Navigation – Plan du site
Documents/Sources

Penser la restauration des monuments historiques au Maroc dans les années 1920-1940

L’approche pionnière et humble de Boris Maslow
Claire Déléry et Vlada Boussyguina

Texte intégral

  • 1 Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture (...)

« Est-ce là notre rôle d’imiter l’ancien et de créer des vieilles merveilles modernes ? Je ne crois pas, nous devons conserver autant que possible, tout ce qui peut se conserver, notre travail est de ne pas laisser tomber ce qui tombe… »1.

  • 2 Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du Patrimoine/Centre d'archives d'arch (...)
  • 3 Voir Colonnes, Archives d’architecture du xxe siècle, n° 21, février 2003, n° spécial David Peyceré(...)
  • 4 L’historiographie s’est largement penchée sur l’action patrimoniale de Lyautey. À titre d’exemple, (...)

1Le Centre d’archives d’architecture du xxe siècle2 conserve de nombreux fonds d’origine privée, provenant d’architectes, d’ingénieurs ou d’urbanistes, documentant la production architecturale au Maroc à l’époque du protectorat (1912-1956)3. Ces fonds, dont la qualité graphique et documentaire est parfois exceptionnelle, concernent diverses thématiques dont la plus connue est relative à la construction des villes nouvelles. Ces réalisations, largement relayées par la propagande du protectorat, doivent leur existence à la volonté d’Hubert Lyautey (1854-1934), premier résident général, de préserver le patrimoine architectural marocain, l’« authenticité » des villes anciennes, leurs activités artisanales et le tissu économique et social leur donnant cohérence4. Cela impliqua la création de nouveaux noyaux urbains doublant les anciennes médinas. Le caractère bienveillant de ce projet de protection contraste fortement avec la sanglante « pacification » engagée quelques années plus tôt et qui continua en périphérie des villes pendant de nombreuses années.

  • 5 Ibid, p. 68, 103, 135-136, 147-150.
  • 6 Le Service interministériel des Archives de France a déposé ce fonds au Centre d’archives d’archite (...)

2L’articulation entre modernité et patrimoine architectural ne fut cependant pas aisée et la préservation de ce dernier jamais garantie5, malgré l’existence de structures administratives et d’un personnel dédié dès l’instauration du protectorat en 1912. La restauration des monuments historiques, qui s’inscrivait dans un large faisceau d’actions de préservation, était coordonnée par les services en charge des Beaux-Arts et des monuments historiques. L’inspecteur régional en était la cheville ouvrière. De récentes donations à des archives publiques et l’étude de fonds privés conservés en France permettent aujourd’hui d’éclairer ces activités de préservation du patrimoine dont on ignore trop souvent le caractère central dans le projet politique conçu pour le Maroc par la France, en la personne du Résident général, Hubert Lyautey, dans les premières années du protectorat. Parmi ces fonds, soulignons l’apport de celui récemment donné au Service interministériel des Archives de France par la fille de Boris Maslow6.

Le parcours de Boris Maslow

  • 7 Cet article rend compte d’une partie des recherches et des découvertes réalisées à l’occasion du cl (...)
  • 8 C’est le cas d’un immeuble édifié en 1897, situé 3, rue Alexandre-Bloc, et du bâtiment du Conseil r (...)

3Boris Maslow7 fait partie de ces hommes dont la vie fut définitivement bouleversée par le premier conflit mondial et par la révolution bolchévique de 1917. Il nait à Saint-Pétersbourg en 1893. Son père, Kapiton Maslow, diplômé de l’École des ingénieurs civils, travaille pendant 20 ans pour le comité de construction du ministère des Affaires intérieures et réalise quelques bâtiments dans la capitale russe8. Boris suit la même formation que son père mais la guerre vient interrompre ses études. Il s’engage alors en tant qu’étudiant volontaire sur le front nord où il est affecté au génie. Il achève ses études pendant une permission accordée pour maladie puis repart pour le front sud et participe à la construction du chemin de fer Djoulfa-Bakou (Azerbaïdjan). La révolution d’Octobre rendant impossible tout retour au pays, il décide de partir pour la Perse ; il restera dès lors à jamais séparé de sa famille. De 1919 à 1924, il est architecte à la direction des chemins de fer à Tauris (Tabriz). Quittant la Perse, il entame alors un long périple qui le mène en France puis au Maroc qui deviendront ses secondes patries. Il devient architecte-dessinateur à l’agence parisienne Hiriart, Tribout et Beau et participe à ce titre à l’Exposition internationale des arts décoratifs de 1925 où il gagne une médaille d’or dans la section mobilier. Il fréquente l’atelier Tournon à l’École des beaux-arts de Paris et travaille bénévolement pour les architectes Gustave Umbdenstock et Paul Tournon. L’Exposition de 1925 est peut-être pour lui l’occasion de découvrir le Maroc, présenté dans le pavillon de l’Afrique du Nord, au moment même où Paul Tournon dessine le projet de l’église du Sacré-Cœur de Casablanca.

  • 9 Le curriculum vitae dactylographié de Boris Maslow, dont une copie est disponible au Centre d’archi (...)
  • 10 Voir le curriculum administratif dactylographié rédigé par Marcel Vicaire et conservé par sa famill (...)
  • 11 Sur ce point ibid., p. 68, 135, et note 16 p. 52.

4On ignore cependant en quelles circonstances Maslow fut engagé par le service des Beaux-Arts et des monuments historiques en 1927 et envoyé à Fès, semble-t-il, en appui9 de Marcel Vicaire (1893-1976), inspecteur des arts indigènes et également chargé de l’inspection des monuments historiques depuis 192410. Maslow rejoint donc le groupe d’artistes et d’architectes formé à l’initiative du maréchal Lyautey pour assurer la gestion des villes anciennes et préserver le patrimoine mis à mal par les velléités modernistes des administrateurs11.

5Nommé inspecteur des Beaux-Arts et des monuments historiques en charge de la région nord du Maroc en 1928, Maslow reste à Fès jusqu’en 1935. C’est la période la plus fructueuse de sa vie, tant sur le plan professionnel que personnel. Il rencontre Germaine Marboutin (1899-1999), sculpteur. Elle bénéficie d’une bourse d’État et se trouve alors en résidence d’artiste dans les ateliers de Fès créés par Lyautey. Il l’épouse en 1931, elle sera la mère de ses deux enfants. Maslow est par ailleurs très proche de son beau-père, Félix Marboutin (1864-1940), professeur à l’École centrale des arts et manufactures. Ce dernier, qu’il appelle « cher papa » dans sa correspondance, deviendra son conseiller et son interlocuteur privilégié dans le cadre de ses recherches.

  • 12 Maslow est attaché à l’Office chérifien du tourisme à Paris de 1937 à 1938, puis à l’Office du prot (...)
  • 13 Les auteurs remercient Antoine Nivière pour avoir identifié V. Tolstoukhine sur les clichés du fond (...)

6À l’exception de quelques années passées à Paris12, Maslow effectue toute sa carrière au Maroc. Il continue à y résider après son départ à la retraite en 1958. Décédé le 7 mai 1962 à l’hôpital Er-Razi de Marrakech, il est enterré dans le cimetière européen de cette ville. Sa tombe, marquée d’une stèle en forme de bulbe, rappelle sa filiation avec l’église orthodoxe dont il resta proche toute sa vie : il participa notamment à l’élaboration des plans de l’église orthodoxe de Rabat et se lia d’amitié avec son archimandrite Varsonofij Tolstoukhine (1887-1952)13.

Les documents témoignant de l’activité professionnelle de Boris Maslow

  • 14 Le fonds 251 IFA contient environ un millier de négatifs sur plaque de verre ou sur support souple, (...)

7Si Boris Maslow a peu publié, son travail en tant qu’inspecteur des Beaux-Arts et des monuments historiques au Maroc est remarquable par son ampleur. Le fonds conservé à au Centre d’archives d’architecture du xxe siècle n’en témoigne que partiellement. Il correspond en effet aux documents que l’architecte conservait chez lui à sa mort et qui ont été rapportés en France par sa famille. C’est un fonds par essence lacunaire, composé pour une grande part de documents préparatoires à des rapports officiels, que l’architecte avait souhaité conserver. On y trouve de nombreuses esquisses pour l’élaboration des plans qui, une fois mis au propre, étaient intégrés aux rapports que Maslow envoyait à sa tutelle à Rabat, le directeur du service des Beaux-Arts et des monuments historiques. Maslow conservait également chez lui les plaques de verre réalisées dans le cadre de son travail et de ses loisirs14. Il avait vraisemblablement acquis lui-même un bon équipement lui permettant de s’affranchir des services photographiques officiels du protectorat, sans doute lents à se mobiliser. Souplesse et rapidité étaient de rigueur pour les prises de vues obligatoires dans le cadre de son travail. Ces prises de vues sont, pour la plupart, de très bonne qualité.

  • 15 Georges Marçais, « Boris Maslow. Les Mosquées de Fès et du Nord du Maroc », Journal des savants, ma (...)
  • 16 Boris Maslow, Les Mosquées de Fès et du nord du Maroc, Paris : Les éditions d'art et d’histoire, 19 (...)
  • 17 Maslow ne publia qu’un autre ouvrage, s’apparentant à un guide touristique : Didier Madras et Boris (...)
  • 18 Voir une liste de ces édifices dans l’annexe à l’inventaire proposée en ligne sur la base Archiwebt (...)
  • 19 Ce point est mis en exergue par Georges Marçais : « Il a fallu qu’une vingtaine d’années s’écoulât (...)

8Dans le Journal des Savants de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, l’éminent historien de l’art Georges Marçais souligna, à sa parution, la qualité et l’apport à l’histoire de l’art du Maghreb de l’ouvrage que Boris Maslow a publié en 1937 : Les mosquées de Fès et du nord du Maroc15 Maslow y étudie une trentaine de monuments dont il a eu la charge 16. Ils sont illustrés de clichés et de relevés de l’auteur, dont une partie est conservée dans ses archives. Il s’agit du seul ouvrage qui permit aux historiens de l’art de connaître le travail de Maslow, à côté de publications plus confidentielles et d’un manuscrit non publié présent dans le fonds d’archives17. En tout, une cinquantaine de monuments anciens du Maroc sont documentés par des relevés du fonds 251 Ifa et plus d’une centaine par les plaques de verre18. Ces relevés correspondent à des états des lieux et/ou à des projets de restauration. Le fonds contient également des documents graphiques relatifs à des travaux d’aménagement (jardins, boutiques, voies automobiles) dans ou à proximité d’édifices anciens. On notera comme remarquable la grande variété des édifices documentés dont certains, parfois humbles, ont été depuis lors détruits ou endommagés à jamais. En tant qu’inspecteurs, Vicaire et Maslow ont également été parmi les premiers Européens à avoir accès aux mosquées, interdites aux non-musulmans, et à les documenter19.

  • 20 Félix Marcilhac, La vie et l’œuvre de Jacques Majorelle [2de édition], Courbevoie : ACR Éditions, 1 (...)

9Maslow n’a pratiquement pas exercé en tant qu’architecte libéral. Seuls deux ou trois documents du fonds d’archives relèvent de cette activité ; citons le plan d’une maison réalisé pour Jacques Majorelle en 1931 qui pourrait bien être le plan originel du célèbre « atelier » de l’artiste à Marrakech, dont la réalisation fut assurée par l’architecte Paul Sinoir20.

  • 21 Une partie de la documentation produite par les services du protectorat au Maroc a été rapatriée lo (...)
  • 22 Rabat (Maroc), Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc (BNRM), carton C 1787, lettre n° 183 adre (...)

10Des compléments naturels au fonds conservé à Paris existent ou ont existé. La documentation produite par Boris Maslow dans le cadre de son travail se trouvait sans doute encore dans les bureaux de l’inspection à Fès, Rabat et Marrakech, les trois villes où il a exercé, lorsque le Maroc devint indépendant en 1956. Nous ignorons sa localisation actuelle21. D’après les informations dont on dispose, elle pourrait se trouver à la Direction générale du patrimoine à Rabat et à la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc (BNRM) où sont conservés des éléments de la correspondance de Maslow avec sa tutelle22. D’autres fonds en mains privées éclairent le travail de Maslow. C’est le cas du fonds conservé par la famille de Marcel Vicaire qui comprend des lettres et des documents échangés entre les deux hommes à propos du hammam d’Ibn Abbad, à Fès, dont ils envisageaient de publier une étude conjointe.

L’action de Maslow dans le cadre de la politique du protectorat en matière de protection des monuments anciens

  • 23 Outre les fonds concernant le Maroc conservés au Centre d’archives d’architecture du xxe siècle, on (...)

11Le fonds Maslow est une source inédite de l’histoire du regard qu’a porté le protectorat français sur les monuments anciens du Maroc dans les années 1920-1940. Il complète les principaux fonds d’archives français à disposition des chercheurs pour retracer l’histoire de la gestion du patrimoine marocain tout en offrant des perspectives différentes23.

  • 24 Pour un aperçu rapide de ce contexte, voir Mylène Théliol, « Le service des Beaux-Arts, antiquités (...)

12Pour comprendre l’action de Boris Maslow, il faut la resituer dans le cadre administratif et législatif dans lequel elle s’inscrit. Lorsqu’il arrive à Fès en 1927, cela fait moins de quatre ans que le service qui s’occupe des monuments historiques a été profondément modifié. Suite au dahir (loi) du 1er avril 1924, il a pris le nom de service des Beaux-Arts et des monuments historiques, et il est placé sous la tutelle du ministère de l’Instruction publique. Il continue l’action commencée par le service des Beaux-Arts, monuments historiques et antiquités créé en 1912 par Lyautey. La direction du nouveau service est placée à Rabat et le pays est divisé en trois régions (Nord, Centre et Sud) dotées chacune d’un inspecteur régional24. Le directeur du service recueille les projets transmis par ses inspecteurs et considère la pertinence de leur exécution.

  • 25 Mylène Théliol, thèse de doctorat, op. cit. (note 23), vol. 1, p. 82, citant Maurice Tranchant de L (...)
  • 26 Ibid., p. 69 et ss.
  • 27 Dans l’ensemble de cet article, la transcription des toponymes est reprise de Maslow. Pour les étud (...)

13Dès l’instauration du protectorat, alors même que l’ensemble du pays n’est pas stabilisé, un dahir de protection des édifices est promulgué (dahir du 2 novembre 1912), ce qui montre l’importance accordée à cette question par le premier Résident général. Au même moment, la France s’apprête à voter une nouvelle loi sur les monuments historiques (loi du 31 décembre 1913). Faisant suite à cette actualité, un nouveau dahir précise, en date du 13 février 1914, les modalités de protection des monuments historiques marocains. Les premières années du protectorat se caractérisent donc par l’abondance des enquêtes sur les édifices à protéger : la seule année 1915 voit se réaliser l’état des lieux de l’ensemble des médersas de Fès25. Ainsi, lorsque Maslow prend son poste, de nombreux monuments ont déjà fait l’objet d’une enquête, ont été protégés au titre des monuments historiques, et les restaurations ont commencé26. Certaines s’étalent cependant sur plus de dix ans. Maslow intervient donc parfois sur des monuments dont la restauration a été commencée par ses prédécesseurs. C’est le cas par exemple des médersas Attarine, Sahrij, Mesbahia, et Bou Inania de Fès27.

  • 28 Mylène Théliol, thèse de doctorat, op. cit. (note 23), vol. 1, p. 103 et note 243.

14Depuis 1924, le service est chargé de l’inspection et de la conservation de l’ensemble des monuments historiques. Les inspecteurs doivent documenter ces monuments dans leur état avant modification, puis soumettre éventuellement les projets de restauration à la tutelle, et en suivre l’exécution. Ils doivent par ailleurs s’assurer que les travaux d’aménagement réalisés dans ou à proximité d’un monument historique classé ou situé en médina respectent bien l’identité de cet édifice et les caractéristiques de l’architecture locale28. Le fonds conservé à Paris illustre ces différentes activités.

  • 29 Voir Mylène Théliol, « Le service des Beaux-Arts, antiquités et monuments historiques, clef de voût (...)

15L’action de Maslow s’inscrit dans un cadre dont les règles sont fixées. Les enquêtes préliminaires menées dans la perspective du classement d’un édifice sont normées et comprennent le recueil de la documentation historique, l’exécution de relevés, de prises de vues, un descriptif et un état sanitaire de l’édifice. Quant aux restaurations, elles visent toutes en premier lieu à la consolidation des structures, à la réfection des toitures, et le cas échéant à la conservation et à la restauration des décors29.

  • 30 Les habous sont des biens fonciers de mainmorte, non aliénables, dont les revenus sont dévolus aux (...)

16Les monuments sur lesquels Maslow intervient ont des statuts variés du point de vue de leur protection. Tous ne sont pas classés monuments historiques, mais, pour Fès et Meknès, ils entrent dans le périmètre des médinas reconnues « zone de protection artistique » en 1922 et 1923. En termes de propriété, ces biens peuvent être privés, publics (le makhzen, le sultan), ou relever des habous30.

17Afin de rendre compte de l’action de Boris Maslow, nous examinerons des exemples relevant de ces différents statuts. Ainsi les portes et remparts de Fès et Meknès, protégés depuis 1914, appartiennent à l’État, tandis que les mosquées et quelques hammams, tel le hammam d’Ibn Abbad à Fès, relèvent des habous. Dans ce dernier cas la conservation des bâtiments est assurée par les deux tutelles. Le service des Beaux-Arts et des monuments historiques est chargé de l’étude préliminaire des bâtiments (relevés de l’existant, état sanitaire, préconisations). Les travaux peuvent être réalisés par les habous eux-mêmes (les plans sont dessinés par l’architecte des habous) mais doivent être conformes aux prescriptions en vigueur.

18La documentation conservée dans le fonds Maslow est inégale et lacunaire en raison du contexte particulier ayant présidé à sa constitution. Certaines interventions ne sont connues que par une simple mention écrite ; d’autres sont documentées par des clichés (avant, après ou en cours de restauration) et/ou de la correspondance, des notes écrites, des ouvrages publiés ou inédits, des plans, coupes, élévations, vues en perspective de l’existant, des plans d’aménagement ou de restauration. Dans certains cas, on possède également des brouillons des rapports que Maslow envoyait à son directeur pour avis. Parfois, un seul cliché documente une intervention ou une découverte, non attestée par écrit. Malgré son caractère lacunaire, le fonds parisien est précieux car lui seul témoigne de la méthode de travail de Maslow, de l’évolution de sa pensée théorique et de la conception de son métier.

La méthode Maslow

19L’activité de Maslow en tant qu’inspecteur chargé de la région Nord entre 1928 et 1935 correspond aux différentes tâches que doit assumer son service. À ce sujet, le fonds comporte des brouillons de lettres, des épreuves de livres publiés, des documents préparatoires (à un livre inédit, à des conférences, à des comptes rendus officiels, à des articles), un fonds de clichés personnels et des relevés à différents stades d’élaboration (esquisses au fusain ou au crayon, mises au propre à l’encre, tirages au papier carbone, etc.). Ces documents nous donnent un aperçu de la méthode de travail de Maslow qui est très marquée par les normes appliquées dans son service. Il est cependant intéressant de tenter de mettre à jour la logique de travail propre à l’architecte à partir du seul témoignage des documents.

  • 31 Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture (...)

20Pour ce faire, nous pouvons prendre le cas des travaux exécutés sur la porte Bab Lamer, illustrés par un grand éventail de documents ; ces travaux présentent par ailleurs l’intérêt d’avoir été exécutés en juillet et en août 1931, soit juste avant la conférence d’Athènes du mois d’octobre qui, pour la première fois, pose les bases d’une gestion de la protection des monuments anciens à l’échelle internationale et à laquelle Maslow participe. Ils nous permettent d’observer l’architecte en action avant que ne soient posés les grands principes internationaux de préservation du patrimoine. Son intervention sur cette porte (fig. 1-7) consiste en une « consolidation » et en une « restauration » de l’édifice, notions qu’il distingue clairement. La documentation conservée à Paris comprend des élévations avant restauration et un projet de restitution (fig. 2). Certaines planches sont numérotées, datées et signées et correspondent à une phase de mise au propre (fig. 1 et 2). On possède également des clichés sur plaques de verre documentant les travaux (fig. 3-7) et un rapport des interventions en cours et à prévoir. Ce rapport31, au stade de brouillon préparatoire, comprend un texte dactylographié et des emplacements numérotés pour des figures encore manquantes.

  • 32 Voir Mylène Théliol, thèse de doctorat, op. cit., (note 23), vol. 1, p. 53 et ss., vol. 2, dahir du (...)
  • 33 Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture (...)

21Maslow réalisait d’abord un relevé et des clichés de l’existant, selon un protocole similaire à celui suivi lors des enquêtes préliminaires au classement des monuments anciens32. Il compilait toutes ces informations dans un rapport à destination de sa tutelle où il décrivait l’édifice, dressait un état de la documentation historique existante et un bilan sanitaire. Il choisissait certains relevés et clichés déjà exécutés pour illustrer son rapport, leur assignait un numéro de figure qui était ensuite reporté sur le relevé original et parfois sur les clichés. Il modifiait parfois le texte du rapport et l’ordre des relevés ou des clichés comme le montre une série de repentirs visibles sur la documentation liée au hammam Ibn Abbad de Fès33. Il proposait enfin diverses actions et concevait, le cas échéant, des plans d’exécution des restaurations. Il documentait parfois les restaurations en cours ou achevées par une seconde série de clichés.

22Le rapport concernant Bab Lamer fait suite à une lettre du directeur demandant des éclaircissements sur les travaux déjà commencés. Il s’agit cependant d’une exception : dans la plupart des cas documentés, les rapports se situent avant restauration et sollicitent l’avis du directeur.

  • 34 Charlotte Jelidi, op. cit. (note 4), cote 53. Le fonds ici examiné offre d’intéressants renseigneme (...)
  • 35 Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture (...)
  • 36 Une lettre de Jules Borély, directeur du service des Beaux-Arts, à Marcel Vicaire, conservée par la (...)

23La porte Bab Lamer a été restaurée en marge d’un grand projet d’urbanisme ayant impliqué une « percée » dans les remparts de Fès pour permettre la création, au sortir de la Première Guerre mondiale34, de la place du Commerce35. Suite à cet aménagement situé à proximité de Bab Lamer36, on décida de remettre en fonction cette porte, jusque-là murée, pour permettre la circulation des voitures. Par étapes (recherche historique et documentaire, description de la structure existante, repérage des dégradations, recherches d’indices architecturaux), Maslow essaie de comprendre quel était l’état primitif de la porte. Ces informations vont servir de socle aux décisions qu’il va prendre quant à l’ampleur des consolidations et des restaurations à effectuer et aux matériaux à employer. Le rapport de Maslow permet de mesurer l’esprit qui l’anime. Devant apparemment se justifier vis-à-vis de sa tutelle, puisque les travaux ont déjà commencé, il ne se contente pas de les décrire mais explicite les raisons de ses choix, ce qui est particulièrement intéressant et qui ne se retrouve dans aucun des autres rapports conservés à Paris. Ainsi précise-t-il qu’il a voulu « rattraper le moins visiblement la maçonnerie existante » et que pour ce faire il a fait réaliser des briques sur mesure correspondant aux modules originaux et respectant la couleur de ces derniers. Les clichés de cette porte réalisés après restauration montrent que l’esprit ayant présidé à cette intervention n’est cependant pas illusionniste. Le premier objectif de Maslow a été de respecter les caractéristiques originelles de l’édifice (matériaux, forme) :

« Les lobes et le cadre ont été repris et l’appareil a été rigoureusement respecté ».

  • 37 Le détail des consolidations est précisé, cf. Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architec (...)

24Il se refuse à reprendre des éléments dont il ignore les caractéristiques premières et à restituer de grandes parties disparues. Il s’en tient donc à la restitution de la partie manquante de la structure nécessaire pour consolider (et donc conserver) l’édifice37 et à la restitution des décors dont il peut connaître la composition d’ensemble.

25Ainsi, le décor répétitif de zelliges de la frise supérieure ornant cette porte est-il restitué, mais pas la partie manquante du décor de carreaux excisés, lacunaire et passablement altéré occupant les écoinçons (fig. 6 et 7) :

  • 38 Ce mot, également orthographié « derj oua ktef », est le nom que Maslow donne aux réseaux d’entrela (...)

« Dans la frise d’ornementation de briques des derjoukteff38 sera refaite la partie endommagée, et les mosaïques en zelliges seront exécutées. […] Dans la partie absente de mosaïques de feuilles d’acanthes en spire, les zelliges ne seront pas remplacés. Un simple enduit sera exécuté pour remplacer les zelliges manquants, et pour éviter une dégradation ultérieure. […]
Étant donné qu’il est complètement impossible de reconstituer les modillons couronnant les piliers de chaque côté de la porte, pour éviter toute erreur possible, les modillons ne seront pas exécutés ».

26S’il y a restitution et consolidation, c’est pour assurer la conservation de l’édifice et rétablir, dirait-on avec les termes d’aujourd’hui, sa lisibilité. Il ne s’agit pas de refaire l’édifice tel qu’il a pu être à l’origine. Ainsi, bien qu’on soit en mesure de refaire à l’identique les créneaux manquants, Maslow préfère s’en abstenir car leur présence n’est pas nécessaire au maintien de l’édifice et parce que l’architecte se refuse à créer de « vieilles merveilles modernes » :

27« Les créneaux manquant sur la partie gauche supérieure ne seront pas exécutés. […] Aucune reconstitution de murs ou de voûtes du porche ne sera exécutée. Simplement la consolidation des deux restes de murs du porche sera exécutée ».

Figure 1 : Boris Maslow, Porte Bab Lamer (Fès, Maroc), 10 juillet 1931.

Figure 1 : Boris Maslow, Porte Bab Lamer (Fès, Maroc), 10 juillet 1931.

Élévation, coupe, détails du décor. Crayon et fusain sur calque.

Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 251 Ifa 17.

Figure 2 : Boris Maslow, Porte Bab Lamer (Fès, Maroc), 29 juillet 1931.

Figure 2 : Boris Maslow, Porte Bab Lamer (Fès, Maroc), 29 juillet 1931.

Élévation (état avant restauration et projet de restitution). Crayon et fusain sur calque.

Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 251 IFA 17.

Figure 3 : Porte Bab Lamer (Fès, Maroc).

Figure 3 : Porte Bab Lamer (Fès, Maroc).

Façade principale en cours de restauration durant l’été 1931. Négatif NB sur plaque de verre.

Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, EC-06-10-14-01.

Figure 4 : Porte Bab Lamer (Fès, Maroc).

Figure 4 : Porte Bab Lamer (Fès, Maroc).

Jambage dextre avant restauration. Négatif NB sur plaque de verre.

Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, EC-07-10-14-03.

Figure 5 : Porte Bab Lamer (Fès, Maroc).

Figure 5 : Porte Bab Lamer (Fès, Maroc).

Jambage dextre après restauration. Négatif NB sur plaque de verre.

Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, EC-07-10-14-04.

Figure 6 : Porte Bab Lamer (Fès, Maroc).

Figure 6 : Porte Bab Lamer (Fès, Maroc).

Décor supérieur dextre de la façade principale avant restauration. Négatif NB sur plaque de verre.

Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, EC-07-10-14-10.

Figure 7 : Porte Bab Lamer (Fès, Maroc).

Figure 7 : Porte Bab Lamer (Fès, Maroc).

Partie dextre de la façade principale en cours de restauration. Négatif NB sur plaque de verre.

Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, EC-06-10-14-01 (détail du cliché).

  • 39 Didier Madras et Boris Maslow, op. cit. (note 17), cliché situé après la p. 40 et évoqué p. 72 et 7 (...)

28L’exemple de la porte Bab Lamer montre que la méthode et les choix de Maslow en matière de restauration sont affirmés avant même qu’il ne se rende à la conférence d’Athènes. Ils s’inscrivent dans une philosophie minimaliste qui refuse toute restitution hasardeuse ou illusionniste, ce qui le conduit à vouloir laisser clairement apparentes ses interventions, tout en préservant l’harmonie de l’ensemble. Un cliché réalisé par Didier Madras pour illustrer le guide de Fès publié par Maslow en 194839 ainsi que d’autres sources iconographiques montrent que les successeurs de Maslow ne partagèrent pas sa conception des choses. À la fin des années 1930, la maçonnerie réalisée par Maslow, qui avait pris soin de faire réaliser des briques sur mesure dans une tonalité proche de celle des anciennes tout en assurant la lisibilité de la restauration, est recouverte d’un enduit blanc criard. Beaucoup plus récemment, à une date qui reste à préciser, les créneaux manquants ont été reconstruits ; le décor des écoinçons a été refait dans une perspective de restitution intégrale et illusionniste tout à fait opposée à la conception que Maslow avait de l’action de restauration.

La méthode Maslow confortée par la conférence d’Athènes

29La conférence organisée à Athènes en octobre 1931, première conférence internationale consacrée à la protection des monuments anciens, marque un tournant à l’échelle mondiale. Maslow s’y rend à la demande du Directeur général des Beaux-Arts pour représenter son service. Les deux comptes rendus qu’il en rédige à destination de ses confrères qui n’ont pas pu y assister nous éclairent sur ce qu’il en a retenu. Il y trouve une confirmation de ses pratiques et de celles de son service.

  • 40 Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture (...)
  • 41 Ibid. p. 4.

30Dans son premier compte rendu, il relate ainsi l’intervention de Paul Léon, « directeur des Beaux-Arts en France », qui met l’accent sur la primauté de la conservation (la nécessité de stopper les détériorations par un bon entretien des édifices – principe de conservation préventive – et par des consolidations – principe de conservation curative –) afin de limiter les restaurations40. La communication faite par le conservateur des monuments de l’acropole d’Athènes41, qui écarte l’utilisation de marbre neuf dans la restauration, confirme l’optique selon laquelle si toute restauration doit être lisible, elle doit néanmoins rester discrète et s’harmoniser avec le reste de l’édifice.

  • 42 Ibid. p. 8. Voir aussi les méthodes retenues et proposées par Maslow dans Paris (France), Fonds Mas (...)
  • 43 Ibid. p. 9.

31Les normes évoquées lors de cette conférence quant à la documentation à produire systématiquement dans le cadre de la protection des monuments (plans, coupes, élévations, photographies, notices historiques, études d’ensemble), correspondent à ce qui est déjà pratiqué dans le service de Maslow42. Enfin, Maslow rappelle les conclusions de la conférence et souligne que « dans les divers États représentés, prédomine une tendance générale à abandonner les restitutions intégrales »43. C’est déjà ce qu’il met en pratique et que le rapport sur la porte Bab Lamer nous confirme.

  • 44 Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture (...)

32Le second compte rendu de cette conférence, non daté, est moins descriptif, plus nuancé et davantage axé sur l’application au Maroc des principes évoqués lors de la conférence44. Il témoigne également d’une réflexion de Maslow sur ses propres pratiques et d’une inflexion de sa pensée dont on peut voir les conséquences dans plusieurs documents du fonds.

33Dans le cadre de cette conférence, Maslow a présenté les pratiques de restauration au Maroc et notamment l’intervention d’artisans connaissant les techniques anciennes pour reproduire certains décors. Il revient sur ce point dans un passage où il tente une autocritique sur les restaurations menées dans les médersas de Fès. Si dans un premier temps il ne voyait que des avantages à l’intervention de ces artisans, héritiers d’un savoir-faire, il reconnaît maintenant leurs limites et confesse, désabusé, que les artisans locaux ont perdu « l’habileté, la coutume, la qaïda ».

  • 45 Ibid., p. 2, 11-12. Maslow nuance à nouveau son propos en apportant des corrections manuscrites à s (...)

« Nous sommes obligés de constater que l’imitation des motifs décoratifs et surtout des décorations épigraphiques ne ressemble en rien aux originaux45. »

  • 46 Paris (France), SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, (...)
  • 47 Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture (...)
  • 48 Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture (...)

34L’autocritique ne sera pas ici poussée à son maximum46, mais l’inflexion est prise. Elle aboutira à une recherche théorique, dès lors entreprise par Maslow, pour pallier l’incapacité des artisans à reproduire certains motifs anciens, en particulier les trames géométriques complexes qui ornent la plupart des bâtiments médiévaux de Fès. Cette recherche visant à retrouver les règles de composition de ces décors qu’il nomme « derj oua ktef », donnera lieu à la préparation d’une publication, restée inédite, mais dont le fonds parisien conserve deux albums préparatoires47. La conférence d’Athènes semble donc être à l’origine de cette réflexion théorique qui prend visiblement appui sur l’exposé de Jules Formigé sur « l’application des lois modulaires à la reconstitution des monuments », « méthode qui, estime Maslow, pourrait trouver une application intéressante dans la restauration des parties de décoration de nos monuments au Maroc » 48.

  • 49 Il rassemble également de la documentation écrite sur les matériaux, cf. 251 IFA 41/8.

35Pour finir ce rapide examen de la méthode de travail de Maslow et de sa philosophie en matière de restauration, évoquons enfin le fonds documentaire thématique constitué par l’architecte. Il est composé de clichés de différentes provenances, pour la plupart rangés dans des enveloppes sur lesquelles est inscrit un titre thématique. Il peut s’agir de types d’édifices (fontaines, ponts, msid [écoles coraniques]) ou de partie d’édifices (fenêtres, portes) ; certains clichés concernent la mise en œuvre de matériaux « Détails de maçonneries » ; « enduits »49).

36Maslow s’est vraisemblablement appuyé sur cette base documentaire dans le cadre des enquêtes préalables à la restauration d’un édifice. Il souligne en effet l’importance de l’approche comparative :

  • 50 Ibid., p. 4.

« Pour restaurer il faut s’entourer du maximum possible de garanties, c’est d’abord l’examen approfondi des ruines et des fragments retrouvés, puis l’étude des témoignages anciens, écrits ou figurés, des comparaisons avec les édifices similaires50. »

Études de cas

  • 51 Ibid., p. 13-14.

37Afin d’apprécier l’apport du fonds Maslow à l’histoire de la protection des monuments anciens du Maroc sous le protectorat, nous avons choisi d’examiner cinq exemples correspondant à la période où Maslow exerce à Fès (1928-1935). À travers des dossiers parfois lacunaires, on remarque que ce sont les actions de consolidation des structures et de mise hors eau (réfection des terrasses et toitures) qui prédominent. En somme, comme il le dit lui-même, l’inspecteur pare au plus urgent et tente du mieux qu’il peut de « ne pas laisser tomber ce qui tombe51 ».

38Si le potentiel de ce fonds pour documenter un état ancien des édifices et l’histoire des restaurations au Maroc apparaît indéniable, on ne saurait cependant entreprendre d’étude dans ces domaines sans prendre en compte les compléments naturels de ce fonds conservés au Maroc ainsi que les archives relatives à l’action des collègues de Maslow et des autres services intervenant dans le domaine de la protection patrimoniale et plus largement de la gestion urbaine.

1930 ? : mosquée Djama al-kabir, Fès Jdid

  • 52 La date de 1930 est indiquée dans l’album bleu, p. 19, Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l (...)
  • 53 Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture (...)
  • 54 Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture (...)
  • 55 Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture (...)

39La documentation disponible sur cette mosquée52 d’époque mérinide est composée de relevés originaux de la partie réservée aux défunts (la « Djama el Gnâïz et la tombe d’Abou Inan »)53, et de relevés, tirages photographiques et textes consacrés à l’ensemble de l’édifice se trouvant dans les albums préparatoires à l’ouvrage inédit « La décoration des minarets de Fès »54 (1934) et dans les planches préparatoires à l’ouvrage Les mosquées de Fès et du nord du Maroc55 (1937). On conserve également des clichés originaux de l’édifice sur plaques de verre et sur négatifs souples. On a pu ainsi identifier des vues avant et après restauration de la plupart des faces du minaret (fig. 8-12). Les travaux effectués sur la toiture de la maison du muezzin sont également visibles. Si aucun rapport relatif aux interventions réalisées n’est parvenu jusqu’à nous, elles sont cependant évoquées en légende des tirages illustrant les albums. L’examen de la documentation photographique montre que la frise sommitale de zelliges de la face est du corps du minaret a fait l’objet d’une restitution, il en est de même des créneaux et de leur décor. L’angle sud-est du minaret a également été restitué. La face sud est la mieux documentée par des clichés avant, pendant et après restauration qui témoignent des échafaudages utilisés, du personnel et des outils engagés dans cette réfection. C’est la partie de l’édifice qui a subi les travaux les plus importants. Les interventions effectuées sous la direction de Maslow sont essentiellement structurelles : consolidation et mise hors eau (toiture et maçonnerie du minaret), à quoi s’ajoute la restitution du décor répétitif de zelliges.

  • 56 Alfred Bel, « Inscriptions arabes de Fès », Journal asiatique, 1917, p. 81 et ss.

40Quant à la documentation complémentaire que Maslow décide de réaliser concernant la partie de l’édifice réservée aux défunts, elle s’explique par le caractère exceptionnel de ce type de structure, attesté uniquement dans de rares mosquées mérinides. Les inscriptions de la Djama el Gnâïz et celles des tombes associées ont été publiées en 1917 par Alfred Bel56. Maslow considéra probablement qu’il était essentiel de consacrer une série de relevés à documenter cette structure, complétant ainsi l’étude d’Alfred Bel.

  • 57 L’anaza est un mihrab mobile réalisé en bois parfois placé à l’entrée de la nef principale d’une mo (...)

41Quelques clichés semblent par ailleurs attester de la découverte – et de la probable restauration – des stucs ajourés de la coupole à l’entrée de laquelle on place l’anaza57 (fig. 13).

Figure 8 : Mosquée Djama al-kabir (Fès, Maroc).

Figure 8 : Mosquée Djama al-kabir (Fès, Maroc).

Face est du minaret en cours de restauration. Négatif NB sur plaque de verre.

Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, EC-19-11-14-08.

Figure 9 : Mosquée Djama al-kabir (Fès, Maroc).

Figure 9 : Mosquée Djama al-kabir (Fès, Maroc).

Face est du minaret après restauration tiré de Les mosquées de Fès et du nord du Maroc, planches préparatoires. Épreuve NB contrecollée sur papier.

Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 251 IFA 82.

Figure 10 : Mosquée Djama al-kabir (Fès, Maroc).

Figure 10 : Mosquée Djama al-kabir (Fès, Maroc).

Face sud avant restauration. Épreuve sépia contrecollée sur papier.

Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 251 IFA 42/18, album vert p. 26.

Figure 11 : Mosquée Djama al-kabir (Fès, Maroc).

Figure 11 : Mosquée Djama al-kabir (Fès, Maroc).

Face sud en cours de restauration. Épreuves NB et sépia contrecollées sur papier.

Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 251 IFA 42/18.

Figure 12 : Mosquée Djama al-kabir (Fès, Maroc).

Figure 12 : Mosquée Djama al-kabir (Fès, Maroc).

Face sud après restauration. Négatif NB sur plaque de verre.

Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, EC-20-11-14-14.

Figure 13 : Mosquée Djama al-kabir (Fès, Maroc).

Figure 13 : Mosquée Djama al-kabir (Fès, Maroc).

Coupole de l’anaza. Négatif NB sur plaque de verre.

Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, EC-16-10-14-13.

Mai 1930 : porte Bab Merrah, Meknès

  • 58 Voir par exemple le cliché « Visage photographique du Maroc - Meknès, Porte de Bab Merah », édition (...)

42Les travaux réalisés sur la porte Bab Merrah de Meknès sont bien moins documentés. On sait qu’ils ont été menés à bien, grâce à la mention portée sur un des documents graphiques du fond : « Bab Merrah, à Meknès, travaux de restauration exécutés » (fig. 14). Ce projet est illustré notamment par des relevés, des vues en perspective de l’existant et des plans d’exécution. Ces derniers envisagent une restitution du jambage dextre de l’arc de la façade principale. Aucun rapport ni cliché relatif à ces travaux n’est conservé dans le fonds. Par contre, des sources iconographiques complémentaires, datant des années 1940-195058, témoignent de la dégradation rapide de cet édifice et de son décor dans les années qui suivent l’intervention de Maslow ; les jambages sont à nouveau altérés, probablement par le passage des véhicules, et l’on déplore la perte d’une grande partie du décor de zelliges, encore en place en 1930. D’après des informations disponibles sur internet et qui demandent à être vérifiées sur place, la porte serait actuellement très altérée.

Figure 14 : Porte Bab Merrah (Meknès, Maroc).

Figure 14 : Porte Bab Merrah (Meknès, Maroc).

Plans, élévations (état avant restauration et projet de restitution). Crayon sur papier.

Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 251 IFA 30/4.

Février 1931 et 1932: palais du sultan, Tanger

43Les aménagements et les restaurations entreprises par le service des Beaux-Arts et des monuments historiques dans le palais du sultan à Tanger font suite à une intervention antérieure qui eut lieu en 1930. Il s’agit d’un bon exemple de l’action réalisée par les services du protectorat dans les grandes résidences délaissées par le pouvoir. Un musée – l’actuel musée de la Qasbah – y est déjà aménagé en 1922 ; on peut voir son emplacement sur les plans dressés par Maslow. La documentation disponible dans le fonds est particulièrement fournie : plans, coupes, élévations, vues en perspective de l’édifice, clichés des bâtiments avant restauration. Un rapport rédigé par Maslow à l’intention de sa tutelle décrit les restaurations prévues et en demande validation. Les travaux d’aménagement du jardin sont, quant à eux, illustrés par des documents graphiques.

44À la lecture du rapport, et au vu des photos en appui, les interventions menées sur les bâtiments anciens peuvent être qualifiées de minimalistes. Elles consistent en des actions que Maslow différencie clairement : nettoyage, consolidation, réfection et restauration. La consolidation concerne les maçonneries et les zelliges ; les réfections portent sur les enduits, portes, fenêtres, murs, terrasses, parties de carrelage, et zelliges. Maslow emploie également le terme de restauration dans le cas de certains zelliges et carrelages. Les actions de nettoyage, de consolidation et de réfection prédominent. Des décors en stuc semblent également avoir été découverts à l’occasion de ces travaux ; en témoignent quelques clichés qui ne sont malheureusement éclairés par aucune mention écrite (fig. 15).

  • 59 Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture (...)
  • 60 Une koubba est généralement un édifice à coupole ; le riad est un jardin ou une cour intérieure amé (...)
  • 61 Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture (...)

45Le document préparatoire au rapport que Maslow envoya à sa tutelle59 comporte des relevés collés, mais les emplacements destinés aux photos sont vides. On a pu identifier dans le fonds les originaux des clichés dont des tirages réduits devaient être collés dans le rapport final, grâce à un numéro gravé qui correspond au numéro de la figure dans le document ; on est donc en mesure de reconstituer l’ensemble de ce rapport. On a également pu lui rattacher des croquis originaux isolés identifiés par leur numéro. C’est le cas par exemple du croquis 414 (fig. 16) qui présente une vue en perspective de la petite koubba60 située au second étage du palais61. Une reproduction de ce croquis, dont l’appel de figure se trouve à la page 28 (fig. 17), devait être jointe au rapport final. Tous les travaux envisagés dans l’édifice sont décrits dans ce rapport. Si l’on considère ceux que Maslow prévoit sur la magnifique façade de la koubba donnant sur le riad, on mesure bien le caractère minimaliste de son intervention : « Quelques enduits à rattraper et restaurer le petit auvent en tuiles en remplaçant les tuiles qui manquent ». Maslow aurait pu intervenir sur les bois de cette façade, mais il décide visiblement d’en rester à une intervention de mise hors eau et de consolidation.

  • 62 Les collections françaises conservent d’autres informations relatives à cet édifice, ainsi, le dépa (...)

46Le palais du sultan de Tanger, érigé au milieu du xviiie siècle, a fait l’objet, depuis sa construction, de nombreux travaux qui restent à documenter précisément. Les clichés originaux que l’on conserve dans le fonds Maslow sont donc précieux car ils nous renseignent sur l’état de l’édifice en 193062.

Figure 15 : Palais du sultan (Tanger, Maroc).

Figure 15 : Palais du sultan (Tanger, Maroc).

Stucs découverts en marge des travaux menés en 1931-1932. Négatif NB sur plaque de verre.

Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, EC-16-10-14-13.

Figure 16 : Palais du sultan (Tanger, Maroc).

Figure 16 : Palais du sultan (Tanger, Maroc).

Vue en perspective de la petite koubba. Crayon gras sur papier.

Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle. Feuille isolée du fonds Maslow cotée 251 IFA 30/1, à rapprocher du rapport 251 IFA 42/1.

Figure 17 : « Rapport sur l’inspection au palais du Sultan à Tanger » (Tanger, Maroc), p. 26.

Figure 17 : « Rapport sur l’inspection au palais du Sultan à Tanger » (Tanger, Maroc), p. 26.

Coupe sur la petite koubba. Texte dactylographié sur papier et tirage réduit d’un relevé.

Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 251 IFA 42/1.

1933: mosquée Machan, Fès

47En 1933, Maslow entreprend de documenter la mosquée Machan de Fès. Il réalise des relevés dont certains seront reproduits dans l’ouvrage Les mosquées de Fès et du nord du Maroc.

48Seuls quelques clichés témoignent des interventions qui ont pu être réalisées dans cet édifice. Aucun écrit ne les éclaire. Dans ce cas précis, seul l’examen des photos du fonds a permis de mettre en évidence des travaux dans la zone du mihrab (fig. 18).

Figure 18 : Mosquée Machan (Fès, Maroc).

Figure 18 : Mosquée Machan (Fès, Maroc).

Travaux dans la zone du mihrab. Négatif NB sur plaque de verre.

Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, VB-04-03-15-02.

Vers 1933: mosquée Djama Abou al-Hassan, Fès Jdid

49L’examen des photos du fonds nous a permis de mettre en évidence les découvertes et les travaux de restauration menés sur le mihrab de cette mosquée. Aucune mention écrite n’étant conservée, ces clichés sont donc un témoignage unique et précieux. Ils nous apprennent qu’une bonne partie des décors de stucs encadrant les jambages du mihrab étaient recouverts de plâtre (fig. 19) qui fut soigneusement dégagé (fig. 20). D’autres interventions ont été réalisées dans cet édifice comme permettent de le penser les tuiles, les briques et les gravats présents, sur la seconde vue, au pied du mihrab récemment mis au jour.

Figure 19 : Mosquée Djama Abou al-Hassan (Fès, Maroc).

Figure 19 : Mosquée Djama Abou al-Hassan (Fès, Maroc).

Mihrab avant son intervention. Négatif NB sur plaque de verre.

Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, EC-04-11-14-01.

Figure 20 : Mosquée Djama Abou al-Hassan (Fès, Maroc).

Figure 20 : Mosquée Djama Abou al-Hassan (Fès, Maroc).

Mihrab en cours de dégagement. Négatif NB sur plaque de verre.

Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, EC-04-11-14-02.

Conclusion

50La décennie 1915-1924 se caractérise par une intense activité d’enquêtes, de classements, d’états des lieux et par les premières restaurations de monuments anciens du Maroc sous l’égide du protectorat de la République française. Malgré l’existence de documents écrits, le détail des actions menées durant cette période reste méconnu car la documentation graphique relative à ces restaurations, si elle existe, n’a pas été publiée.

51S’ouvre ensuite une seconde période (1925-1935), notamment marquée par l’action de Marcel Vicaire puis de Boris Maslow en charge des monuments historiques de Fès. Cette période semble mieux documentée. Au vu des exemples étudiés, l’action de ce dernier est avant tout guidée par le principe de conservation (mise hors eau, consolidation). Des restaurations ne sont effectuées que si nécessaire et à l’aide de matériaux et de savoir-faire traditionnels, la plupart du temps sans restitution illusionniste ni réfection au-delà des nécessités imposées par des objectifs de consolidation structurelle.

  • 63 L’introduction de matériaux de l’industrie européenne découle d’une certaine interprétation de la c (...)
  • 64 Ibid., p. 152 et ss.

52À partir de 1935 le service des Beaux-Arts et des monuments historiques est remplacé par l’Inspection des monuments historiques, des médinas et des sites classés, dont Henri Terrasse (1895-1971) conserve la direction jusqu’en 1957. En cette même année 1935, Maslow change de poste et s’installe à Rabat où il devient inspecteur de l’urbanisme et correspondant pour les monuments historiques de la région Centre. La nouvelle direction donne une certaine inflexion à la politique de préservation du patrimoine ancien. De nouvelles méthodes de consolidation des bâtiments entrent en jeu, marquées par l’utilisation de matériaux modernes issus de l’industrie européenne tel le béton armé63. Quant aux décors, on tend plus fréquemment à les restituer tels qu’ils devaient exister à l’origine64. L’esprit des restaurations semble donc changer peu à peu et il est probable que ces nouvelles inflexions aient prêté à discussion. Un examen approfondi des réalisations menées à cette période reste nécessaire pour en savoir plus. Toujours est-il que quelques années après leur achèvement certaines restaurations effectuées par Maslow, très respectueuses des édifices, telle celles de la porte Bab Lamer à Fès, sont reprises dans un esprit différent.

  • 65 Citons notamment les restaurations qui se sont achevées dans la médina de Fès à la fin de l’année 2 (...)

53L’évolution des méthodes et des politiques de restauration sous le protectorat sont encore méconnues des chercheurs, du public et des décideurs marocains. Ce dernier point est regrettable à une époque où le nombre d’interventions sur les bâtiments anciens du Maroc va croissant65 et conduit parfois à effacer des éléments originels des édifices. Mener de nouvelles recherches sur les fonds d’archives publics et privés pour les faire connaître est donc d’autant plus important.

54La sensibilisation des acteurs actuels à la déontologie de la restauration et à la connaissance des évolutions de la politique de protection du patrimoine au Maroc est plus que jamais nécessaire afin que les grandes entreprises de réhabilitation du bâti ancien ne fassent pas disparaître l’âme des bâtiments. Dans ce cadre, la pondération dont Boris Maslow a fait preuve pour la préservation des bâtiments d’époque médiévale et moderne semble un exemple digne d’être médité.

Haut de page

Notes

1 Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 251 IFA 41/5, Boris Maslow, « Aperçu général de la conservation des monuments […] », p. 13-14.

2 Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du Patrimoine/Centre d'archives d'architecture du xxe siècle, URL: https://www.citedelarchitecture.fr/fr/article/le-centre-darchives-darchitecture-du-xxe-siecle. Consulté le 13 juillet 2017.

3 Voir Colonnes, Archives d’architecture du xxe siècle, n° 21, février 2003, n° spécial David Peyceré et Mercedes Volait (dirs.), « Patrimoines partagés : architectes français au sud et à l’est de la Méditerranée. Guide de recherches dans les archives déposées à l'Institut français d'architecture », p. 55-56 ; 68.

4 L’historiographie s’est largement penchée sur l’action patrimoniale de Lyautey. À titre d’exemple, on peut voir comment ce thème est traité aujourd’hui dans Charlotte Jelidi, Fès, La fabrication d’une ville nouvelle, 1912-1956, Lyon : ENS Éditions, 2012, p. 24-27. URL: http://books.openedition.org/enseditions/959. Consulté le 18 juillet 2017. Dans ses mémoires et dans ses écrits inédits, Marcel Vicaire, contemporain de Boris Maslow, offre une intéressante vision de l’intérieur de la politique de Lyautey, voir Marcel Vicaire, Souvenirs du Maroc. Un peintre au Maroc de 1922 à 1958 dans le sillage de Lyautey, préface de Marc Fumaroli, Casablanca : Afrique Orient, 2012.

5 Ibid, p. 68, 103, 135-136, 147-150.

6 Le Service interministériel des Archives de France a déposé ce fonds au Centre d’archives d’architecture du xxe siècle de la Cité de l’architecture et du patrimoine à Paris (France). Le classement de ce fonds, coté 251 Ifa, a été réalisé par Vlada Boussyguina, assistée de Claire Déléry pour l’identification des monuments, sous la direction de David Peyceré et de Sonia Gaubert. Emmanuel Chanial a contribué à la numérisation et à la description des plaques de verre. Un premier article relatif à ce fonds est paru dans la revue Colonnes, n°32, 2016 : Vlada Boussyguina et Claire Déléry, « Aventures d’un architecte russe au Maroc : les archives de Boris Maslow ». Les auteurs souhaitent remercier particulièrement la famille de l’architecte ainsi que l’équipe du Centre d’archives d’architecture du xxe siècle et particulièrement David Peyceré, conservateur en chef du patrimoine, responsable du Centre d’archives, pour leur aide constante.

7 Cet article rend compte d’une partie des recherches et des découvertes réalisées à l’occasion du classement du fonds Boris Maslow déposé à la Cité de l’architecture et du patrimoine. Elles ont été présentées le 5 avril 2016 dans le cadre du séminaire de Mercedes Volait (InVisu) consacré à la production architecturale et aux arts décoratifs du Maghreb et du Moyen-Orient aux xixe et xxe siècles (Paris, Galerie Colbert).

8 C’est le cas d’un immeuble édifié en 1897, situé 3, rue Alexandre-Bloc, et du bâtiment du Conseil régional de Saint-Pétersbourg situé 9, rue 2e-Soviétique, construit en 1902-1903.

9 Le curriculum vitae dactylographié de Boris Maslow, dont une copie est disponible au Centre d’archives d’architecture du xxe siècle, indique pour l’année 1927 qu’il est « contractant comme architecte au service des Beaux-Arts et monuments historiques ». Sa fonction d’inspecteur n’est notée qu’à partir de 1928. Concernant l’arrivée de Maslow à Fès voir également la note 32 du présent article.

10 Voir le curriculum administratif dactylographié rédigé par Marcel Vicaire et conservé par sa famille ; voir aussi Marcel Vicaire, op. cit. (note 4), p. 70, 102-103, 136.

11 Sur ce point ibid., p. 68, 135, et note 16 p. 52.

12 Maslow est attaché à l’Office chérifien du tourisme à Paris de 1937 à 1938, puis à l’Office du protectorat du Maroc en 1940. Il retourne ensuite au Maroc et exerce à Rabat et à Marrakech. De 1947 à 1948 il est de retour à Paris comme conseiller technique à l’Office marocain du tourisme puis s’en retourne à Marrakech.

13 Les auteurs remercient Antoine Nivière pour avoir identifié V. Tolstoukhine sur les clichés du fonds témoignant de cette amitié. Voir une reproduction de ce cliché dans Vlada Boussyguina et Claire Déléry, « Aventures d’un architecte russe au Maroc : les archives de Boris Maslow », Colonnes, Archives d’architecture du xxe siècle, n° 32, à paraître.

14 Le fonds 251 IFA contient environ un millier de négatifs sur plaque de verre ou sur support souple, aujourd’hui tous numérisés. La plupart documentent des monuments, mais quelques-uns sont des témoignages de la vie personnelle de Maslow (photos de famille), de la vie quotidienne des Marocains et de quelques événements officiels.

15 Georges Marçais, « Boris Maslow. Les Mosquées de Fès et du Nord du Maroc », Journal des savants, mars-avril 1938, p. 91-93.

16 Boris Maslow, Les Mosquées de Fès et du nord du Maroc, Paris : Les éditions d'art et d’histoire, 1937 (Publications de l’Institut des hautes études marocaines, 30).

17 Maslow ne publia qu’un autre ouvrage, s’apparentant à un guide touristique : Didier Madras et Boris Maslow, Fès, capitale artistique de l’Islam, Casablanca : Paul Borély, 1948, ainsi que deux articles scientifiques : Boris Maslow et Henri Terrasse, « Une maison mérinide de Fès », actes du Deuxième congrès de la Fédération des sociétés savantes de l’Afrique du nord (Tlemcen, 14-17 avril 1936), Alger : Société historique algérienne, 1936, tome 2, p. 503-510, et Boris Maslow, « La Qubba Barūdiyyīn à Marrâkus », Al-Andalus, vol. 13, fasc. 1, 1948, p. 180-185. Il laisse un ouvrage inédit, « La décoration des minarets de Fès », dont le Centre d’archives d’architecture du xxe siècle conserve deux albums préparatoires ; le contenu en fut réinvesti par l’auteur dans son ouvrage de 1937.

18 Voir une liste de ces édifices dans l’annexe à l’inventaire proposée en ligne sur la base Archiwebture. URL: http://archiwebture.citechaillot.fr/pdf/asso/FRAPN02_MASBO_ANNEXE.pdf. Consulté le 18 juillet 2017.

19 Ce point est mis en exergue par Georges Marçais : « Il a fallu qu’une vingtaine d’années s’écoulât depuis l’établissement de notre protectorat au Maroc, pour qu’un architecte français, inspecteur des Beaux-Arts et des monuments historiques, pût pénétrer dans les mosquées de Fès, afin de prendre les mesures souvent urgentes nécessitées par leur conservation. Réjouissons-nous de cette issue d’une situation paradoxale […]. Réjouissons-nous surtout de ce que l’architecte qui a rompu le charme soit un artiste de grande valeur, ayant déjà fait une étude méthodique de l’art musulman occidental, et remercions-le du précieux texte descriptif qu’il vient de nous donner ainsi que des relevés plus précieux encore qu’il y joint. ».

Mme Pauline Chérémetieff (épouse de Mazières), souligne également, dans un ouvrage à paraître sur la diaspora russe au Maroc, le rôle de premier plan que joua Maslow dans l’étude des mosquées de Fès, auxquelles très peu d’Européens avaient alors accès; l’inspecteur des Beaux-Arts et des monuments historiques n’y pouvant pénétrer que par « dérogation ».

20 Félix Marcilhac, La vie et l’œuvre de Jacques Majorelle [2de édition], Courbevoie : ACR Éditions, 1995, p. 158-161. L’auteur s’appuie sur les sources suivantes : Jean Galloti, « Un peintre du Maroc, Jacques Majorelle », L’Art vivant, n° 140, 15 octobre 1930, p. 808 et ss. ; André Demaison, « Jacques Majorelle et le Maroc », La Renaissance de l’art français et étranger, novembre  1930, p. 309-312 ; Jules Borély, « À propos de la villa cubiste de Majorelle dans la palmeraie de Marrakech », La Vie marocaine illustrée, numéro spécial, 1932, p. 21-22.

21 Une partie de la documentation produite par les services du protectorat au Maroc a été rapatriée lors de l’indépendance et se trouve aujourd’hui au Centre des archives diplomatiques de Nantes, mais les dossiers techniques sont restés sur place. L’inspection des monuments historiques de Fès nous a indiqué qu’elle ne conserve pas ou plus de dossiers de la main de Boris Maslow.

22 Rabat (Maroc), Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc (BNRM), carton C 1787, lettre n° 183 adressée le 29 août 1928 par Boris Maslow au chef du service des Beaux-Arts, source citée par Charlotte Jelidi, op. cit. (note 4).

23 Outre les fonds concernant le Maroc conservés au Centre d’archives d’architecture du xxe siècle, on peut citer, pour leur importance, ceux abrités par le Centre des archives diplomatiques de Nantes. Les fonds français sont encore peu exploités, à de rares exceptions près : voir notamment, bien qu’avec quelques réserves, la thèse de Mylène Théliol, Le regard français sur le patrimoine marocain : conservation, restauration et mise en valeur de l’architecture et de l’urbanisme des quatre villes impériales durant le Protectorat, thèse de doctorat d’histoire de l’art sous la direction de Dominique Jarrassé, Université de Bordeaux III, 2008.

24 Pour un aperçu rapide de ce contexte, voir Mylène Théliol, « Le service des Beaux-Arts, antiquités et monuments historiques, clef de voûte de la politique patrimoniale française au Maroc sous la résidence de Lyautey (1912-1925) », Outre-mers, vol. 98, n° 370-371, 1er semestre 2011, p. 185-193.

25 Mylène Théliol, thèse de doctorat, op. cit. (note 23), vol. 1, p. 82, citant Maurice Tranchant de Lunel, Maroc, au pays du paradoxe, Paris : Eugène Fasquelle, 1924, p. 196.

26 Ibid., p. 69 et ss.

27 Dans l’ensemble de cet article, la transcription des toponymes est reprise de Maslow. Pour les études et restaurations menées à partir de 1915 voir la thèse de Mylène Théliol, op. cit. (note 23), vol. 1, p. 83 et ss., et les sources conservées à Rabat (Maroc), Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc (Bnrm), « ABNRM, carton F 102 : Restauration des monuments historiques de Fès 1916-1922 : Médersa Al Attarine, médersa Es Cherratine, mosquée des Andalous, Musée du Batha, Dar Adiyel, médersa Sahrij, médersa Bou Inania ».

28 Mylène Théliol, thèse de doctorat, op. cit. (note 23), vol. 1, p. 103 et note 243.

29 Voir Mylène Théliol, « Le service des Beaux-Arts, antiquités et monuments historiques, clef de voûte de la politique patrimoniale française au Maroc sous la résidence de Lyautey (1912-1925) », op. cit. (note 24), p. 191 et Mylène Théliol, thèse de doctorat, op. cit. (note 23), vol. 1, p. 69 et ss. Ce point est confirmé à la lecture des comptes rendus de la conférence d’Athènes de 1931 rédigés par Maslow (251 IFA 41/5).

30 Les habous sont des biens fonciers de mainmorte, non aliénables, dont les revenus sont dévolus aux mosquées et le plus souvent affectés à des œuvres pieuses.

31 Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 251 IFA 41/9.

32 Voir Mylène Théliol, thèse de doctorat, op. cit., (note 23), vol. 1, p. 53 et ss., vol. 2, dahir du 13 février 1914, p. 9 et 10.

33 Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 251 IFA 42/2.

34 Charlotte Jelidi, op. cit. (note 4), cote 53. Le fonds ici examiné offre d’intéressants renseignements sur l’articulation entre modernité (adaptation à la vie « moderne », urbanisation) et héritage telle qu’elle est pensée par le protectorat et mise en place par ses agents.

35 Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 251 Ifa 41/10. Un cliché du commandant Larribe illustre l’état de la porte, murée, et du rempart encore intact avant la percée de la place du Commerce. Voir Le Maroc pittoresque. Fès. Album de photographies, Paris : G. Bertrand, 1917.

36 Une lettre de Jules Borély, directeur du service des Beaux-Arts, à Marcel Vicaire, conservée par la famille de ce dernier, annonce en date du 12 Février 1928 l’arrivée de Maslow à Fès et permet de penser que ce dernier y a été envoyé spécialement pour réaliser des études et des dessins en lien avec l’aménagement de la place du Commerce et les travaux à réaliser sur les portes anciennes adjacentes.

37 Le détail des consolidations est précisé, cf. Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 251 IFA 41/9, p. 12 et 13.

38 Ce mot, également orthographié « derj oua ktef », est le nom que Maslow donne aux réseaux d’entrelacs basés sur une trame formée de sections de carrés (« derj ») et de section de cercles (« ktef »). Ces motifs, actuellement appelés sebka, ornent la plupart des minarets et des portes médiévales de Fès et ont fait l’objet d’une étude systématique de la part de Maslow.

39 Didier Madras et Boris Maslow, op. cit. (note 17), cliché situé après la p. 40 et évoqué p. 72 et 74 ; seconde édition, 1953 : cliché p. 40 et texte p. 102 et 106.

40 Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 251 IFA 41/5, « Fez, 21 décembre 1931. […] Conférence internationale d’Athènes  », p. 3.

41 Ibid. p. 4.

42 Ibid. p. 8. Voir aussi les méthodes retenues et proposées par Maslow dans Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 251 IFA 41/5, « Aperçu général de la conservation des monuments […] », p. 3-4, 6.

43 Ibid. p. 9.

44 Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 251 IFA 41/5  « Aperçu général de la conservation des monuments […] au Maroc  ».

45 Ibid., p. 2, 11-12. Maslow nuance à nouveau son propos en apportant des corrections manuscrites à son texte dactylographié. Maslow revient plus tard de façon plus critique sur la perte de savoir-faire des artisans (cf. la correspondance avec Félix Marboutin et les notes préparatoires aux albums 251 IFA 41/4 et 251 IFA 42/18, Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle).

46 Paris (France), SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 251 IFA 41/5, « Aperçu général de la conservation des monuments […] », p. 11-12 : « Je ne crois pas que cela soit à critiquer ; un profane en entrant ne s’aperçoit de rien, il ne voit que l’ensemble et l’ensemble reste toujours séduisant, mais un érudit voit tout de suite toutes les restaurations et peut tranquillement étudier les originaux sans aucune difficulté, sans les confondre avec les restaurations, et en même temps cela lui permet de mesurer la décadence. »

47 Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 251 IFA 42/18.

48 Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 251 IFA 41/5, « Aperçu général de la conservation des monuments […] », p. 4.

49 Il rassemble également de la documentation écrite sur les matériaux, cf. 251 IFA 41/8.

50 Ibid., p. 4.

51 Ibid., p. 13-14.

52 La date de 1930 est indiquée dans l’album bleu, p. 19, Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 251 IFA 42/18 ; cette intervention n’est cependant pas mentionnée dans la liste réalisée par Maslow à son retour de la conférence d’Athènes.

53 Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 251 IFA 41/3.

54 Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 251 IFA 42/18.

55 Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 251 IFA 45 et 251 IFA 40. Seuls quelques relevés originaux correspondant à cet ouvrage sont conservés à Paris au stade de l’esquisse ou de la mise au propre.

56 Alfred Bel, « Inscriptions arabes de Fès », Journal asiatique, 1917, p. 81 et ss.

57 L’anaza est un mihrab mobile réalisé en bois parfois placé à l’entrée de la nef principale d’une mosquée, dans le prolongement du mihrab intérieur. Elle remplace ce dernier lorsque la prière s’effectue dans la cour, aux jours les plus chauds de l’année. Ici, la coupole de l’anaza est documentée par une coupe longitudinale sur le mihrab de la mosquée publiée dans l’ouvrage de 1937 et par un cliché montrant le portail de la mosquée et l’anaza elle-même, alors très endommagée.

58 Voir par exemple le cliché « Visage photographique du Maroc - Meknès, Porte de Bab Merah », éditions Bernard Rouget.

59 Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 251 IFA 42/1.

60 Une koubba est généralement un édifice à coupole ; le riad est un jardin ou une cour intérieure aménagée.

61 Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 251 IFA 30/1.

62 Les collections françaises conservent d’autres informations relatives à cet édifice, ainsi, le département des arts de l’Islam du musée du Louvre possède trois carreaux glaçurés en noir à décor incisé et quelques zelliges (inv. OA 5000) provenant de ce palais et entrés dans les collections par le biais d’un don en 1899. Les conditions de leur dépose et l’apport de ces carreaux à la connaissance de l’état de l’édifice à la fin du xixe siècle restent à étudier.

63 L’introduction de matériaux de l’industrie européenne découle d’une certaine interprétation de la conférence d’Athènes, qui les préconisait dans certaines circonstances. Ainsi Maslow mentionne-t-il dans un de ses comptes rendus l’intérêt des matériaux modernes évoqué en conclusion du colloque, mais retient l’idée d’un emploi restreint et ne semble personnellement pas y avoir recours (Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 251 IFA 41/5, document daté du 21 décembre 1931, p. 11). L’introduction de ces nouvelles méthodes, au détriment des techniques artisanales, a eu des conséquences dommageables pour l’économie locale. Voir Mylène Théliol, thèse de doctorat op. cit. (note 23), vol. 1, p. 150 et ss.

64 Ibid., p. 152 et ss.

65 Citons notamment les restaurations qui se sont achevées dans la médina de Fès à la fin de l’année 2016 dans le cadre du plus important projet de « réhabilitation » de monuments historiques entrepris à l’initiative du roi du Maroc. Le projet (2013-2017) a été confié à l’Agence de développement et de réhabilitation de la médina (Ader-Fès), il a concerné plusieurs bâtiments restaurés à l’époque du protectorat, dont certains par Maslow.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Boris Maslow, Porte Bab Lamer (Fès, Maroc), 10 juillet 1931.
Légende Élévation, coupe, détails du décor. Crayon et fusain sur calque.
Crédits Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 251 Ifa 17.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/3464/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 2 : Boris Maslow, Porte Bab Lamer (Fès, Maroc), 29 juillet 1931.
Légende Élévation (état avant restauration et projet de restitution). Crayon et fusain sur calque.
Crédits Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 251 IFA 17.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/3464/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 3 : Porte Bab Lamer (Fès, Maroc).
Légende Façade principale en cours de restauration durant l’été 1931. Négatif NB sur plaque de verre.
Crédits Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, EC-06-10-14-01.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/3464/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 4 : Porte Bab Lamer (Fès, Maroc).
Légende Jambage dextre avant restauration. Négatif NB sur plaque de verre.
Crédits Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, EC-07-10-14-03.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/3464/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 976k
Titre Figure 5 : Porte Bab Lamer (Fès, Maroc).
Légende Jambage dextre après restauration. Négatif NB sur plaque de verre.
Crédits Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, EC-07-10-14-04.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/3464/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 896k
Titre Figure 6 : Porte Bab Lamer (Fès, Maroc).
Légende Décor supérieur dextre de la façade principale avant restauration. Négatif NB sur plaque de verre.
Crédits Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, EC-07-10-14-10.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/3464/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Figure 7 : Porte Bab Lamer (Fès, Maroc).
Légende Partie dextre de la façade principale en cours de restauration. Négatif NB sur plaque de verre.
Crédits Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, EC-06-10-14-01 (détail du cliché).
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/3464/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 8 : Mosquée Djama al-kabir (Fès, Maroc).
Légende Face est du minaret en cours de restauration. Négatif NB sur plaque de verre.
Crédits Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, EC-19-11-14-08.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/3464/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre Figure 9 : Mosquée Djama al-kabir (Fès, Maroc).
Légende Face est du minaret après restauration tiré de Les mosquées de Fès et du nord du Maroc, planches préparatoires. Épreuve NB contrecollée sur papier.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/3464/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Figure 10 : Mosquée Djama al-kabir (Fès, Maroc).
Légende Face sud avant restauration. Épreuve sépia contrecollée sur papier.
Crédits Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 251 IFA 42/18, album vert p. 26.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/3464/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Figure 11 : Mosquée Djama al-kabir (Fès, Maroc).
Légende Face sud en cours de restauration. Épreuves NB et sépia contrecollées sur papier.
Crédits Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 251 IFA 42/18.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/3464/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Figure 12 : Mosquée Djama al-kabir (Fès, Maroc).
Légende Face sud après restauration. Négatif NB sur plaque de verre.
Crédits Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, EC-20-11-14-14.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/3464/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Titre Figure 13 : Mosquée Djama al-kabir (Fès, Maroc).
Légende Coupole de l’anaza. Négatif NB sur plaque de verre.
Crédits Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, EC-16-10-14-13.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/3464/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 14 : Porte Bab Merrah (Meknès, Maroc).
Légende Plans, élévations (état avant restauration et projet de restitution). Crayon sur papier.
Crédits Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 251 IFA 30/4.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/3464/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 15 : Palais du sultan (Tanger, Maroc).
Légende Stucs découverts en marge des travaux menés en 1931-1932. Négatif NB sur plaque de verre.
Crédits Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, EC-16-10-14-13.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/3464/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre Figure 16 : Palais du sultan (Tanger, Maroc).
Légende Vue en perspective de la petite koubba. Crayon gras sur papier.
Crédits Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle. Feuille isolée du fonds Maslow cotée 251 IFA 30/1, à rapprocher du rapport 251 IFA 42/1.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/3464/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Figure 17 : « Rapport sur l’inspection au palais du Sultan à Tanger » (Tanger, Maroc), p. 26.
Légende Coupe sur la petite koubba. Texte dactylographié sur papier et tirage réduit d’un relevé.
Crédits Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 251 IFA 42/1.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/3464/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 18 : Mosquée Machan (Fès, Maroc).
Légende Travaux dans la zone du mihrab. Négatif NB sur plaque de verre.
Crédits Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, VB-04-03-15-02.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/3464/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 19 : Mosquée Djama Abou al-Hassan (Fès, Maroc).
Légende Mihrab avant son intervention. Négatif NB sur plaque de verre.
Crédits Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, EC-04-11-14-01.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/3464/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1016k
Titre Figure 20 : Mosquée Djama Abou al-Hassan (Fès, Maroc).
Légende Mihrab en cours de dégagement. Négatif NB sur plaque de verre.
Crédits Source : Paris (France), Fonds Maslow. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, EC-04-11-14-02.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/3464/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 737k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Déléry et Vlada Boussyguina, « Penser la restauration des monuments historiques au Maroc dans les années 1920-1940 », ABE Journal [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 27 septembre 2017, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://abe.revues.org/3464 ; DOI : 10.4000/abe.3464

Haut de page

Auteurs

Claire Déléry

Conservatrice du patrimoine, Musée national des arts asiatiques – Guimet, Paris, France

Vlada Boussyguina

Responsable de classements d’archives, Centre d’archives d’architecture du xxsiècle, Paris, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue ABE Journal est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo In Visu
  • Revues.org