Navigation – Plan du site
Compte rendu de thèse

L’enseignement de l’architecture à l’École des beaux-arts d’Alger et le modèle métropolitain : réceptions et appropriations (1909-1962)

Thèse pour obtenir le grade de docteur en architecture de l’Université Paris-Est, sous la direction de Yannis Tsiomis (EHESS), présentée et soutenue publiquement le 6 février 2013
Malik Chebahi

Entrées d’index

Index géographique :

Afrique, Afrique du Nord, Algérie, Alger

Index chronologique :

XXe siècle

Personnes citées :

Claro Léon (1899-1991)
Haut de page

Texte intégral

Cette thèse a obtenu, en 2014, le Prix de la recherche et de la thèse de doctorat en architecture décerné par l’Académie d’Architecture.

  • 1 Une loi du 19 décembre 1900 dote l’Algérie de la personnalité civile et d’un budget spécial détach (...)

1Comme tous les territoires colonisés, l’Algérie a développé au fur et à mesure de la colonisation son propre modèle politique, social et urbain. Conquise en 1830, l’Algérie s’est d’abord vu imposer un modèle européen. Le territoire algérien était alors considéré comme un simple prolongement de la France. Au début du xxe siècle, l’accession de l’Algérie, à l’autonomie administrative et financière1, a mis fin à une tutelle métropolitaine trop étroite, et a engagé la colonie dans l’affirmation de sa propre personnalité.

2Cette politique de décentralisation a favorisé le développement d’un milieu intellectuel local dont la plupart des autochtones étaient exclus. Elle a aussi eu un impact majeur sur les orientations en matière d’action culturelle et la mise en place d’un modèle d’enseignement supérieur. Dans le domaine des arts et de la culture, l’administration centrale d’Algérie a institué des bourses et des prix pour développer un courant algérien. Ce mouvement intellectuel qui s’est notamment illustré dans la peinture et la littérature, était le fait d’une génération d’Européens nés en Algérie qui, bien que très attachée à la France, avait conscience d’appartenir à une terre différente.

3En matière de cadre spatial, l’autonomie partielle acquise en 1900 a pour conséquence l’essor d’architectures qui coïncident avec les aspirations de la société coloniale. L’Algérie va ainsi voir éclore de nouvelles formes mêlant des références stylistiques, ornementales et structurelles, issues des deux rives de la Méditerranée, et combinant les logiques locales et européennes. Cette intellectualité a été portée presque exclusivement par les Européens d’Algérie.

4Cette recherche s’inscrit dans les nombreuses réflexions conduites sur la circulation des modèles entre métropole et colonie. Les travaux publiés jusqu’ici ont mis au jour la complexité des échanges entre les deux territoires. Ils ont aussi révélé la diversité des formes de diffusions. Au mimétisme qui a accompagné les premières heures de la colonisation, a succédé la déformation, l’hybridation, et l’appropriation des modèles exportés de métropole. Par ailleurs, l’espace colonial a souvent été utilisé par les architectes et les urbanistes comme terrain d’essai, quasi expérimental, de nouvelles pratiques.

  • 2 Voir des ouvrages comme : Jean Mélia, L’Épopée intellectuelle de l’Algérie. Histoire de l’Universi (...)
  • 3 Voir notamment : Jean-Louis Cohen, Nabila Oulebsir et Youcef Kanoun (dirs.), Alger. Paysage urbain (...)

5Si la constitution d’une culture locale et l’émergence de personnalités littéraires et artistiques issues de la colonie a été étudiée2, et que l’évolution des pensées architecturales et urbaines d’Alger durant la période française a fait l’objet de nombreuses publications3, l’histoire de la formation des architectes à Alger est quant à elle demeurée inexplorée. Cette thèse a ainsi pour objet l’étude du modèle pédagogique développé en Algérie.

L’École nationale des beaux-arts d’Alger

6En France, le modèle d’enseignement de l’architecture diffusé par l’Académie royale d’architecture (1671-1793), puis par l’École royale des beaux-arts, l’École impériale des beaux-arts et enfin, à partir de 1870 l’École nationale des beaux-arts de Paris a été hégémonique. Ces 3 siècles furent marqués par le développement d’une production théorique doublée d’une pratique pédagogique. Ainsi, malgré les critiques que cette institution a presque immédiatement suscitées, les crises souvent fécondes qui l’ont agitée, et la concurrence exercée par les nouvelles formations en architecture dispensées dans des écoles d’ingénieurs, elle a non seulement joué un rôle de référent dans le débat architectural français mais elle a aussi exercé une influence internationale sans équivalent.

7L’enseignement de l’architecture dans l’Algérie coloniale fut l’apanage de l’École nationale des beaux-arts d’Alger, une institution fondée en 1881 et qui prodigue dès sa création un cours d’architecture. Cet enseignement connaît deux phases bien distinctes. Jusqu’en 1940, elle n’est pas liée à son homologue parisienne et le programme de ses enseignements y est définit librement. Les programmes des concours, les jugements et les récompenses dépendent du « patron » de chaque atelier et de jurys locaux. À partir de 1940, en raison du début du second conflit mondial et de la nécessité de rapatrier certains élèves en zone libre, l’École d’Alger devient régionale et intègre le giron de l’École des beaux-arts de Paris. L’École d’Alger est la seule structure appartenant à l’empire colonial français à s’être vu accorder ce statut.

8Cette recherche s’est construite sur deux ensembles de questions :

  • Quelle forme l’enseignement de l’architecture en Algérie a-t-il revêtu durant la période coloniale ?
  • Quelle part a pris la dimension régionale dans l’éducation architecturale diffusée en Algérie ? La pédagogie des patrons de l’atelier d’Alger et la production des étudiants algérois ont-elles fait écho aux essais d’architecture régionale qui se manifestaient à Alger ?

9Ce travail a aussi comme hypothèse générale que les patrons, qui se sont relayés à la tête de l’atelier d’architecture d’Alger, se sont servis des valeurs de liberté inscrites dans le modèle théorique d’enseignement des Beaux-Arts de Paris pour s’ouvrir à la culture locale. Il ne s’agit pas d’une imposition du modèle ni d’une réécriture mais d’une appropriation.

10Sur un plan général, cette thèse s’est également interrogée sur les interactions entre pratique professionnelle et enseignement, ainsi que sur l’influence exercée par le paysage de la ville d’Alger dans la construction de l’identité professionnelle des architectes issus de la colonie.

Méthode et corpus

11Pour vérifier ces hypothèses, cette étude présente une analyse comparée de la pédagogie diffusée par l’atelier d’architecture d’Alger et du modèle d’enseignement répandu en métropole par l’École des beaux-arts de Paris, par la confrontation systématique des structures d’enseignement, des contenus pédagogiques, ainsi que des références théoriques et esthétiques. Cette mise en parallèle a évidemment été encadrée par la trame historique de l’évolution de la pensée architecturale et urbaine de la ville d’Alger.

12L’étude des orientations pédagogiques et de la production de l’atelier d’architecture d’Alger a notamment permis de vérifier l’hypothèse selon laquelle une structure formant à l’art de bâtir est indissociable du territoire qui l’abrite et de la population qui la fréquente. En effet, l’atelier d’Alger appartient à un système colonial où la dimension locale est amplifiée, mais reste dans la sphère d’influence de la métropole et sous l’emprise de la politique culturelle voulue par la France en Algérie. Dans ces conditions, le modèle d’enseignement de l’architecture diffusé en Algérie durant la période française ne pouvait être ni celui de la rupture ni celui de la radicalité. Fruit de compromis, il a été le reflet d’une société coloniale complexe, qui a cherché à concilier ascendance métropolitaine et recherche d’une identité propre.

13Outre la comparaison dressée entre l’atelier d’Alger et les ateliers parisiens, l’enseignement diffusé à Alger est éclairé au travers des rapprochements ponctuels avec d’autres structures d’enseignement. Certaines analogies sont notamment réalisées avec l’enseignement prodigué par l’atelier préparatoire au concours d’admission à l’École des beaux-arts de Paris dirigé par Godefroy et Freynet afin de savoir si l’École des beaux-arts d’Alger n’avait été qu’une école préparatoire.

14D’autre part, des comparaisons ont été établies avec ce qui se déroulait dans les écoles régionales d’architecture de métropole. Bien qu’handicapé dans cette démarche par l’absence de recherches dédiées à l’enseignement diffusé par ces institutions, cette thèse a puisé les informations nécessaires dans le fonds d’archives de l’École des beaux-arts de Paris. Par ailleurs, la prise en charge de l’enseignement artistique de la colonie s’inscrit dans le modèle totalement original développé par l’Université d’Alger, institution de référence, dont l’emprise et l’influence furent considérables sur la formation des élites intellectuelles algériennes.

15Pour mener cette réflexion, nous nous sommes appuyés sur l’abondante littérature scientifique consacrée à l’enseignement de l’architecture à l’École des beaux-arts de Paris, mais en revanche nous n’avons disposé que de quelques articles parus dans les ouvrages et les revues généralistes, les imprimées traitant de l’École des beaux-arts d’Alger étant peu nombreuses. Quant à la presse algéroise spécialisée du bâtiment, elle a périodiquement consacré des articles portant sur les rendus des concours locaux d’architecture et à l’état des bâtiments de l’école.

16Face à la pauvreté des sources imprimées, le corpus documentaire de cette recherche est donc surtout constitué de témoignages recueillis auprès des anciens élèves de l’atelier d’architecture d’Alger et de documents d’archives. La thèse a notamment exploité les archives administratives de l’École des beaux-arts d’Alger et les archives personnelles de Léon Claro (1899-1991), directeur de l’atelier d’architecture d’Alger entre 1928 et 1965. Des fonds totalement inédits et restés jusqu’à présent inexploités ou méconnus.

17Le fonds de l’École des beaux-arts d’Alger, laissé à l’abandon dans des espaces de rangement inadaptés, a été exhumé grâce à cette recherche. Il est principalement constitué d’archives administratives qui couvrent l’activité de toutes les sections artistiques de l’École depuis sa fondation en 1881 jusqu’à nos jours. Les différents décrets qui ont façonné l’histoire de l’École, la correspondance générale de l’administration, la comptabilité et les rapports d’activité de la plupart des années scolaires y sont conservés ainsi que des dossiers relatifs aux carrières du personnel enseignant et administratif. Les dossiers concernant l’enseignement de l’architecture forment également une masse abondante, et sont notamment constitués des programmes des concours locaux d’architecture, de rapports relatant le fonctionnement de la section, de correspondance avec l’administration algérienne et de lettres échangées avec la direction de l’École des beaux-arts de Paris. Ils comprennent aussi des listes d’élèves et des résultats des concours d’architecture. Ce fonds ne comprend en revanche aucune archive graphique.

  • 4 Ibid.

18Quant au fonds Claro, conservé par les descendants de l’architecte, hormis à l’occasion de l’exposition Alger, paysage urbain et architectures4, il n’a pas été étudié. Nous y avons ainsi découvert de nombreux documents inédits, notamment sous la forme de tirages photographiques. La famille de Léon Claro a ainsi mis à notre disposition des photographies des projets de l’architecte et des clichés des projets rendus par ses étudiants. Nous lui devons aussi des extraits du journal de Léon Claro, ainsi que ses correspondances professionnelles et amicales.

19La richesse de ces fonds d’archives est inégalement répartie dans le temps. Des périodes y sont plus richement documentées que d’autres. Ainsi, la période qui s’étale entre 1881 et 1909, est un moment très obscur ; la mise en place de l’enseignement de l’architecture par les deux premiers patrons de l’atelier d’architecture d’Alger est impossible à relater. Il ne subsiste aucune archive témoignant de la nature des programmes et des concours proposés aux élèves, de même qu’aucune publication n’a diffusé les projets composés par les élèves.

20Face à un manque flagrant d’informations, nous avons fait le choix d’exclure cette première période de notre travail d’analyse et de le confiner à la période s’étalant de 1909 à 1962. Ces limites chronologiques correspondent à la fois à une période mieux documentée et à deux moments importants pour l’institution architecturale. L’année 1909 marque la nomination de Gabriel Darbeda (1869-1949), premier architecte français natif d’Algérie, à la tête de l’atelier d’architecture. Cela marque le point de départ d’un enseignement de l’architecture plus structuré et mieux organisé. Il concorde aussi avec la période d’instauration du style néo-mauresque comme architecture officielle, la fondation de l’université d’Alger la même année, et le lancement d’un grand nombre d’actions culturelles visant à promouvoir une identité propre à la colonie. Quant à l’année 1962, elle signe la fin de la présence française en Algérie et la naissance de l’école algérienne.

Principaux enseignements de la recherche

  • 5 Cité par Jean-Pierre Epron, « Expert et l'École », in Roger-Henri Expert 1882-1955, catalogue d'ex (...)

21En 1895, un auteur anonyme écrivait dans la Construction Moderne que « [l’histoire de l’architecture en France] ne pourra complètement être écrite que le jour où elle sera le résumé de cent histoires partielles des écoles ou mieux des ateliers qui […]ont gravité autour de l’enseignement académique et ont produit une heureuse diversité dans cet enseignement, tout en lui assurant une floraison brillante et des fruits savoureux »5.

22En restituant l’histoire de l’enseignement de l’architecture à Alger, en le replaçant dans le contexte colonial qui l’a abrité, il nous semble avoir apporté un nouvel éclairage, une nouvelle nuance de l’application du système d’enseignement Beaux-Arts de Paris. En effet, le modèle diffusé à Alger a perpétué la culture pédagogique développée en métropole, tout en faisant preuve d’une certaine ouverture, d’une certaine porosité à la culture professionnelle des architectes d’Algérie.

23Le modèle parisien s’est imposé d’abord par la culture pédagogique des patrons algérois, ensuite par la mise en place d’une bourse envoyant les meilleurs élèves-architectes poursuivre leurs études à Paris et enfin par l’influence d’un milieu professionnel dominé par les architectes D.P.L.G. Le lien est institutionnalisé à partir de 1940.

24La culture locale se ressent quant à elle dans le projet de réforme pédagogique de Gabriel Darbeda. Elle est aussi visible dans les projets produits par les élèves de Léon Claro durant l’entre-deux-guerres. À l’image de l’architecture en vogue à Alger, produite par des architectes comme Marcel Lathuilliére (1903-1984) et Xavier Salvador (1898-1967), ils adoptent dans leur majorité des expressions de modernité tempérée ou de classicisme moderne. Certains projets font preuve d’une grande audace en intégrant les idées de Le Corbusier, alors investi dans ses propositions algéroises.

25Par ailleurs, la plupart des élèves sont des commis d’architecture rodés à la pratique du projet en agence, leurs connaissances des réflexions architecturales de leurs temps sont donc actualisées. La culture des élèves est aussi forgée par les expositions d’architecture organisées à Alger et la consultation des revues locales d’architecture.

26En l’absence d’une loi régissant le port du titre d’architecte, l’École d’Alger ne s’est pas cantonnée au statut d’école préparatoire et a joué un rôle important dans la formation d’un milieu professionnel de l’architecture. En effet, les étudiants issus du cours d’Alger s’installaient dans la profession en se réclamant « ancien élève de l’École des beaux-arts d’Alger », une qualité qui suffisait à établir une certaine réputation. Ces architectes répondaient alors à la commande privée ou communale.

27La personnalité propre de l’école d’Alger existe aussi par l’influence exercée par le paysage et le site de la ville d’Alger. Comme tant d’architectes, de peintres et d’écrivains avant eux, les élèves-architectes de l’atelier d’Alger ont acquis une perception propre des couleurs, une sensation des espaces et un certain rapport à la terre et à la Méditerranée.

  • 6 Caroline Herbelin, Les architectes de l’École des beaux-arts de l’Indochine et la recherche d’une (...)

28Au cours de la période étudiée, l’ l’École des beaux-arts d’Alger n’a accueilli qu’un seul architecte autochtone : Elias Bouchama. Ce fait est emblématique de leur exclusion de la profession d’architecte. En comparaison, la section architecture de l’École des beaux-arts de Hanoi, fondée en 1926, a principalement accueilli des élèves vietnamiens. Les architectes diplômés de cette école ont été les auteurs d’une architecture moderne à caractère national6. En Algérie, la sensibilité méditerranéenne du mouvement moderne, sert plutôt un discours algerianniste que nationaliste. Ces différentes situations coloniales invitent à s’interroger sur le rôle stratégique et le pouvoir symbolique de l’enseignement de l’architecture pour les colonisateurs et les colonisés.

29Cette recherche semble ouvrir certaines pistes de recherches qui méritent d’être explorées. En premier lieu, elle invite à entamer des recherches sur les autres écoles régionales d’architecture. Trop souvent décrites comme de simples cours par correspondance, sont-elles parvenues à introduire une dimension locale, même modeste, dans l’enseignement qu’elles ont diffusé ? Quelle part prend l’ancrage provincial dans la construction de l’identité des architectes ? Ces travaux pourraient éclairer d’un jour nouveau l’application de l’enseignement Beaux-Arts en métropole. Par ailleurs, le prolongement le plus pertinent de cette thèse parait être une recherche sur l’Institut d’urbanisme d’Alger (1942-1975). D’une part, parce que certains acteurs de l’École des beaux-arts d’Alger se retrouvent dans cette institution : comme Léon Claro et Jean de Maisonseul. D’autre part, parce que ce terrain, tout en apportant ses propres questionnements, est propice à la transposition des problématiques qui ont présidé à ce travail. Comme pour les Beaux-Arts d’Alger, le modèle pédagogique élaboré l’IUUA interroge sur les équilibres entre influences locales et transferts culturels opérés entre les deux rives de la Méditerranée.

Haut de page

Notes

1 Une loi du 19 décembre 1900 dote l’Algérie de la personnalité civile et d’un budget spécial détaché du budget métropolitain.

2 Voir des ouvrages comme : Jean Mélia, L’Épopée intellectuelle de l’Algérie. Histoire de l’Université d’Alger, Alger : La maison des livres, [1950] ; Marion Vidal-Bué, Alger et ses peintres 1830-1960, Paris : Paris-Méditerranée, 2000 ; Camille Risler, La politique culturelle de la France en Algérie : les objectifs et les limites, 1830-1962, Paris : l'Harmattan, 2004 (Histoire et perspectives méditerranéennes).

3 Voir notamment : Jean-Louis Cohen, Nabila Oulebsir et Youcef Kanoun (dirs.), Alger. Paysage urbain et architecture, 1800-2000, catalogue d'exposition (Paris, Palais de la Porte Dorée, 25 juin-14 septembre 2003), Besançon : Les éditions de l’Imprimeur, 2003 (Tranches de ville) ; Saïd Almi, Urbanisme et colonisation présence française en Algérie, Liège : Mardaga, 2002 ; Zohra Hakimi, Alger, politiques urbaines, 1846-1958, Paris : Bouchène, 2011.

4 Ibid.

5 Cité par Jean-Pierre Epron, « Expert et l'École », in Roger-Henri Expert 1882-1955, catalogue d'exposition (Bordeaux, 1983), Paris : Éditions du Moniteur, 1983 (Institut français d'architecture, 3), p. 36.

6 Caroline Herbelin, Les architectes de l’École des beaux-arts de l’Indochine et la recherche d’une architecture moderne à caractère national. Communication présentée au 3ème Congrès du Réseau Asie – IMASIE, Paris, sept. 2007. URL : http://univ-tlse2.academia.edu/CarolineHerbelin. Consulté le 01 mai 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Malik Chebahi, « L’enseignement de l’architecture à l’École des beaux-arts d’Alger et le modèle métropolitain : réceptions et appropriations (1909-1962) », ABE Journal [En ligne], 4 | 2013, mis en ligne le 22 août 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://abe.revues.org/3393

Haut de page

Auteur

Malik Chebahi

Architecte, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue ABE Journal est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo In Visu
  • Revues.org