Skip to navigation – Site map
Document/Sources

Julien Belloir, Inauguration du canal de Suez – Trône du Vice-Roi d'Égypte

Alice Thomine-Berrada

Index terms

Indice de palabras clave :

Compañía del canal de Suez

Schlagwortindex :

Suezkanal Unternehmen

Geographical index :

Egypt

Chronological index :

19th century

Mentionned persons :

khédive Ismaïl, Julien Belloir
Top of page

Full text

  • 1 Cf. RF MO ARO 2015 3 1 à 13 ; RF MO ARO 2016 1 1 à 10, Musée d’Orsay.
  • 2 1820 ou 1827 selon Victoria Fischbach, Belloir : une maison de tapissiers-décorateurs au XIXème si (...)
  • 3 Jean Giraudoux, Suzanne et le pacifique, Paris : Émile-Paul Frères, 1922, p. 35.

1Cette aquarelle représentant le trône utilisé par le khédive d'Égypte Ismaïl lors de l’inauguration du Canal de Suez est la plus belle pièce d’un ensemble de 23 dessins acquis par le musée d’Orsay entre 2015 et 20161 et provenant directement des archives de l’entreprise Belloir, entreprise de tapisserie spécialisée dans les décors. Fondée dans les années 18202 et active jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, celle-ci fut le fournisseur officiel des grandes administrations françaises, comme la Ville de Paris, le mobilier national, ou la maison de l’Empereur mais travailla aussi pour la grande bourgeoisie et noblesse parisienne. Son travail était autant un travail de décorateur, sous la direction de l’architecte, que celui d’un entrepreneur qui commandait les tissus et la menuiserie nécessaires à leur mise en œuvre. La plus importante part de l’activité de Belloir était la réalisation de décors éphémères pour les fêtes privées et publiques. L’entreprise était à ce point populaire dans ce domaine qu’en 1924, Jean Giraudoux pouvait comparer l’apathie mélancolique de son héroïne Suzanne à l’indifférence du « commis de Belloir qui ramène sa flore d'un bal officiel3. »

  • 4 Annuaire général du commerce, de l’industrie, de la magistrature et l’administration, 1862, Paris, (...)
  • 5 Victoria Fischbach, op. cit. (note 2), p. 12.
  • 6 Cf. RF MO ARO 2015 3 6.
  • 7 Cf. RF MO ARO 2015 3 7.

2Cette aquarelle illustre l’essor pris au Second Empire par l’entreprise Belloir sous l’impulsion de Julien Belloir, le fils du fondateur, dont elle prit le nom en 18624. Elle porte le tampon qu’adopta l’entreprise après son déménagement du quartier de la Bastille à un lieu fortuné de la capitale, rue de la Victoire5. Principal fournisseur des fêtes publiques organisées par la Ville de Paris, décorateur des grandes cérémonies impériales et des travaux de réunion du Louvre aux Tuileries, l’entreprise avait déjà également une importante clientèle privée et internationale, comme en témoigne le décor réalisé pour le bal organisé le 28 mai 1867 à l’Ambassade d’Autriche6. Ce bal fut sans doute donné à l’occasion de l’exposition de 1867 qui offrit à Belloir de nombreuses et importantes commandes, à l’instar du décor du pavillon de la Hongrie7.

  • 8 Gustave Douin, Histoire du règne du Khédive Ismaïl : L'apogée 1867-1873, Rome : Istituto poligrafi (...)

3Ce fut du reste lors de l’exposition de 1867 que le khédive Ismaïl, invité par l’Empereur en France pour y visiter l’importante section consacrée à son pays, découvrit les réalisations de Belloir. L’entreprise avait même pu célébrer personnellement le khédive puisqu’elle réalisa sous la houlette de l’architecte Victor Baltard la magnifique réception donnée le 27 juin par le préfet Haussmann en son honneur8. Et, lorsque le vice-roi d’Égypte fit un tour d’Europe pour convier les souverains occidentaux à l’inauguration du canal de Suez, il goûta encore les charmes d’une fête à la « Belloir » lorsque son banquier, l’homme d’affaire Hermann Oppenheim, lui dédia une somptueuse réception dans son hôtel parisien :

  • 9 Gustave Douin, op. cit. (note 8), 1934, p. 306-307.

4« L'entrée (…) était (…) surmontée d'un écusson flamboyant, au chiffre du Khédive, avec la couronne royale portant au chef le croissant (…) la merveille de cette résidence princière était la galerie annexée à la serre et qui avait été construite en quelques jours par Belloir, pour servir de salle de danse (...) Les murs étaient tapissés de glaces immenses, drapées de rideaux de satin rose ornés d'une garniture de satin vert. Dans ces glaces se reflétaient douze lustres étincelants (…) Deux fontaines monumentales (…) laissaient couler une eau rafraichissante et parfumée (…) Des treillages d'or couraient sur tout l'espace laissé libre par les glaces. Le mobilier était recouvert de satin rose et vert, comme les tentures9. »

  • 10 Celui-ci finança la fête (Henri de Suckau, Les grandes voies du progrès, Suez et Honduras, Paris : (...)

5Il n’est donc pas étonnant que le vice-roi10 ait souhaité recourir aux services de cette entreprise française reconnue pour concevoir les décors de l’inauguration du canal de Suez, vaste entreprise franco-égyptienne, portée par le diplomate Ferdinand de Lesseps (1805‑1894), et son oncle Saïd, dont Lesseps avait été le précepteur. Les fêtes de l’inauguration célébrant la jonction des eaux de la Méditerranée à celles de la mer Rouge par une voie de 174 km, la fondation de trois villes (Suez, Ismaïlia, Port-Saïd) et l’aménagement de deux ports (Suez et Port-Saïd) devaient refléter l’ampleur de ces travaux. La création du canal ayant suscité des tensions internationales, elles avaient également une dimension diplomatique importante, en réunissant autour du vice-roi, l’impératrice Eugénie, l’empereur d’Autriche, le prince royal de Prusse, les princes des Pays-Bas et de Hanovre, les ambassadeurs d’Angleterre et de Russie.

  • 11 Cérémonie d'inauguration du canal de Suez à Port-Saïd, 1896, musée national du Château de Compiègn (...)
  • 12 François Philippe Voisin, Le Canal de Suez, tome 2, Paris : Vve C. Dunod, 1902-1906, p. 305.

6Il n’est en revanche pas évident de déterminer à quel moment de l’inauguration ce trône monumental était destiné. Celui-ci n’est pas représenté sur les gravures et aquarelles rendant compte de ce long événement qui dura cinq jours : le 16 novembre fut consacré aux cérémonies religieuses à l’entrée du canal, à Port-Saïd. Le 17 novembre, les bateaux des invités empruntèrent le canal jusqu’à Ismaïlia où furent organisées des fêtes fastueuses. Les 19 et 20 novembre, les bateaux reprirent le canal pour atteindre Suez. Il ne correspond pas au décor des cérémonies du premier jour dépeint par le célèbre tableau d’Édouard Riou11 mais il est en revanche possible de supposer qu’il ait servi pour orner le vaisseau du vice-roi, le chalet où il reçut ses hôtes à leur arrivée à Ismaïlia ou, toujours à Ismaïlia, le dîner qu’il offrit dans son palais. Son opulence aurait en effet pu tempérer la simplicité de ce palais édifié en quelques mois12. Son style opère une synthèse, conforme à la pensée saint‑simonienne qui fut à l’origine de la conception du canal, entre l’Orient et l’Occident : le décor évoquant l’Égypte antique, palmette, sphinx, hiéroglyphe, décor de palmette, inspiré par les importantes découvertes faites récemment par le célèbre archéologue Auguste Mariette – qui fut invité aux festivités et aurait même suggéré le thème d’Aïda, opéra imaginé par Verdi également destiné à célébrer l’ouverture du Canal de Suez –, est associé avec des tentures rouges et un fauteuil évoquant plus Louis XIV que Toutankhamon.

  • 13 Belloir & Vazelle - Splendeurs impériales, fêtes mondaines et pompes républicaines, catalogue d'ex (...)
  • 14 Le musée conserve une aquarelle signée de cet artiste.
  • 15 Voir Victoria Fischbach, op. cit. (note 2), p. 49, note 186. Ce rapprochement a été réalisé grâce (...)

7Outre l’usage exact du trône représenté, ce dessin fait surgir d’autres questions intéressantes qui n’ont pas encore de réponse aujourd’hui. Les premières sont relatives au statut du dessin : s’agit-il d’un projet présenté au vice-roi ou d’une aquarelle commémorative des fêtes à l’instar de celles faites par Édouard Riou pour l’album souvenir destiné à l’impératrice, Voyage pittoresque à travers l’isthme de Suez ? Une autre question a trait à l’attribution de ce dessin qui n’est pas signé. Leur qualité permettrait de les attribuer à Théodore Baer (1844-1895), peintre suisse, formé chez Wilhelm Kaulbach à Munich puis à partir de 1864 à Paris dans l’atelier de Charles Gleyre13. Parallèlement à son activité de peintre (il continua à exposer régulièrement en Suisse), celui-ci fut le principal peintre-décorateur de la société et réalisera à ce titre des dessins de présentation, destinés à la fois à convaincre le commanditaire et à constituer un recueil de modèles14. Troisième question, le rôle de l’entreprise Belloir dans la conception de ce projet puisque celle-ci travaillait en règle générale avec des architectes (Adolphe Alphand pour le bal de l’ambassade d’Autriche, Victor Baltard pour les festivités de la municipalité parisienne, Hector Lefuel pour les fêtes impériales). Les travaux de Belloir furent-ils dirigés ici par un des favoris du khédive, comme par exemple les ingénieurs français Jean-Antoine Cordier qui le conseillait dans ses grands travaux urbains et Léon Rousseau qui, après avoir participé aux travaux du canal, fut engagé par Ismaïl Pacha comme directeur puis secrétaire d'État aux travaux publics ? Une enquête dans les fonds égyptiens permettrait sans doute de le définir… Enfin, il est possible de s’interroger sur les modalités matérielles de l’exportation du savoir-faire de Belloir. Comment cette entreprise dont l’activité reposait sur l’utilisation d’un vaste stock de tissus et mobiliers (estrades, mâts) où elle puisait en fonction des besoins a-t-elle pu internationaliser son travail ? L’entreprise fonda-t-elle un bureau en Égypte ? Y faisait-elle faire tissus et menuiserie ? La question doit être posée puisqu’il semble que son activité en Égypte ne se limita pas à l’inauguration du canal de Suez et que l’entreprise participa notamment au décor du palais du khédive à Ghiseh construit par Ambroise Baudry15, preuve s'il en est du succès de cette réalisation.

Julien Belloir, Inauguration du canal de Suez Trône du Vice-Roi d'Egypte, 1869, crayon, aquarelle, gouache, tampon à l'encre bleue h. g. « J-en BELLOIR & Cie/ TAPISSERIE/ EBENISTERIE/ DECORATION/ 56, RUE DE LA VICTOIRE », Inscription à l'encre de Chine en h. g. : « Inauguration du Canal de Suez/ Trône du Vice-Roi d'Egypte », 64 x 38,6 cm.

Julien Belloir, Inauguration du canal de Suez – Trône du Vice-Roi d'Egypte, 1869, crayon, aquarelle, gouache, tampon à l'encre bleue h. g. « J-en BELLOIR & Cie/ TAPISSERIE/ EBENISTERIE/ DECORATION/ 56, RUE DE LA VICTOIRE », Inscription à l'encre de Chine en h. g. : « Inauguration du Canal de Suez/ Trône du Vice-Roi d'Egypte », 64 x 38,6 cm.

Source : Paris (France), musée d'Orsay.

Top of page

Notes

1 Cf. RF MO ARO 2015 3 1 à 13 ; RF MO ARO 2016 1 1 à 10, Musée d’Orsay.

2 1820 ou 1827 selon Victoria Fischbach, Belloir : une maison de tapissiers-décorateurs au XIXème siècle, Mémoire de master I, École du Louvre, 2016, p. 7.

3 Jean Giraudoux, Suzanne et le pacifique, Paris : Émile-Paul Frères, 1922, p. 35.

4 Annuaire général du commerce, de l’industrie, de la magistrature et l’administration, 1862, Paris, Firmin-Didot, p. 117 (cité par Victoria Fischbach, op. cit. (note 2), p. 8).

5 Victoria Fischbach, op. cit. (note 2), p. 12.

6 Cf. RF MO ARO 2015 3 6.

7 Cf. RF MO ARO 2015 3 7.

8 Gustave Douin, Histoire du règne du Khédive Ismaïl : L'apogée 1867-1873, Rome : Istituto poligrafico dello stato, t. II, 1934, p. 11. Je dois cette référence à l’aide d’Emmanuelle Quilez que je remercie vivement.

9 Gustave Douin, op. cit. (note 8), 1934, p. 306-307.

10 Celui-ci finança la fête (Henri de Suckau, Les grandes voies du progrès, Suez et Honduras, Paris : Librairie Internationale, 1869, p. 40, note 1). Ferdinand de Lesseps et son ministre Nubar Pacha en étudièrent les détails à Paris (Gustave Douin, op. cit. (note 8), p. 435).

11 Cérémonie d'inauguration du canal de Suez à Port-Saïd, 1896, musée national du Château de Compiègne.

12 François Philippe Voisin, Le Canal de Suez, tome 2, Paris : Vve C. Dunod, 1902-1906, p. 305.

13 Belloir & Vazelle - Splendeurs impériales, fêtes mondaines et pompes républicaines, catalogue d'exposition (Paris, Jane Roberts Fine Arts, 14 octobre-14 novembre 2015), p. 60.

14 Le musée conserve une aquarelle signée de cet artiste.

15 Voir Victoria Fischbach, op. cit. (note 2), p. 49, note 186. Ce rapprochement a été réalisé grâce à une remarque de Laure Chabanne. Il semble difficile de penser comme le suggère l’auteur que Belloir ait rencontré Baudry sur le chantier de l’Opéra de Paris puisque Baudry quitta la France en 1871 et que Belloir commença à travailler avec Charles Garnier en 1873.

Top of page

List of illustrations

Title Julien Belloir, Inauguration du canal de Suez Trône du Vice-Roi d'Egypte, 1869, crayon, aquarelle, gouache, tampon à l'encre bleue h. g. « J-en BELLOIR & Cie/ TAPISSERIE/ EBENISTERIE/ DECORATION/ 56, RUE DE LA VICTOIRE », Inscription à l'encre de Chine en h. g. : « Inauguration du Canal de Suez/ Trône du Vice-Roi d'Egypte », 64 x 38,6 cm.
Credits Source : Paris (France), musée d'Orsay.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/3137/img-1.jpg
File image/jpeg, 185k
Top of page

References

Electronic reference

Alice Thomine-Berrada, « Julien Belloir, Inauguration du canal de Suez – Trône du Vice-Roi d'Égypte », ABE Journal [Online], 9-10 | 2016, Online since 01 March 2017, connection on 19 August 2017. URL : http://abe.revues.org/3137 ; DOI : 10.4000/abe.3137

Top of page

About the author

Alice Thomine-Berrada

Conservateur en chef, musée d'Orsay, Paris, France

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
La revue ABE Journal est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo In Visu
  • Revues.org