Navigation – Plan du site
Dossier : Paradoxical Southeast Asia

Éditorial: au-delà des paradoxes de l'Asie du Sud-Est

Caroline Herbelin
Cet article est une traduction de :
Editorial: Paradoxical Southeast Asia

Texte intégral

Je remercie Hazel Hahn et Vimalin Rujivacharakul qui sont à l’origine du thème de ce numéro spécial en ayant initié ces discussions sur le local et le global en Asie du Sud-Est coloniale et postcoloniale.

  • 1 Le terme d’Asie du Sud-Est apparaît avant la Seconde Guerre mondiale, mais il restait très imprécis (...)
  • 2 Traduction de lauteur, « For more than two millenniums of urban history, cities in this region hav (...)

1L’Asie du Sud-Est est un espace caractérisé par son extrême diversité. Cette région, aux contours longtemps mal définis et dont le nom lui-même n’a été popularisé qu’au moment de la Seconde Guerre mondiale1, est déterminé non par son unicité culturelle comme ses grands voisins du monde chinois et indien, mais par sa position au carrefour de grandes routes commerciales depuis au moins le début du 1er millénaire de notre ère. Cet angle de l’Asie est culturellement perçu comme un creuset, un espace ouvert à d’intenses hybridations mais qui a toutefois su garder à travers les âges des caractéristiques intrinsèques, paradoxe que résume ainsi Johannes Widodo : « Pendant plus de deux mille ans d’histoire urbaine, les villes de cette région ont démontré leur capacité à préserver leurs éléments fondamentaux et leurs modèles morphologiques originaux. Ses caractéristiques dynamiques et pérennes sont le mieux décrites par un processus incessant de sédimentations, de transformations et d’hybridations2». L’histoire de l’architecture en Asie du Sud-Est a ainsi été décrite comme un mouvement oscillatoire paradoxal et incessant entre le local et le global.

  • 3 En simplifiant à l’extrême : chinoise, arabe, perse et indienne anciennes auxquelles se sont ajouté (...)
  • 4 Kelly Shannon, « Beyond Tropical Regionalism : The Architecture of Southeast Asia », in Elie G. Had (...)
  • 5 Rem Koolhaas et Bruce Mau, « Singapore Songlines: Thirty Years of Tabula Rasa: Reconstruction », in(...)
  • 6 Philip Goad, « New Directions in Tropical Asian Architecture », in Philip Goad, Patrick Bingham-Hal (...)

2La morphologie de l’environnement bâti en Asie du Sud-Est est couramment présentée comme le résultat d’influences successives exercées par les cultures qui sont entrées en contact avec cette région3. « Sédimentaire » (layered en anglais) est le mot qui revient le plus souvent pour qualifier l’architecture des villes sud-est asiatiques. Si ce terme est utile pour penser la diversité du bâti et donner une profondeur historique aux paysages des grandes villes de cette région, il entretient néanmoins une ambiguïté épistémologique. Il sous-entend une progression linéaire et téléologique vers une hybridation qui s’intensifierait au fur et à mesure de l’intégration de cet espace dans une mondialisation grandissante. Ceci va de pair avec une vision verticale de ces hybridations : un substrat « local » serait modifié par des vagues d’influences exogènes et cumulatives et risquerait au final d’être enfoui ou perdu lors des développements les plus contemporains des paysages des grandes villes d’Asie du Sud-Est. Cette ambiguïté laisse, volontairement ou non, un espace pour des interprétations partielles voire superficielles, particulièrement répandues dans la doxa. Elles voient le développement des métropoles du Sud-Est asiatique comme une transformation inéluctable en villes « génériques » qui, pour faire partie du club des grandes cités globales font appel à des firmes architecturales étrangères pour se mettre au diapason de la corporate architecture internationale, en perdant ainsi toute authenticité4. Exemplaire est de ce point de vue l’essai resté célèbre de l’architecte Rem Koolhaas qui présente l’engagement de Singapour dans le paysage mondial comme une condamnation à être perpétuellement moderne après voir fait table rase de son passé5. Autrement dit, de par leur porosité aux influences étrangères, dans les grandes villes du Sud-Est asiatique, le « global » finirait par englober le local. Dans cette optique, même les tentatives de mise en valeur du local sont soupçonnées de se positionner par rapport à un marché mondial dominé par des normes occidentales. Ainsi par exemple, Philip Goad regrette que la complexité du régionalisme tropical dans ces territoires soit trop souvent réduite à une architecture de resort touristique destinée aux touristes étrangers et aux expatriés6.

3Les textes rassemblés ici proposent une approche bien différente en déconstruisant l’apparente tension entre le local et le global qui est habituellement associée à l’histoire architecturale de l’Asie du Sud-Est. Ces quatre articles déjouent le flou méthodologique qui entoure l’étude des hybridations (dont on constate souvent les traces formelles sans véritablement en analyser la genèse en profondeur) en se concentrant précisément sur leur contexte de production. Plutôt que penser en terme d’influences (ce qui connote un mouvement unilatéral), les auteurs s’intéressent plutôt aux interactions et aux situations de contact qui ont généré ces formes syncrétiques. Cette attention méticuleuse aux terrains producteurs de ces architectures déplace la focale de l’analyse, non pas avec un regard myope qui, dans une quête vaine, chercherait à trouver dans l’hybride ce qui relève des racines du « local », mais plutôt avec l’intention de redonner toutes les dimensions des échanges (politiques, culturelles, identitaires, économiques, sociales, esthétiques et techniques) qui se sont joués dans ces architectures hybrides. En traquant précisément les fils qui tissent ces hybridations, ces analyses fines dévoilent des circulations multiscalaires et emboîtées. En effet, les dynamiques du contact à l’œuvre dans les bâtiments étudiés s’inscrivent dans des espaces variés qui ne peuvent se réduire à deux niveaux, local et global : leurs cercles de référence est variable, et ce de manière parfois différente au sein d’un même bâtiment selon les éléments considérés sans que cela soit contradictoire. Par ailleurs, ces dynamiques ont leurs temporalités propres et ne peuvent s’accommoder des ruptures chronologiques habituellement admises (notamment entre le colonial et le postcolonial). Cette approche a pour avantage de ne pas présupposer par avance des causalités occidentalocentrées auxquelles invitent trop systématiquement des interprétations téléologiques de l’histoire des hybridations architecturales dans des terrains qui, comme l’Asie du Sud-Est, ont connu la domination coloniale au xixe et au xxe siècle.

  • 7 Anthony King, The Bungalow: The Production of a Global Culture, New York, NY: Oxford University Pre (...)

4Dans le premier article de ce dossier, Imran bin Tajudeen s’intéresse aux maisons coloniales-vernaculaires au xixe siècle en Malaisie britannique (actuelle Malaisie et Singapour) et à Java (Indonésie) alors sous domination hollandaise. Les études consacrées à cette région sont dédiées généralement soit à l’architecture vernaculaire soit à l’architecture coloniale, mais croisent rarement les deux domaines, et dans cette dernière catégorie, l’architecture de la colonie britannique et celle de la colonie hollandaise sont étudiées séparément. En dépassant ces divisions habituelles de l’historiographie et tout en traçant les évolutions typologiques de ces maisons et l’histoire de leur nomenclature, l’auteur dévoile un réseau d’échanges régionaux complexes et démontre que ces maisons ne peuvent être réduites à de simples imitations d’architectures européennes. Cet article peut être lu comme adoptant une démarche en miroir à celle d’Anthony King dans son ouvrage sur les bungalows qui analyse l’appropriation des formes vernaculaires par les Anglais7. Ici l’auteur s’intéresse à la réception des formes coloniales au niveau local et démontre que le vernaculaire a interagit très tôt avec celles-ci. Ceci lui permet par ailleurs d’établir que certaines formes habituellement attribuées à des influences britanniques ou néerlandaises sont en réalité vernaculaires.

5C’est aussi grâce à une enquête minutieuse sur les formes qu’Hazel Hahn revisite l’histoire de l’architecture moderniste à Saigon (actuelle Hô Chi Minh Ville) au Vietnam. Dans son article, elle analyse un phénomène particulier : la concentration exceptionnelle d’immeubles d’angles en rotonde dans la ville. Elle considère l’histoire de ces édifices sur le temps long, depuis le xixe siècle jusqu’à aujourd’hui, en étudiant le développement de cette forme au-delà des ruptures historiques qui segmentent habituellement l’analyse de l’architecture de la ville. Ainsi par exemple, elle met en avant l’importance des architectes vietnamiens dans la construction de ces bâtiments, à la fois pendant la période coloniale et postcoloniale. L’auteur démontre ainsi comment ces immeubles d’angles ne peuvent être pensés comme de simples copies de leurs équivalents Art déco parisiens. Elle interprète la pérennité de cette typologie comme le résultat de dynamiques internes à la ville et non uniquement comme le fruit de transferts exogènes.

6Dans le troisième article du dossier, Roger Nelson présente un autre exemple d’architecture moderniste qui ne peut être uniquement pensé comme l’expression de standards architecturaux internationaux. L’objet central de l’analyse est le stade de Phnom Penh (officiellement nommé « complexe sportif national ») conçu par Vann Molyvann en 1964. Bien que le stade ait été construit avec l’aide d’experts étrangers et que l’initiateur de ce chantier, le Prince Sihanouk veuille l’inscrire dans une modernité qui puisse clairement rivaliser avec les grands chantiers de la scène internationale, l’auteur affirme la nécessité d’une lecture du bâtiment dans sa dimension domestique et régionale. Là encore, cette approche révèle des logiques inattendues qui brouillent les divisions habituelles. Ainsi, pour Vann Molyvann, l’architecture modulaire renvoie à l’architecture japonaise autant qu’au style international et l’élévation du bâtiment sur pilier évoque l’architecture vernaculaire du sud-est asiatique autant que les pilotis corbuséens. La référence au domestique s’articule à plusieurs niveaux avec la dimension internationale et moderniste de l’édifice. Ce « syncrétisme discursif » comme le nomme l’auteur, se retrouve à la fois dans les références visuelles, dans l’organisation spatiale et dans le mode de financement de l’ensemble architectural sans que cela soit contradictoire. Pour le comprendre il est important de replacer, comme le fait l’article, ce programme de construction dans le contexte politique de l’époque : il s’inscrit de manière symbolique dans la politique de « neutralité » et d’affirmation d’un état national moderne prônée farouchement par Sihanouk à l’heure des indépendances et de la guerre froide.

7La dimension politique est également au cœur du dernier article de ce dossier où Sarah Moser et Alyssa Shamsa Wilbur présentent le cas de l’architecture des îles Riau (Indonésie). Depuis le milieu des années 2000, l’élite malaisienne a lancé dans cette province un vaste programme de renouveau de l’identité malaise, notamment grâce à l’architecture officielle, afin de légitimer son pouvoir au dépend des groupes ethniques minoritaires pourtant présents depuis longtemps sur ces îles. L’appréhension du phénomène d’hybridation est ici différente par rapport aux autres articles, puisqu’à première vue, on est en présence d’une architecture qui affiche son unicité et son caractère « local » au visiteur. Mais les recherches des auteurs établissent l’existence de processus syncrétiques à l’œuvre derrière ce nouveau paysage architectural qui relève de l’invention de la tradition. Son élaboration procède par élimination de traits culturels appartenant à des communautés marginalisées par le pouvoir et par l’emprunt à l’architecture de l’Asie du Sud, du Moyen-Orient, de l’Europe ainsi qu’à d’autres régions de l’Indonésie. Le syncrétisme issu du multiculturalisme des îles Riau, qui prévalait dans l’environnement bâti avant la politique de décentralisation est donc en train, en somme, d’être remplacé par un autre syncrétisme, sélectif et formaté selon l’interprétation de l’identité malaise faite par l’État.

Haut de page

Notes

1 Le terme d’Asie du Sud-Est apparaît avant la Seconde Guerre mondiale, mais il restait très imprécis et peu usité. C’est avec qu’il devient un concept géographique répandu. Voir Donald K. Emerson, « “Southeast Asia”. What’s in a Name », Journal of Southeast Asian Studies, vol. 15, n° 1, mars 1984, p. 1-21. L’Asie du Sud-Est compte aujourd’hui onze Etats : la Birmanie, le sultanat de Brunei, le Cambodge, l’Indonésie, le Laos, la Malaisie, les Philippines, Singapour, la Thaïlande, le Timor oriental, le Vietnam.

2 Traduction de lauteur, « For more than two millenniums of urban history, cities in this region have been demonstrating their ability to preserve primary elements and basic morphological patterns. Never ending processes of layering, transformations, and hybridisation, is probably the best way to describe its dynamic and sustainable characters » dans Johannes Widodo « Morphogenesis and Hybridity of Southeast Asian Coastal Cities », in Rahil Ismail, Brian Shaw et Ool Giok Linh, Southeast Asian Culture and Heritage in a Globalising World. Diverging Identities in a Dynamic Region [1ère édition 2009], Burlington, VT : Ashgate, 2016 (Heritage, culture and identity), p. 79-92, p. 81.

3 En simplifiant à l’extrême : chinoise, arabe, perse et indienne anciennes auxquelles se sont ajoutées les cultures espagnole, portugaise, néerlandaise, anglaise, française et américaine pendant développement des empires occidentaux.

4 Kelly Shannon, « Beyond Tropical Regionalism : The Architecture of Southeast Asia », in Elie G. Haddad, David Rifkind et Peter L. Laurence (dirs.), A Critical History of Contemporary Architecture : 1960-2010, Burlington, VT : Ashgate, p. 359-377, p. 369.

5 Rem Koolhaas et Bruce Mau, « Singapore Songlines: Thirty Years of Tabula Rasa: Reconstruction », in Rem Koolhaas et Bruce Mau, S,M,L,XL [2nde édition], New York, NY: The Monacelli Press, 1998, p. 1008-1089.

6 Philip Goad, « New Directions in Tropical Asian Architecture », in Philip Goad, Patrick Bingham-Hall et Anoma Pieris (dirs.), New Directions in Tropical Asian Architecture, Clarendon, VT: Tuttle, 2014, p. 9-20, p. 18-19.

7 Anthony King, The Bungalow: The Production of a Global Culture, New York, NY: Oxford University Press, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Herbelin, « Éditorial: au-delà des paradoxes de l'Asie du Sud-Est », ABE Journal [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 05 octobre 2017, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://abe.revues.org/3728

Haut de page

Auteur

Caroline Herbelin

Maître de conférences, FRAMESPA, Université Toulouse-Jean Jaurès, Toulouse, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue ABE Journal est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo In Visu
  • Revues.org