux aux transferts techniques » se penche plus particulièrement sur la circulation des produits et des technologies entre la France et l’Argentine. Bechini étudie ainsi l’évolution du commerce franco-argentin, lié aux carreaux céramique durant le xixe siècle et jusqu’au milieu du xxe siècle en s’appuyant sur une tradition existante, les azulejos ou baldosas francesas soit carreaux de faïence français dans la construction argentine, uruguayenne et brésilienne ayant fait l'objet d'un catalogue publié par Alejandro A. Urioste, Catálogo de azulejos stanníferos franceses del siglo XIX utilizados en Uruguay, Argentina y Brasil6. Sous l’effet de la concurrence étrangère et notamment espagnole, puis allemande et austro-hongroise, et des droits de douane, la Société Générale des Tuileries de Marseille se plaint déjà à la fin du xxe siècle de problèmes de compétitivité des produits céramiques français. La situation ira s’aggravant jusque dans les années 1930 et, dès les années 1920, les compagnies argentines comme la Compañía Cerámica Argentina Limitada recherchent des hommes du métier capables de hausser le niveau de la production locale de carreaux céramique. Le phénomène de l’importation des technologies et des savoir-faire français se consolide au xxe siècle, l’importation de baldosas francesas ralentissant au profit d’un transfert de compétences.

7« La mosaïque en représentation : la Maison Tossut à Alger » de Boussad Aiche donne un état provisoire des recherches sur la firme Tossut, une firme de restaurateurs d’art d’origine frioulane. Appelés en 1888 dans le cadre des fouilles archéologiques de Timgad et Lambèse, Louis et Jean-Baptiste Tossut participent à la dépose et à la restauration des mosaïques romaines. Parallèlement à leur activité de restaurateur, ils ouvrent une première entreprise de mosaïque décorative à Alger, puis, dans les années 1930, à Casablanca. Le répertoire de mosaïques algéroises de la firme dressé par Aiche met en évidence l’adaptation des décors à l’évolution du goût, l’Art déco succédant à l’Art nouveau et précédant les abstractions modernes.

8Relevant de l’« ornement portatif », le thème du carreau céramique, du carreau ciment et de la mosaïque décorative s’est révélé particulièrement efficace en tant que vecteur d’une diffusion matérielle, immatérielle et technologique, et très illustratif de ce franchissement de la frontière qui était l’objet même de l’Action COST European Architecture Beyond Europe. Les incursions effectuées par les auteurs de ce numéro devraient donner à d’autres chercheurs dans le domaine des arts appliqués l’impulsion nécessaire à de nouvelles recherches croisées entre sources et terrains, ici et ailleurs.

Haut de page

Notes

1 http://architecturebeyond.eu.huma-num.fr/, consulté le 28 avril 2016.

2 Mario Baeck, Splendeurs domestiques. Les carrelages de sol et de mur en céramique et en ciment en Belgique, Namur : Institut du Patrimoine Wallon, 2013 (Dossier de l’IPW, 11).

3 Yves Esquieu, Une histoire du carreau-mosaïque, de la couleur dans la maison, Mirabeau : REF, 2C éditions, 2013 (une histoire des objets).

4 Robert Saliba, Beyrouth architectures. Aux sources de la modernité 1920-1940, Marseille : Parenthèses, 2009.

5 Sophie Skaf, 20 × 20, Beyrouth, Paris, Tunis, Barcelone, Beyrouth : Amers, 2010.

6 Alejandro Artucio Urioste, Catálogo de azulejos stanníferos franceses del siglo XIX utilizados en Uruguay, Argentina y Brasil, Museo del Azulejo, Colección Alejandro Artucio Urioste, Montevideo : Intendencia Municipal de Montevideo, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Leïla el-Wakil, « Carreau céramique, carreau ciment et mosaïque décorative xixe-xxe siècles », ABE Journal [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://abe.revues.org/2873

Haut de page

Auteur

Leïla el-Wakil

Professeure associée, Unité d'histoire de l'art, Université de Genève, Suisse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue ABE Journal est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo In Visu
  • Revues.org