Navigation – Plan du site
Travaux de recherche en cours

La mosaïque en représentation : la Maison Tossut à Alger

Boussad Aïche

Texte intégral

1Installée en Algérie à la fin du xixe siècle, l’entreprise de « dallage en mosaïque » des frères Tossut est active jusqu'aux années 1950. Sa production, qui a accompagné les trajectoires de nombreux architectes, offre un large éventail de modèles et de techniques représentatifs de l’évolution de l’art décoratif en Algérie. Les solutions esthétiques proposées suivent les différents courants stylistiques européens qui traversent cette période, allant de l’éclectisme au modernisme, et introduisent de nouvelles formes marquées par des influences locales. Reflets de l’évolution des tendances architecturales qu’elles accompagnent, certaines des réalisations des Tossut méritent une attention particulière en tant qu’œuvres d’art, d’autres en revanche s’inscrivent dans une production courante tels les dallages granités qui constituent une part importante de la commande de l’entreprise.

2Cet article exploratoire vise à dresser un premier inventaire des réalisations de l’entreprise à partir d’enquêtes de terrain conduites principalement à Alger, et du dépouillement de deux revues, Les Chantiers nord-africains publiés entre 1928 et 1939, et Le Journal Général des travaux publics et du bâtiment pour la période allant de 1920 à 1939, complété par les mentions relevées dans des publications telles que L’Écho d'Alger ou les revues municipales de grandes villes d’Algérie. Consacrées essentiellement à la production architecturale en Algérie, au Maroc et en Tunisie, les revues Les chantiers nord-africains et Le Journal général des travaux publics et du bâtiment publient en effet, outre une sélection d’édifices remarquable pour le premier et la liste des édifices ayant obtenu une autorisation de bâtir pour le second, des données concernant parfois les artisans (mosaïstes, marbriers, stucateurs,…) actifs sur les chantiers.

3La recherche des fonds d’archives de l’entreprise n’a pour l’instant pu aboutir. La mise au jour de ces archives permettrait à coup sûr d’engager un travail de synthèse dans une perspective transnationale qui pourrait mieux rendre compte de la complexité de la production architecturale et artistique algérienne et maghrébine.

Les frères Tossut, restaurateurs de mosaïques

  • 1 « Fra essi ricorderemo, in Francia, Giandomenico Facchina, i fratelli Mora, Giovanni Odorico, Franc (...)
  • 2 Capucine Lemaître, La conservation des mosaïques. Découverte et sauvegarde d’un patrimoine (France (...)
  • 3 Capucine Lemaître, op. cit. (note 2), p. 129-130.

4Après avoir travaillé en France1, les frères Tossut, originaires de Sequals, un village du nord de l’Italie dans la région du Frioul réputée pour ses mosaïstes2, se rendent en Algérie en 1888 pour participer, semble-t-il, au chantier de dépose et de restauration des mosaïques romaines découvertes à Timgad et Lambèse3.

  • 4 La première mission est confiée dès 1840 à Amable Ravoisier qui va répertorier entre 1840 et 1842 l (...)
  • 5 Marie-Noëlle Bourguet, Bernard Lepetit, Daniel Nordman et Maroula Sinarellis (dirs.), L’invention s (...)

5Sur ces sites archéologiques antiques qui avaient déjà fait l’objet de campagnes d’exploration à l’occasion des missions scientifiques4 menées dès 18405, un nombre important de mosaïques sont découvertes, soulevant ainsi la question de la mise en œuvre de techniques de restauration. La protection et la sauvegarde de ces vestiges nécessitent un savoir-faire spécifique souvent importé d’Italie, pays réputé pour ses restaurateurs d’art.

  • 6 Albert Ballu a été architecte en chef du Service des monuments historiques de l’Algérie de 1889 à 1 (...)
  • 7 Marie-Laure Courboulès, Abdelkader Bensalah, Mouloud Derram et Mohamed Chérif Hamza, « Coopération (...)
  • 8 Les éléments trouvés ne permettent pas de dire de quel frère il s’agit.
  • 9 Cette mosaïque de 2,39 m par 2,70 m a été restaurée par les frères Tossut en 1902. Copie du célèbre (...)
  • 10 Albert Ballu, « Travaux de fouilles et de consolidations effectuées en 1920. Fouilles au sud des th (...)

6Employés par le service des monuments historiques dirigé par Albert Ballu (Paris 1849-Paris 1939)6, Luigi (Louis) (Sequals 1864-?) et Giovanni Battista dit Gio Batta (Jean-Baptiste) (Sequals 1863- ?1954) participent à la dépose, au transfert et à la restauration de mosaïques antiques découvertes à l’occasion des fouilles effectuées sur l’ensemble du territoire7. Cette expérience leur révèle un patrimoine antique exceptionnel et enrichit leur connaissance de la mosaïque romaine. Ainsi, au début du xxe siècle, l’un des frères Tossut8 intervient sur les sites de Cherchell (1902, 1903 et 1920)9, Ziama (1911) et Tipasa (1920)10.

  • 11 Le nom de l’entreprise varie selon les différentes époques, on trouve par exemple « Entreprise géné (...)
  • 12 Papier à en-tête de l’entreprise pour une commande de marbres pour mosaïque à M. Louis Scarazini, e (...)
  • 13 Anciennement mosquée Ketchaoua, située dans la basse Casbah d’Alger. Elle est transformée en cathéd (...)
  • 14 Le semeur Algérien, 16 août 1914, p. 2.
  • 15 On citera notamment Le Journal général des travaux publics et du bâtiment, Travaux nord-africains e (...)

7Parallèlement à leur activité de restaurateurs d’art, Louis et Jean-Baptiste Tossut créent, probablement à la toute fin du xixe siècle, une entreprise11 de création de mosaïque décorative et installent un premier atelier à Alger, au n° 7, rue Denfert-Rochereau (actuellement rue Khelifa-Boukhalfa). Un papier à en-tête de l’atelier algérois12 fait déjà état en 1904 de « dallage en mosaïque » de « style vénitien & romain », et cite quelques travaux de référence parmi lesquels « l’hôpital de Mustapha », « la maison de santé du Docteur Rouby » ainsi que la cathédrale Saint-Philippe13 d’Alger. Encouragés par l’essor des activités liées à la décoration artistique des bâtiments, ils créent une antenne à Oran en 1914, au 15, boulevard Fulton (actuellement boulevard Didouche-Mourad)14. Les nombreux encarts publicitaires, publiés dans les journaux spécialisés de l’époque15, soulignent d’ailleurs la diversité des activités de l’entreprise qui propose outre l’exécution de mosaïques en marbre, émaux ou en grès cérame, la restauration des mosaïques anciennes. L’arrivée de nouveaux procédés sériels de fabrication et de pose va accélérer l’ascension des frères Tossut qui s’imposent désormais, sur la scène architecturale, en tant qu’acteurs incontournables pour les arts décoratifs. Ils mettent au point un système de mosaïque décorative sans joints appellé « dallage granité ». Très bien adapté aux lieux réclamant les meilleures conditions d’hygiène, ce système sera largement utilisé dans les écoles et les hôpitaux. Ces avancées techniques, conjuguées au savoir et au savoir-faire des artisans des ateliers Tossut, vont largement alimenter la création artistique.

  • 16 Les enfants de Louis Tossut sont Titien Arsène né le 26 décembre 1893, Vincent François né le 21 no (...)
  • 17 Le Mercure africain. Commercial, industriel, maritime, minier, 25 mars 1928, p. 2.

8En 1928, ils créent une nouvelle société en étendant leurs activités au Maroc où ils installent une succursale à Casablanca. Ils décident alors de se séparer. Le cadet des frères, Louis, et son fils Titien16 (Alger 1893-?) sont à la tête de la firme marocaine, alors que Jean-Baptiste et son neveu Vincent François (Alger 1895-?)17 gardent les ateliers d’Alger et d’Oran.

Illustration 1 : « La maison Tossut », réclame et publicité.

Illustration 1 : « La maison Tossut », réclame et publicité.

Décors 1900 : entre éclectisme et Art nouveau

9Au tout début du xxe siècle, la Maison Tossut se signale par de nombreuses commandes qui accompagnent la diffusion de l’Art nouveau sur la scène algérienne. Ce nouveau courant stylistique séduit notamment les architectes Henri Petit (Paris 1856-Alger 1926) et Georges Vautrin (Laxou 1870-Alger 1926) qui l’adoptent pour réaliser un imposant immeuble bourgeois du centre d’Alger, situé face à la Grande poste, au n° 59-61 de la rue Larbi-Ben-M’Hidi (anciennement rue d'Isly). Le langage des formes courbes caractéristiques de cette tendance se lit aussi bien sur les façades décorées de panneaux de céramique, l’encadrement du porche d’entrée associant lignes ondoyantes et motifs floraux, que sur les dessins des mosaïques intérieures exécutées par les frères Tossut. Les tapis de mosaïque d’entrée se caractérisent ainsi par leur encadrement périphérique qui adopte l'esthétique de la ligne en coup de fouet formée par de fines bandes noires que l’on retrouve dans de nombreux immeubles Art nouveau parisiens.

Illustration 2 : immeuble de rapport n° 59-61, rue Larbi-Ben-M’Hidi, (anciennement rue d’Isly), Alger. Mosaïque du hall d’entrée.

Illustration 2 : immeuble de rapport n° 59-61, rue Larbi-Ben-M’Hidi, (anciennement rue d’Isly), Alger. Mosaïque du hall d’entrée.

Source : Boussad Aiche.

10Non loin de là, au n° 11 rue Emir-El-Khetabi (anciennement rue d'Isly), les mosaïques employées comme revêtement de sol sont aussi utilisées pour recouvrir les soubassements d’appui panneautés des murs du hall d’entrée. Le dessin floreale ou Liberty réinterprète les qualités linéaires de la plante et son essence organique faite de courbes stylisées. Mais les motifs évoquent aussi la magnifique tradition de l’intarsia italienne, telle qu’elle s’exprime sur les tables de marbre dès la Renaissance.

Illustration 3 : immeuble de rapport, 11, rue Émir-El-Khetabi, Alger. Mosaïque à l’entrée de l’immeuble. Atelier Tossut.

Illustration 3 : immeuble de rapport, 11, rue Émir-El-Khetabi, Alger. Mosaïque à l’entrée de l’immeuble. Atelier Tossut.

Source : Boussad Aiche.

11Ce style Art nouveau atteint probablement son apogée dans le revêtement du sol du hall d’entrée de l’immeuble de rapport situé au n° 6 de la rue Ferroukhi (anciennement rue de Richelieu). Conçue comme une véritable fresque peinte associant motifs animaliers et floraux, cette mosaïque mêle couleurs et ornementation, qui ici contraste avec le panneautage de bois des murs. La composition symétrique comporte au centre l’image stylisée d’un oiseau entouré de formes végétales et de lignes ondulées.

Illustration 4 : immeuble de rapport, 6, rue Ferroukhi (anciennement rue Richelieu), Alger. La tendance Art nouveau.

Illustration 4 : immeuble de rapport, 6, rue Ferroukhi (anciennement rue Richelieu), Alger. La tendance Art nouveau.

Source : Boussad Aiche.

12Le thème animalier est aussi présent dans l’immeuble de rapport du n° 2, rue Ali-Boumendjel (anciennement rue Dumont-d’Urville) ou encore celui du n° 64, rue Larbi-Ben-M’Hidi (anciennement rue d’Isly) représentant une girafe.

Illustration 5 : immeubles, 2, rue Ali-Boumendjel (anciennement rue Dumont-d’Urville) et n° 64, rue Larbi-Ben-M’Hidi (anciennement rue d’Isly).

Illustration 5 : immeubles, 2, rue Ali-Boumendjel (anciennement rue Dumont-d’Urville) et n° 64, rue Larbi-Ben-M’Hidi (anciennement rue d’Isly).

Source : Boussad Aiche.

13Le revêtement au sol du hall de l’immeuble (Auguste Guillet arch., 1897) du 2 rue Ali-Boumendjel (anciennement rue Dumont-d’Urville) s’inspire des mosaïques antiques, et fait notamment écho au chien de garde que l’on retrouve sur le seuil de certaines demeures romaines, à l’image de celles mises au jour lors de fouilles archéologiques effectuées dans la maison du poète à Pompéi portant l’inscription « Cave Canem », c’est-à-dire « Prenez garde au chien ! ». On voit ici la façon dont les Tossut mettent à profit des motifs inspirés de l’Antiquité qui leur permettent d’élargir la gamme des répertoires décoratifs en revisitant sous des formes nouvelles les modèles découverts lors des fouilles.

14Parallèlement à la tendance Art nouveau, des styles majoritairement influencés par les modèles esthétiques européens et caractéristiques de l’éclectisme architectural se déploient le long des rues et boulevards d’Alger. Au n° 21, boulevard Mustapha-Ben-Boulaid (anciennement rampe Bugeaud), les thèmes de l’Antiquité sont aussi revisités dans le décor de la mosaïque du hall d’entrée de l’immeuble. L’une des rares à être signée « Tossut Fres, Alger Agha », cette mosaïque propose une composition classique, à trame géométrique, encadrée de motifs qui mêlent la symbolique du trident à la représentation du dragon.

Illustration 6 : immeuble de rapport, 21, boulevard Mustapha-Ben-Boulaid (anciennement rampe Bugeaud).

Illustration 6 : immeuble de rapport, 21, boulevard Mustapha-Ben-Boulaid (anciennement rampe Bugeaud).

Source : Boussad Aiche.

15Très présents, les motifs floraux propres à l’Art nouveau sont aussi couramment utilisés. On les retrouve dans les revêtements au sol ou encore au niveau des soubassements des murs des halls d’entrée des immeubles, comme au n° 17 du boulevard Mustapha-Ben-Boulaid (anciennement rampe Bugeaud) et aux nos 4 et 6, boulevard Khemisti (anciennement boulevard Laferrière).

Illustration 7 : hall d’entrée des immeubles situés aux nos 4 et 6, boulevard Khemisti (anciennement boulevard Laferrière).

Illustration 7 : hall d’entrée des immeubles situés aux nos 4 et 6, boulevard Khemisti (anciennement boulevard Laferrière).

Source : Boussad Aiche.

  • 18 Hélène Guéné, Odorico, mosaïste Art Déco, Bruxelles : AAM éditions, 2000, p. 73.

16Ces modèles qui se diffusent dans de nombreuses villes, à Oran, Annaba (anciennement Bône), mais aussi à Paris, sont souvent tirés de catalogues que se procurent les architectes pour sélectionner des ornements standardisés18.

Les programmes religieux

17Les programmes religieux représentent aussi une part importante de la commande. En 1901, Jean-Baptiste Tossut participe, en collaboration avec Pietro Pellarin, à la décoration de l’église Sant’Andrea de Sequals. La famille Tossut conserve ainsi un lien avec son village d’origine.

  • 19 « L’église Sainte-Marie-Saint-Charles de l’Agha », L’Algérie catholique n° 1, janvier 1938, p. 11. (...)
  • 20 « Granito (Maison Tossut) Le vestibule d'entrée de l'immeuble l'ensemble du 1er étage et tous les p (...)
  • 21 L’Écho d’Alger, 24 février 1928.

18À Alger, les Tossut (Jean-Baptiste probablement) réalisent, à la fin du xixe siècle, des mosaïques à l’entrée de la cathédrale Saint-Philippe (aujourd’hui mosquée Ketchaoua). Ils interviennent également dans l’église Saint-Charles dans le quartier de l’Agha (actuellement mosquée el-Rahma), œuvre de l’architecte Stéphane Boulin (Saint-Étienne 1847-Saint-Étienne 1911), construite entre 1894 et 1896. On peut voir aujourd’hui encore la signature portée sur le sol en haut des marches menant au porche d’entrée de l’église avec l’inscription en mosaïque « Tossut Fres Mosaïstes – Alger-Agha ». Les Frères Jean-Baptiste et Vincent Tossut interviennent également en 1929 pour réaliser des mosaïques à l’intérieur de l’église. À partir du carton dessiné par le peintre José Ortega (? 1877-? 1955), élève d’Hippolyte Dubois (Rezé 1837-Samoëns 1909), ils décorent le chœur, l’avant-chœur, le maître-autel et la chaire19. Ils sont aussi chargés d’orner le vestibule du presbytère de l’église20. Jean-Baptiste Tossut travaille également en collaboration avec le peintre Eugène Bonetto (Teniet-El-Haad 1882-? 1963) pour réaliser les monuments aux morts de Saint-Charles, de l’église de Tipasa et les autels des églises de Marengo et de Bouzaréah ainsi que celui la cathédrale inauguré en 1928 et recouvert de « mosaïques, émail et or ».21 Hors d’Alger, ils participent au décor de l’église de Blida et réalisent celui du tympan de la cathédrale d’Oran.

Mauresque et néo-mauresque ?

  • 22 Boussad Aiche, Architectes et architectures des années 1930 à Alger, Thèse de doctorat sous la dire (...)

19À une période où le « style Jonnart » se diffuse à travers l’ensemble du territoire, notamment pour les équipements publics, l’esthétique néo-mauresque va imposer son langage stylistique et influencer la création artistique. Cet engouement pour ce style favorable à la renaissance des « arts indigènes » traduit la volonté politique de l’administration de participer à la construction d’une identité culturelle propre à la colonie22.

  • 23 Le Palais d’été (aujourd’hui Palais du peuple) était à l’origine une résidence de campagne apparten (...)
  • 24 Jean Alazard, Le Palais d’été, résidence du Gouverneur général de l’Algérie, Alger : Imprimerie off (...)

20Chargés du réaménagement du Palais d’été23 pour en faire la résidence officielle du Gouverneur général d’Algérie, les architectes Gabriel Darbéda (Alger 1869-Alger ? 1949) et Charles Montaland (Lyon 1871-Alger 1946) s’imprègnent de ce langage et font appel en 1916 à la Maison Tossut pour décorer la salle des fêtes. Les grands arcs brisés, qui rythment l’espace imposant de cette salle en délimitant une série de travées successives, sont revêtus de mosaïques bleu turquoise et or exécutées à partir des cartons du peintre Louis Ferdinand Antoni (Bastia 1872-Alger 1940), alors que le revêtement du sol en mosaïques de marbre est dessiné par l’architecte Gabriel Darbéda24.

Illustration 8 : salle des fêtes du Palais d’été et détail d’une des travées.

Illustration 8 : salle des fêtes du Palais d’été et détail d’une des travées.

Source : cartes postales anciennes.

  • 25 En 1930, la France célèbre le Centenaire de la colonisation de l’Algérie.
  • 26 Nos 31, 33 et 35, boulevard Mohamed-V (anciennement boulevard Saint-Saëns)
  • 27 N° 45, rue Didouche-Mourad (anciennement rue Michelet).
  • 28 Immeuble situé au n° 21, rue Abane-Ramdane (anciennement rue du Colonel-d’Ornano) à Alger, Paul Gui (...)

21Après s’être graduellement affranchi de son poids officiel pour acquérir au lendemain de la célébration du centenaire25 de la colonisation de l’Algérie une dimension essentiellement décorative, le « style Jonnart » continue néanmoins à prospérer dans de nombreux projets. Sous l’influence des singularités culturelles et des enjeux esthétiques, la persistance du thème néo-mauresque comme référent identitaire, voir patrimonial, se traduit de façons multiples. En se conjuguant aux modénatures des façades, ce langage est mis en scène dans les nombreux immeubles de rapport dessinés par l’architecte algérois Paul Guion (Guelma 1881-Boissy l'Aillerie 1972). Sa collaboration avec la Maison Tossut souligne cette volonté d’appropriation des modèles locaux propre à sa trajectoire. Guion réalise les cartons des mosaïques utilisées pour mettre en valeur l’encadrement des portes et fenêtres, ainsi que les sous-faces des balcons des nombreux immeubles de rapport qu’il réalise dans les années 1930 à Alger. Ceux qui s’élèvent sur le boulevard Mohamed-V (anciennement boulevard Saint-Saëns)26, le boulevard Krim-Belkacem (anciennement chemin du Telemly), la rue Didouche-Mourad (anciennement rue Michelet)27 le boulevard Amirouche (anciennement boulevard Baudin), ou encore de la rue Abane-Ramdane (anciennement rue du Colonel-d’Ornano)28, associent langage classique et vocabulaire néo-mauresque. L’emprunt de différents éléments stylistiques locaux ne se réduit pas à la reproduction des formes héritées du passé, il s’agit plutôt d’une réinterprétation de l’héritage architectural qui allie modernité et tradition.

Illustration 9 : 21, rue Abane-Ramdane (anciennement rue du Colonel-d’Ornano). Paul Guion arch.

Illustration 9 : 21, rue Abane-Ramdane (anciennement rue du Colonel-d’Ornano). Paul Guion arch.

Photos : Boussad Aiche.

Illustration 10 : entrée du n° 45, rue Didouche-Mourad (anciennement rue Michelet), Paul Guion arch.

Illustration 10 : entrée du n° 45, rue Didouche-Mourad (anciennement rue Michelet), Paul Guion arch.

Source : Boussad Aiche.

  • 29 Boussad Aiche « Figures de l’architecture algéroise des années 1930 : Paul Guion et Marcel Lathuill (...)

22Cette expression algérienne fondée sur une forme de métissage renvoie aux croisements des arts dans une tentative de renouvellement des codes esthétiques, sans pour autant rester en marge ou remettre en cause les acquis de l’architecture moderne. Ce langage qui puise aussi bien dans les motifs géométriques de l’art berbère que dans l’architecture néo-mauresque ou encore dans l’Art déco parisien est à l’origine de nouvelles compositions artistiques29.

  • 30 M.-J. Cotereau, « L’hôtel de ville de Philippeville. Architecte Charles Montaland », Les chantiers (...)

23En adoptant le même vocabulaire plastique qui allie esprit moderne et référence traditionnelle, la Maison Tossut va participer, aux côtés de Charles Montaland, au décor de la gare et de l’hôtel de ville de Skikda (anciennement Philippeville)30.

Illustration 11 : hôtel de ville de Skikda.

Illustration 11 : hôtel de ville de Skikda.

Source : « Le nouvel hôtel de ville de Philippeville. Architecte Charles Montaland », Les chantiers nord-africains, décembre 1932, p. 405-406.

24En façade, les arcades outrepassées de l’hôtel de ville sont supportées par des colonnes revêtues de mosaïques proposant ici aussi des dispositifs ornementaux hybrides, tout comme la galerie ouvrant sur la salle des fêtes du premier étage surplombant un vaste bassin. À l’intérieur, les mosaïques de couleur jaune, vert, marron et or composent, avec le marbre et la céramique, des motifs d’inspiration néo-mauresque, mettant en scène tout comme à la gare de Skikda les espaces intérieurs rythmés par des colonnes.

  • 31 Considéré comme l’un des rares peintres fauve d’Algérie, Augustin Ferrando obtient la médaille d'or (...)
  • 32 « Le théâtre municipal de Sidi Bel Abbès. Architecte Charles Montaland », Les chantiers nord-africa (...)

25Toujours avec la participation de la maison Tossut, Montaland réalise en 1938 le théâtre municipal de Sidi Bel Abbès. L’architecte se démarque de la tradition néo-mauresque en proposant une esthétique essentiellement influencée par l’Art déco parisien, et fait appel à l’artiste peintre Augustin Ferrando (Miliana 1880-Oran 1957)31 pour exécuter les cartons des mosaïques. Le grand hall en forme de rotonde est entouré de 16 colonnes revêtues de mosaïques rouges et or32, et agrémenté d’une fontaine lumineuse. Au sol une mosaïque représentant Pégase, le cheval ailé mythologique, avec un fond de couleur jaune entouré d’un motif en forme de pétales.

Illustration 12 : les colonnes de la rotonde du théâtre municipal de Sidi Bel Abbès.

Illustration 12 : les colonnes de la rotonde du théâtre municipal de Sidi Bel Abbès.

Source : « Le théâtre municipal de Sidi Bel Abbès. Architecte Charles Montaland », Les chantiers nord-africains, août 1938, p. 348.

L’Art déco et son expression locale

  • 33 Boussad Aiche, Architectes et architectures des années 1930 à Alger, op.cit. (note 22), p. 141
  • 34 Inauguré le 5 mai 1930, il ne sera ouvert au public qu’à partir du 1er avril 1931. Il reçoit 13 500 (...)
  • 35 Le musée d’Oran (Musée Demaeght actuellement Ahmed Zabana) ne sera édifié qu’en 1933 et celui de Co (...)

26En 1930, la célébration du Centenaire de la colonisation en Algérie est l’occasion de stimuler la création architecturale et artistique à travers la mise en œuvre de nombreux édifices publics. Emblèmes du pouvoir, ceux-ci marquent un tournant dans la production du cadre bâti. En se distinguant des modèles esthétiques précédents, la commande publique adopte les nouveaux codes architecturaux internationaux du Mouvement moderne33. Les enjeux politiques et médiatiques du Centenaire accélèrent ainsi la mise en place d’un vaste programme qui comprend la construction d’un musée national à Alger34 et d’un musée régional à Oran35. L’occasion est alors donnée à la maison Tossut de déployer son savoir-faire en réalisant les nombreuses mosaïques prévues pour ces deux musées. Le Musée des beaux-arts d’Alger, œuvre de l’architecte Paul Guion, déploie les multiples variations stylistiques des mosaïques, mêlant tout à la fois les thèmes de l’Antiquité, les motifs néo-mauresques et les décors géométriques berbères. Si l’éclectisme architectural continue à s’imposer, l’influence de l’Art déco parisien se fait sentir dans les cartons des mosaïques exécutées à partir des dessins de Louis Fernez (Avignon 1900-Savigny-sur-Orge 1984), utilisées aussi bien pour le revêtement au sol que pour le décor des colonnes et des bassins de la pergola.

Illustration 13 : Alger, Musée national des beaux-arts, Paul Guion arch, 1928-1930.

Illustration 13 : Alger, Musée national des beaux-arts, Paul Guion arch, 1928-1930.

Source : Boussad Aiche.

  • 36 François Pouillon, « La peinture monumentale en Algérie : un art pédagogique ? », Cahiers d’études (...)

27Couramment utilisée à Paris ou à Casablanca à la même période, l’iconographie Art déco se révèle aussi au Musée des beaux-arts d’Oran (anciennement musée Demaëght) construit par l’architecte Georges Wolff (Saint-Étienne 1873-Nice 1970). À un moment où l’art mural tient une place importante dans le décor des bâtiments publics, l’occasion est donnée aux artistes de réaliser des œuvres artistiques pour la décoration de pans entiers de murs afin de recevoir des fresques, des bas-reliefs ou encore de grandes peintures murales36 à l’occasion de la célébration du Centenaire.

Illustration 14 : musée national Ahmed Zabana (anciennement musée Demaëght), Georges Wolff arch., 1933.

Illustration 14 : musée national Ahmed Zabana (anciennement musée Demaëght), Georges Wolff arch., 1933.

Source : « Le palais des arts à Oran. Architectes Georges Wolff. Entreprise : Société africaine de travaux », Les chantiers nord-africains, avril 1932, p. 576.

  • 37 « Le musée des Beaux-Arts d’Oran », Les chantiers nord-africains, janvier 1929, p. 89-90

28L’artiste Fernand Belmonte (Hassiane Ettoual 1897-Marseille 1981), natif des environs d’Oran et enseignant à l’École des beaux-arts, réalise les cartons de l’imposante fresque en mosaïque qui se déploie sur une longueur de 75 m et une hauteur de deux mètres37. Sous forme de frise, encadrée par des bas-reliefs évoquant des scènes de la mythologie, elle participe à la mise en scène de la puissance novatrice du projet tout en s’intégrant à l’esthétique sévère et rythmée de l’architecture du bâtiment. La fresque se prolonge derrière l’imposant péristyle de la façade formé par quatre colonnes encadrant les portes d’entrée.

Illustration 15 : musée national Ahmed Zabana.

Illustration 15 : musée national Ahmed Zabana.

Le péristyle et détail de la mosaïque dessinée par Fernand Belmonte et exécutée par la maison Tossut.

Source : Lamia Issaad.

  • 38 « La maison du colon à Oran », Les chantiers nord-africains, juillet 1929, p. 483-485 ; « L’inaugur (...)

29Dans le même esprit, et faisant référence au même langage, les Tossut collaborent une nouvelle fois avec Belmonte pour exécuter les mosaïques de la Maison du Colon d’Oran38, aujourd’hui Palais de la culture, place Zeddour Ibrahim (anciennement place Kargentah), conçu par les architectes Georges Wolff et Ernest J. Brunier (?-?).

Illustration 16 : palais de la culture (anciennement Maison du Colon) à Oran.

Illustration 16 : palais de la culture (anciennement Maison du Colon) à Oran.

La mosaïque des Tossut, encadrée par deux bas-reliefs, représente Bacchus et Cérès.

Source : Lamia Issaad.

Les exigences de la modernité

  • 39 « Une nouvelle salle de spectacle à Alger : L’Empire », Les chantiers nord-africains, février 1932, (...)
  • 40 « Cinéma Rialto Oran. Architecte G. Wolff et Peyrot », Les chantiers nord-africains, février 1932, (...)
  • 41 « La villa des Clapotis, plage des Pins, Sidi Ferruch, architecte M. E. Bonetto, mosaïque J.-B. Tos (...)

30L’esthétique Art déco, très prisée dans les années Trente, prend parfois ses distances avec le décor figuratif pour laisser place à un langage plus dépouillé. Celui utilisé pour les motifs de mosaïques du cinéma L’Empire39 à Alger, le Rialto à Oran40 ou encore la villa des Clapotis41 sur la plage des Pins à Sidi Fredj annonce le modernisme naissant.

Illustration 17 : villa des Clapotis, plage des Pins, Sidi Ferruch, M. E. Bonetto arch.

Illustration 17 : villa des Clapotis, plage des Pins, Sidi Ferruch, M. E. Bonetto arch.

Source : Les chantiers nord-africains, janvier 1935, p. 26-31.

31Cette tendance qui commence par se généraliser en métropole, notamment pour la construction des édifices publics, se diffuse largement en Algérie. Si la rhétorique monumentale s’avère être de rigueur pour la commande publique, le choix du langage moderne n’est certes pas le moindre des enjeux pour la construction du Palais du Gouvernement ou le bâtiment de la Maison de l’agriculture. L’esthétique simple et géométrique des modèles utilisés par l’atelier Tossut pour les revêtements en mosaïque des soubassements des escaliers sont les seules concessions faites aux décors. Œuvres de l’architecte Jacques Guiauchain (Alger 1884–Alger 1960) et de l’entreprise Perret, ces deux bâtiments emblématiques, construits à Alger à l’occasion du Centenaire, marquent une rupture avec la tradition décorative antérieure. La disparition du figuratif au profit des formes géométriques véhiculées par l’architecture moderne est perceptible dans les nombreux immeubles de rapport des années 1930. Sous l’influence des partisans de l’abstraction et du Mouvement moderne, un nouveau langage infiltre progressivement les œuvres des mosaïstes. Aux nos 15 et 17, rue Didouche-Mourad (anciennement rue Michelet), le revêtement au sol réalisé par la Maison Tossut intègre parfaitement cette démarche artistique où simplicité et dépouillement, découlant du discours des avant-gardes, sont devenus la règle.

  • 42 Le Journal Général des travaux publics et du bâtiment, 14 avril 1933, L’Afrique du Nord illustrée, (...)
  • 43 Le Journal Général des travaux publics et du bâtiment, 14 avril 1933, p. 1 et 3.

32Cette tendance à l’abstraction est aussi lisible dans le revêtement du fond du bassin destiné aux enfants réalisé en 1936 par Vincent Tossut dans le parc de la Liberté (anciennement parc de Galland). Les motifs décoratifs exécutés en mosaïque de cube de grès cérame, mélangés de cassons de grès de différents tons, forment un tableau symbolisant la mer et le ciel42. Il se retrouve également dans « la vasque de la fontaine, faite de granits et mosaïques bleues » réalisée à l’entrée de la première Foire d'Alger de 1933, ainsi que dans les autres réalisations présentées sur le stand de la maison Tossut43.

Illustration 18 : mosaïque du hall d’entrée de l’immeuble, nos 15 et 17, rue Didouche-Mourad (anciennement rue Michelet).

Illustration 18 : mosaïque du hall d’entrée de l’immeuble, nos 15 et 17, rue Didouche-Mourad (anciennement rue Michelet).

Source : Boussad Aiche.

33En empruntant au patrimoine des référents pour construire des objets nouveaux, la puissance novatrice des mosaïques réalisées par les Tossut puise aussi son langage à partir des liens qui se sont tissés entre le contexte et la culture artistique des différents protagonistes (architecte, artiste, mosaïste). Témoins des modalités d’emprunt et de métissage esthétique, les nombreuses mosaïques exécutées par les frères Tossut traduisent des influences aussi bien locales qu’internationales. En offrant des exemples originaux de compromis entre ornementations traditionnelles et Art déco, elles dessinent une scène artistique, ouverte aussi bien au courant de pensée européens qu’aux particularismes locaux.

Haut de page

Notes

1 « Fra essi ricorderemo, in Francia, Giandomenico Facchina, i fratelli Mora, Giovanni Odorico, Francesco Pellarin, Ermenegildo Cristofori, i fratelli Tossut; in Germania, Leonardo de Poi. Ma l'emigrazione più massiccia iniziò verso il 1880 », Enciclopedia monografica del Friuli-Venezia Giulia. 1-2. La vita economica, 1971, p. 487.

2 Capucine Lemaître, La conservation des mosaïques. Découverte et sauvegarde d’un patrimoine (France 1800-1914), Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2009 (Art & Société) ; Marc Margarit, Dictionnaire biographique des Italiens originaires du Frioul (provinces de Udine, Pordenone et Gorizia) établis en France. URL: http://www.geneaita.org/spip.php?article17. Consulté le 15 avril 2016.

3 Capucine Lemaître, op. cit. (note 2), p. 129-130.

4 La première mission est confiée dès 1840 à Amable Ravoisier qui va répertorier entre 1840 et 1842 le patrimoine hérité de la période romaine. Elle est suivie en 1872 par celle d’Edmond Duthoit.

5 Marie-Noëlle Bourguet, Bernard Lepetit, Daniel Nordman et Maroula Sinarellis (dirs.), L’invention scientifique de la Méditerranée, Égypte, Morée, Algérie, Paris : Éditions de l’École des Hautes Études en sciences sociales, 1998 (Recherches d’histoire et de sciences sociales, 77).

6 Albert Ballu a été architecte en chef du Service des monuments historiques de l’Algérie de 1889 à 1927.

7 Marie-Laure Courboulès, Abdelkader Bensalah, Mouloud Derram et Mohamed Chérif Hamza, « Coopération algéro-française pour la préservation de collections anciennes de mosaïques des musées algériens », in Aïcha Ben Abed, Martha Demas et Thoby Roby (dirs.), Lesson Learned: Reflecting on the Theory and Practice of Mosaic Conservation/Leçons retenues : Les enseignements tirés des expériences passées dans le domaine de la conservation des mosaïques, actes de la 9e conférence de l’ICCM (Hammamet, 29 novembre-3 décembre 2005), Los Angeles, CA : The Getty Conservation Institute, 2008, p. 95.

8 Les éléments trouvés ne permettent pas de dire de quel frère il s’agit.

9 Cette mosaïque de 2,39 m par 2,70 m a été restaurée par les frères Tossut en 1902. Copie du célèbre tableau grec du Ve siècle av. JC, très souvent imité, cette mosaïque est aujourd’hui exposée au musée de Cherchell. Voir Victor Waille, « Rapport sur les fouilles de Cherchell », Revue Africaine. Bulletin des travaux de la Société historique algérienne, 1902, Alger, p. 21.

10 Albert Ballu, « Travaux de fouilles et de consolidations effectuées en 1920. Fouilles au sud des thermes est », in Recueil des notices et mémoires de la société archéologique du département de Constantine. Année 1922-1923, vol. 46, 1923, p. 13-14.

11 Le nom de l’entreprise varie selon les différentes époques, on trouve par exemple « Entreprise générale de travaux de mosaïque décorative », « Entreprise générale de travaux de mosaïques en tous genres » ou « Entreprise Générale de Travaux de Mosaïque et de Granitos ».

12 Papier à en-tête de l’entreprise pour une commande de marbres pour mosaïque à M. Louis Scarazini, entrepreneur dans l’Ain, datée du 9 septembre 1904, collection particulière.

13 Anciennement mosquée Ketchaoua, située dans la basse Casbah d’Alger. Elle est transformée en cathédrale au lendemain de la colonisation de l’Algérie et redevient mosquée juste après l’Indépendance.

14 Le semeur Algérien, 16 août 1914, p. 2.

15 On citera notamment Le Journal général des travaux publics et du bâtiment, Travaux nord-africains et Les chantiers nord-africains.

16 Les enfants de Louis Tossut sont Titien Arsène né le 26 décembre 1893, Vincent François né le 21 novembre 1895, et Antoinette Louise née le 26 août 1898. Voir Aix-en-Provence (France), Archives nationales d’outre-mer, état-civil Algérie.

17 Le Mercure africain. Commercial, industriel, maritime, minier, 25 mars 1928, p. 2.

18 Hélène Guéné, Odorico, mosaïste Art Déco, Bruxelles : AAM éditions, 2000, p. 73.

19 « L’église Sainte-Marie-Saint-Charles de l’Agha », L’Algérie catholique n° 1, janvier 1938, p. 11. Ces mosaïques ont aujourd’hui disparu.

20 « Granito (Maison Tossut) Le vestibule d'entrée de l'immeuble l'ensemble du 1er étage et tous les paliers auront leur plancher revêtu d'un dallage en mosaïque dite de "granito" avec bandes d'encadrement et joints de dilatation en cube de grès cérame […] Les marches d'escaliers seront également en granito […] Les seuils des deux entrées du rez-de-chaussée seront en granito […] », L'Algérie catholique, vol. 3, n° 1, janvier 1938, p. 11.

21 L’Écho d’Alger, 24 février 1928.

22 Boussad Aiche, Architectes et architectures des années 1930 à Alger, Thèse de doctorat sous la direction de Sylviane Leprun, Université Michel de Montaigne, Bordeaux 3, 2010, p. 47-48.

23 Le Palais d’été (aujourd’hui Palais du peuple) était à l’origine une résidence de campagne appartenant au Dey, appelée maison Fahs. Elle sera transformée en résidence officielle pour le Gouvernement général par l’architecte Darbeda. Après avoir été ouverte au public dans les années 1990, elle réintègre son ancienne fonction.

24 Jean Alazard, Le Palais d’été, résidence du Gouverneur général de l’Algérie, Alger : Imprimerie officielle, 1951, p. 45.

25 En 1930, la France célèbre le Centenaire de la colonisation de l’Algérie.

26 Nos 31, 33 et 35, boulevard Mohamed-V (anciennement boulevard Saint-Saëns)

27 N° 45, rue Didouche-Mourad (anciennement rue Michelet).

28 Immeuble situé au n° 21, rue Abane-Ramdane (anciennement rue du Colonel-d’Ornano) à Alger, Paul Guion arch., 1929.

29 Boussad Aiche « Figures de l’architecture algéroise des années 1930 : Paul Guion et Marcel Lathuillière », in Myriam Bacha (dir.), Architectures au Maghreb. Réinvention du patrimoine (xixe-xxe siècles), Tours : Presses universitaires François Rabelais, 2011, p. 263-281.

30 M.-J. Cotereau, « L’hôtel de ville de Philippeville. Architecte Charles Montaland », Les chantiers nord-africains, septembre 1933, p. 903. « Philippeville », Les chantiers nord-africains, février 1933, p. 164.

31 Considéré comme l’un des rares peintres fauve d’Algérie, Augustin Ferrando obtient la médaille d'or des Orientalistes français en 1905. Il a occupé la fonction de directeur de l’École des beaux-arts d'Oran et celle du conservateur du musée Demaeght (actuellement Ahmed Zabana).

32 « Le théâtre municipal de Sidi Bel Abbès. Architecte Charles Montaland », Les chantiers nord-africains, août 1938, p. 343-349

33 Boussad Aiche, Architectes et architectures des années 1930 à Alger, op.cit. (note 22), p. 141

34 Inauguré le 5 mai 1930, il ne sera ouvert au public qu’à partir du 1er avril 1931. Il reçoit 13 500 visiteurs la première année.

35 Le musée d’Oran (Musée Demaeght actuellement Ahmed Zabana) ne sera édifié qu’en 1933 et celui de Constantine (Musée Gustave Mercier actuellement Cirta) par l’architecte Castelet, sera inauguré en 1931.

36 François Pouillon, « La peinture monumentale en Algérie : un art pédagogique ? », Cahiers d’études africaines, vol. 36, n° 141-142, 1996, p. 190.

37 « Le musée des Beaux-Arts d’Oran », Les chantiers nord-africains, janvier 1929, p. 89-90

38 « La maison du colon à Oran », Les chantiers nord-africains, juillet 1929, p. 483-485 ; « L’inauguration de la maison du colon à Oran », L’Écho d’Alger, 20 avril 1931, p. 2.

39 « Une nouvelle salle de spectacle à Alger : L’Empire », Les chantiers nord-africains, février 1932, p. 133-136.

40 « Cinéma Rialto Oran. Architecte G. Wolff et Peyrot », Les chantiers nord-africains, février 1932, p. 157-150.

41 « La villa des Clapotis, plage des Pins, Sidi Ferruch, architecte M. E. Bonetto, mosaïque J.-B. Tossut », Les chantiers nord-africains, janvier 1935, p. 26-31.

42 Le Journal Général des travaux publics et du bâtiment, 14 avril 1933, L’Afrique du Nord illustrée, avril 1935, p. 22 et Bulletin municipal officiel de la ville d’Alger, séance du 25 août 1936, p. 244.

43 Le Journal Général des travaux publics et du bâtiment, 14 avril 1933, p. 1 et 3.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : « La maison Tossut », réclame et publicité.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/2926/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Illustration 2 : immeuble de rapport n° 59-61, rue Larbi-Ben-M’Hidi, (anciennement rue d’Isly), Alger. Mosaïque du hall d’entrée.
Crédits Source : Boussad Aiche.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/2926/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Illustration 3 : immeuble de rapport, 11, rue Émir-El-Khetabi, Alger. Mosaïque à l’entrée de l’immeuble. Atelier Tossut.
Crédits Source : Boussad Aiche.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/2926/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Illustration 4 : immeuble de rapport, 6, rue Ferroukhi (anciennement rue Richelieu), Alger. La tendance Art nouveau.
Crédits Source : Boussad Aiche.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/2926/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Illustration 5 : immeubles, 2, rue Ali-Boumendjel (anciennement rue Dumont-d’Urville) et n° 64, rue Larbi-Ben-M’Hidi (anciennement rue d’Isly).
Crédits Source : Boussad Aiche.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/2926/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Illustration 6 : immeuble de rapport, 21, boulevard Mustapha-Ben-Boulaid (anciennement rampe Bugeaud).
Crédits Source : Boussad Aiche.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/2926/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Illustration 7 : hall d’entrée des immeubles situés aux nos 4 et 6, boulevard Khemisti (anciennement boulevard Laferrière).
Crédits Source : Boussad Aiche.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/2926/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Illustration 8 : salle des fêtes du Palais d’été et détail d’une des travées.
Crédits Source : cartes postales anciennes.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/2926/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Illustration 9 : 21, rue Abane-Ramdane (anciennement rue du Colonel-d’Ornano). Paul Guion arch.
Crédits Photos : Boussad Aiche.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/2926/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Illustration 10 : entrée du n° 45, rue Didouche-Mourad (anciennement rue Michelet), Paul Guion arch.
Crédits Source : Boussad Aiche.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/2926/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Illustration 11 : hôtel de ville de Skikda.
Crédits Source : « Le nouvel hôtel de ville de Philippeville. Architecte Charles Montaland », Les chantiers nord-africains, décembre 1932, p. 405-406.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/2926/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Illustration 12 : les colonnes de la rotonde du théâtre municipal de Sidi Bel Abbès.
Crédits Source : « Le théâtre municipal de Sidi Bel Abbès. Architecte Charles Montaland », Les chantiers nord-africains, août 1938, p. 348.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/2926/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Illustration 13 : Alger, Musée national des beaux-arts, Paul Guion arch, 1928-1930.
Crédits Source : Boussad Aiche.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/2926/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Illustration 14 : musée national Ahmed Zabana (anciennement musée Demaëght), Georges Wolff arch., 1933.
Crédits Source : « Le palais des arts à Oran. Architectes Georges Wolff. Entreprise : Société africaine de travaux », Les chantiers nord-africains, avril 1932, p. 576.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/2926/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Illustration 15 : musée national Ahmed Zabana.
Légende Le péristyle et détail de la mosaïque dessinée par Fernand Belmonte et exécutée par la maison Tossut.
Crédits Source : Lamia Issaad.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/2926/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Illustration 16 : palais de la culture (anciennement Maison du Colon) à Oran.
Légende La mosaïque des Tossut, encadrée par deux bas-reliefs, représente Bacchus et Cérès.
Crédits Source : Lamia Issaad.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/2926/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Illustration 17 : villa des Clapotis, plage des Pins, Sidi Ferruch, M. E. Bonetto arch.
Crédits Source : Les chantiers nord-africains, janvier 1935, p. 26-31.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/2926/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Illustration 18 : mosaïque du hall d’entrée de l’immeuble, nos 15 et 17, rue Didouche-Mourad (anciennement rue Michelet).
Crédits Source : Boussad Aiche.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/2926/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 493k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Boussad Aïche, « La mosaïque en représentation : la Maison Tossut à Alger », ABE Journal [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://abe.revues.org/2926

Haut de page

Auteur

Boussad Aïche

Maître de conférence, Département d’architecture, Université Mouloud Mammeri, Tizi-Ouzou, Algérie

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue ABE Journal est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo In Visu
  • Revues.org