Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lectures

G. A. Bremner, Imperial Gothic. Religious architecture and High Anglican Culture in the British Empire c. 1840-1870

New Haven and London : Yale University Press, 2013
Alice Thomine-Berrada
Référence(s) :

G. A. Bremner, Imperial Gothic. Religious architecture and High Anglican Culture in the British Empire c. 1840-1870, New Haven and London : Yale University Press, 2013

Texte intégral

  • 1 Roger Dixon et Stefan Muthesius, Victorian Architecture. With a short dictionary of architects and (...)

1Il convient de saluer sans ambages cet ambitieux ouvrage qui aspire conjointement à renouveler notre appréhension du phénomène néo-gothique et à enrichir notre compréhension des architectures dites « coloniales ». En terme méthodologique, le dessein de l’auteur est principalement et très clairement explicité à la fin de l’ouvrage dans le très intéressant essai bibliographique, qui vient, suivant une solution éditoriale originale mais bienvenue, clore l’étude et lui donner sa profondeur historiographique. G. A. Bremner a souhaité en effet adopter le cadre conceptuel de la « New British History » adopté par les historiens de l’empire britannique depuis les écrits novateurs du spécialiste d’histoire politique J. G. A. Pocock dans les années 1970. Cette nouvelle histoire, en rupture avec les approches historiques traditionnelles séparant l’Angleterre, l’Ecosse, l’Irlande et les colonies, a pour spécificité de considérer l’ensemble de l’Empire comme un objet global. Bremner propose dans cet ouvrage d’adopter cette méthode à l’histoire de l’architecture suivant une démarche comparable à celle de Michaël Port qui avait dans son Imperial London : Civil Government Building in London de 1995 (New Haven and London : Yale University Press) démontré la dimension impérialiste des constructions gouvernementales dans la capitale anglaise. Pour développer à l’échelle géographique dilatée de l’Empire britannique son enquête architecturale de façon réaliste, Bremner a restreint son étude à une typologie particulière, celle des bâtiments édifiés par l’Église anglicane. Ce choix qui confronte l’auteur à une production architecturale au lourd impact politique et symbolique lui permet de mener une réflexion mêlant intimement analyse matérielle des édifices, étude des acteurs, architectes ou hommes d’église, et histoire de la pensée religieuse comme des théories architecturales. On sait en effet que l’Église anglicane bénéficie au XIXe siècle d’un extraordinaire élan de renouveau, en réaction au positivisme du siècle des Lumières et à la montée de l’industrialisation. On sait aussi qu’elle est alors particulièrement fragilisée par la progression du catholicisme qui acquiert le droit en 1829 d’édifier de nouveaux lieux de culte, ainsi que par des tensions internes opposant son aile évangélique, fidèle à l’héritage réformé, et son aile anglo-catholique voulant renouer avec les racines romaines et catholiques de leur histoire. Ces tensions furent particulièrement stimulantes pour l’architecture puisque les théologiens désireux de rapprocher leur religion du passé catholique médiéval, si actifs en terme d’écrits qu’ils furent surnommés « tractarians », s’employèrent à donner à leur aspiration un contenu architectural en parfait accord symbolique avec leurs convictions spirituelles, en l’occurrence le modèle gothique. Ce High Church Mouvement se traduisit dans la seconde moitié du XIXe siècle par une intense production architecturale : l’Église anglicane fit construire pas moins de 100 églises par an de 1840 jusqu’à la fin du siècle1.

2L’auteur justifie également son approche dans sa conclusion en dénonçant les limites de l’analyse structuraliste des études post-coloniales et son désir de s’en démarquer en recourant à des méthodes d’analyse historique positives. La démarche de l’auteur est en effet une histoire solidement chronologique et factuelle, de la commande architecturale, qui part du profil des commanditaires, de leurs idéologies et de leurs réseaux, pour expliciter leur relation avec le milieu architectural et la dimension esthétique et spatiale des édifices qu’ils ont financés. A cet égard, l’auteur est aussi l’héritier inconscient des grands intellectuels de la pensée structuraliste, qui ont montré le poids des relations, des héritages et des filiations. S’appuyant de façon très sérieuse sur les nombreux travaux des historiens anglais sur la religion et l’architecture religieuse, comme sur la relecture des publications d’époque et l’analyse de nouvelles sources d’archives, l’enquête de l’auteur se distingue aussi par l’application avec laquelle celui-ci a parcouru le monde pour aller traquer dans les anciennes colonies britanniques l’objet de son étude, sans a priori esthétique, à la recherche de la petite église de fortune comme de la prestigieuse cathédrale. La période considérée, relativement courte, trente années (1840-1870), témoigne également de la précision de l’auteur, soucieux de commencer avec un évènement historique majeur, la création du Colonial Bishoprics’ Fund en 1841 qui permit financièrement à l’église anglicane de se lancer dans l’érection de nouveaux lieux de culte dans les colonies et de terminer dans les années 1870, lorsque ces grands chantiers, confrontés à la diversité des lieux et des pensées, perdirent de leur unité, dans un mouvement comparable à celui du Gothic Revival qui s’essouffle alors dans la métropole, pour laisser place à l’éclectisme.

3La réflexion de l’auteur s’organise en 7 parties chronologico-thématiques. La première est consacrée aux premiers chantiers qui suivirent la création du Colonial Bishoprics’ Fund. L’exemple passionnant de la Nouvelle-Zélande où le premier évêque George Augustus Selwyn, soutenu par la Cambridge Camden Society, chercha à appliquer le modèle anglo-normand qui leur semblait proche de la simplicité et de la rudesse de l’art Maori montre la diversité des modèles possibles au tout début de cette expérience. La deuxième partie est consacrée à la typologie prestigieuse de la cathédrale, centre du système diocésain. Y sont évoquées les plus grandes figures de l’architecture anglaise de l’époque de William Butterfield à George Gilbert Scott qui trouvèrent dans les colonies l’opportunité de réaliser cet ambitieux programme dont la métropole était déjà dotée. La réactivité des architectes londoniens à concevoir plans et croquis est fascinante même si on aimerait en savoir plus sur leur présence sur place et leur connaissance des conditions locales. L’auteur consacre ensuite une belle étude à la nécessaire adaptation des modèles vantés par l’Église anglicane aux nécessités locales, principalement climatiques, l’humidité, la chaleur ou encore le froid. Dans sa quatrième partie, qui poursuit les problèmes évoqués dans le précédent chapitre, l’auteur développe une étude symbolique et politique de ces édifices, explorant les liens complexes entre style , identité et idée nationale : comment concrétiser architecturalement l’esprit britannique, l’Englishness qui se définit justement par la singularité du pays, dans un ailleurs géographique ? Le chapitre suivant s’intéresse aux conflits internes ou externes rencontrés par l’Église anglicane qui furent une importante stimulation pour cette vaste campagne architecturale. Ainsi comme en métropole, les catholiques romains ont-ils essayé de se placer à l’avant-garde la pensée religieuse par des réalisations architecturales novatrices ainsi qu’en témoignent les réalisations d’Augustus Pugin pour le premier évêque catholique de Tasmanie, R. W. Wilson. Peut-être un tout petit peu moins méthodologiquement défini, le chapitre suivant explore la façon dont l’ Église anglicane développe dans l’ensemble de l’Empire un réseau d’édifices certes harmonieux mais aussi inévitablement très différents, conformément à une diversité appelée à faire éclater cette unité sous la pression des conditions locales, de l’évolution spirituelle et du goût. Pour finir, l’auteur revient en métropole pour explorer la façon dont l’expérience de l’empire britannique a pu en retour marquer le territoire anglais. L’auteur y étudie non seulement des édifices influencés stylistiquement ou iconographiquement par les réalisations coloniales mais montre aussi de quelle façon l’expérience de l’Empire britannique a constitué un modèle pour le développement de l’Église anglicane dans des parties mal loties de la métropole. Le propos de l’auteur, rigoureux et passionnant, qui mêle histoire architecturale et histoire des religions, est par ailleurs très bien servi par une riche illustration de qualité qui mêle documents d’archives, dessins, portraits et d’excellentes photographies anciennes ou contemporaines des édifices, qui montre parfaitement la tension entre l’unité du projet intellectuel de l’Église anglicane et la nécessaire diversité de la production architecturale, ce qui conforte parfaitement les fines analyses faites par l’auteur dans ce domaine. Il convient également de saluer le très utile index qui non seulement répertorie noms de lieux et de personnes mais propose aussi des entrées thématiques. Pour finir, deux souhaits, qui ne sont pas des regrets car il est impossible de tout dire au risque de se perdre. Cette étude pourrait probablement être encore enrichie par un regard encore plus large ; en effet par sa démarche méthodologique même et la définition d’un corpus restreint, celui de la production de l’Église anglicane, cet ouvrage dont la principale ambition est de décloisonner l’histoire coloniale reste finalement circonscrit à un monde anglais ou sous influence anglaise, alors qu’on sait à quel point le phénomène d’hybridation, de mélange des cultures locales mais aussi européennes au pluriel, ainsi que les échanges d’expérience entre pays colonisés ont enrichi l’architecture coloniale. Même si il est probable que les édifices coloniaux de l’Église anglicane aient finalement été peu influencés par ces phénomènes, ceux-ci pourraient être replacés dans une perspective élargie, comme l’auteur le fait lorsqu’il évoque le projet d’église commémorative de la guerre de Crimée à Constantinople imaginé par William Burges. Pour finir, le lecteur aimerait savoir plus précisément ce qu’est devenu matériellement ce patrimoine aujourd’hui et connaître la valeur symbolique qu’il détient dans le monde contemporain mais il s’agit là d’une autre enquête.

Haut de page

Notes

1 Roger Dixon et Stefan Muthesius, Victorian Architecture. With a short dictionary of architects and 250 illustrations, [1ere édition 1978], Londres : Thames and Hudson, 1985 (World of art), p. 193.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Thomine-Berrada, « G. A. Bremner, Imperial Gothic. Religious architecture and High Anglican Culture in the British Empire c. 1840-1870 », ABE Journal [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 22 août 2017. URL : http://abe.revues.org/616

Haut de page

Auteur

Alice Thomine-Berrada

Conservateur, Musée d’Orsay, Paris, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue ABE Journal est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo In Visu
  • Revues.org