Navigation – Plan du site

11 | 2017
Paradoxical Southeast Asia

Sous la direction de Caroline Herbelin

En Asie du Sud-Est, espace caractérisé par d’intenses réseaux de circulations régionaux et globaux du XVIe siècle jusqu’à nos jours, le paysage architectural est souvent considéré comme un palimpseste. Le caractère hybride et syncrétique des formes architecturales sudestasiatiques, est perçu comme l’empreinte des vagues de contacts successives qui ont émaillées l’histoire de cette partie du monde, surnommée « Méditerranée asiatique » (F. Gipoloux). Dans cette généalogie des types architecturaux, le moment colonial est souvent considéré comme une rupture qui a introduit des formes radicalement nouvelles dans l’architecture vernaculaire. Selon cette même logique, après les décolonisations, la fin du XXe siècle et le début du XXIe siècle sont des moments d’intensification de cette acculturation architecturale. L’adoption du style international dans les mégapoles des « tigres asiatiques », centres névralgiques de l’économie globalisée, semble symbolique d’un développement urbain tourné vers le « global » plutôt que le « local ».

En assimilant l’évolution des formes architecturales en Asie du Sud Est à celle d’un transfert, principalement d’Ouest en Est, cette approche escamote pourtant les modalités complexes de constitution du paysage architectural du sud-est asiatique. Ce numéro d’ABE propose de s’intéresser à l’élaboration des architectures « syncrétiques » d’Asie du Sud-Est en traçant précisément les circulations des techniques et des formes architecturales tout en adoptant une approche contextuelle. Le local, le régional, le global ne se succèdent pas dans le temps de manière séquentielle, ce qui présupposerait l’existence d’une culture locale « originelle », mais des circulations à différents niveaux coexistent. Plutôt que sédimentaires, les modalités de production de cette architecture sont à la fois multiscalaires, rhizomiques et s’inscrivent dans la longue durée. Considérer les phénomènes de retours est particulièrement utile pour penser l’usage de motifs qui paraissent « coloniaux » ou au contraire « traditionnels » dans l’architecture contemporaine.

Repenser le local et le global dans le cadre sud-est asiatique permet de dépasser les oppositions binaires entre le vernaculaire et l’étranger, le colonial et le postcolonial, le moderne et le traditionnel tout en s’attachant à considérer comment les acteurs utilisent ces catégories de manière dynamique, ce qui explique leur coexistence sans que cela soit contradictoire.

  • Logo INHA
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo In Visu
  • Revues.org