Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lectures

George Arbid (ed.), Architecture from the Arab World 1914-2014 (a Selection)

Manama : ministère de la Culture (Royaume du Bahreïn) ; Beyrouth : Arab Center for Architecture, 2014
Leïla el-Wakil
Référence(s) :

George Arbid (ed.), Architecture from the Arab World 1914-2014 (a Selection), Catalogue de l'exposition « Fundamentalists and Other Arab Modernisms » présentée par le Bahreïn à la 14e exposition internationale d’architecture de La Biennale de Venezia – Arsenale (7 Juin-27 novembre 2014), Manama : ministère de la Culture (Royaume du Bahreïn) ; Beyrouth : Arab Center for Architecture, 2014

Texte intégral

1Tiré à 40 000 exemplaires, mis gracieusement à la disposition du public de la 14e Biennale d’Architecture de Venise qui visitait le Pavillon du Bahreïn, l’ouvrage de grand format occupait les rayonnages de la bibliothèque de bois blond cylindrique, inventée par Bernard Khoury dans l’une des nefs de l’Arsenal. La scénographie, se jouant de l’ombre et de la lumière, faisait forte impression, attirant les visiteurs dans l’enceinte de bois, qualifiée par certains de Tour de Babel. Tout un chacun pouvait prendre place autour d’une immense table circulaire, équipée d’écouteurs, et sur le plateau de laquelle s’affichait une carte du monde arabe localisant les 100 bâtiments-phares de la modernité arabe sélectionnés. Pour illustrer la diversité politique et géographique et le caractère hétérogène de cette partie du monde, des écouteurs dispensaient les textes des hymnes nationaux des 22 pays de la Ligue arabe, récités en arabe puis dans leur traduction anglaise par un comédien.

2La catalogue Architecture from the Arab World 1914–2014 (a Selection) édité par George Arbid, professeur associé d’histoire de l’architecture à l’Université Américaine de Beyrouth et fondateur du Arab Center for Architecture, a de grandes ambitions puisqu’il tente de récapituler cent ans d’architecture dans le monde arabe en présentant 100 bâtiments construits, des Galeries de France en Algérie, projetées par Henri Louis Paul Petit (1914), au projet de Dar al Riffa al Odah à Riffa au Bahreïn du bureau Kersten Geers David van Severen (2014). Malgré son caractère arbitraire et non exhaustif la sélection a le grand mérite de donner à voir au public un éventail de réalisations encore fort peu connues dans le monde occidental. L’ouvrage se présente comme un catalogue de fiches, suivi de textes introductifs ou de synthèses. Chaque bâtiment est illustré par une page recto-verso comprenant des dessins du projet et des photographies noir/blanc ; il est attribué, daté et localisé. De brèves légendes commentent les images. Le classement chronologique préside à l’organisation des fiches. On ne peut que saluer ce travail d’inventaire reposant sur la collecte de sources qui marque le début d’un vrai travail systématique et scientifique sur un patrimoine dont il s’agit encore, pour certains pays, d’écrire l’histoire.

3L’architecture du monde arabe est ensuite présentée selon un découpage obéissant à différentes sphères culturelles et géographiques que sont le Maghreb arabe (Maroc, Algérie, Tunisie, Lybie, Mauritanie), l’Afrique de l’Est arabe (Soudan, Somalie), l’Égypte, le Levant arabe ou Mashrek (Jordanie, Liban, Territoires palestiniens et Syrie), l’Irak, la péninsule arabique (Oman, Yémen, Koweït, Qatar, Arabie Saoudite, Émirats arabes unis) et Bahreïn. Plusieurs spécialistes ont été approchés pour rédiger des textes de synthèse, parfois une brève introduction dans un terrain encore à défricher, publiés en version bilingue anglais-arabe. Si la qualité de ces articles est inégale, tous tentent de présenter l’évolution de l’histoire de l’architecture au cours du siècle écoulé, un siècle marqué en Afrique du Nord, en Égypte et dans les pays du Levant, par les mêmes phénomènes : mainmise coloniale au lendemain de la chute de l’Empire ottoman, cortège de styles néos, indépendance, projet panarabe. Marquée par la tradition de l’architecture tribale des bédouins, la péninsule arabique bascule quant à elle dans la modernité au moment de la découverte des gisements de pétrole à la fin des années 1930. Dans tous les cas, les Occidentaux ont joué un rôle de catalyseur.

4L’architecte et anthropologue Abderrahim Kassou, membre de Casamémoire, impliqué dans la réhabilitation de la médina de Casablanca, expose le cas du Maroc depuis le temps du protectorat franco-espagnol installé en 1912. La mainmise du général Lyautey, assisté de l’urbaniste Henri Prost, dont les projets ont marqué plusieurs villes marocaines comme Casablanca, Rabat, Fès, Meknès et Marrakech, caractérise cette période, tandis que Tétouan, Larache et Mélilla connaissent un développement différent sous influence espagnole. Alors que les années 1950 sont marquées par l’urbanisme de Michel Écochard, les années 1960 voient l’exode des Européens et la marocanisation du Maroc. Jean-François Zevaco (DPLG) se signale par le terminal de l’aéroport Tit Melill, puis la reconstruction d’Agadir aux côtés d’Elie Azagury. Depuis 2000 même si l’architecture marocaine, comme celle du reste du monde arabe, se globalise avec la complicité des starchitectes, de jeunes bureaux marocains se profilent avec des réalisations mieux ancrées comme l’École Supérieure de Technologie de Guelmin (2008-2011) signée par Saad El Kabbaj, Driss Kettani et Mohamed Amine Siana.

5Kassou signe aussi les passages consacrés à l’architecture encore très méconnue de la Mauritanie et celle mieux connue de la Lybie, pays résultant de la réunion sous l’occupation italienne de la Tripolitaine et de la Cyrénaïque.

6L’architecte et historien de l’art, Dr Boussad Aiche, enseignant à l’Université de Tizi Ouzou, retrace le développement de l’architecture en Algérie depuis les constructions de l’époque française en style néo-moresques préconisées par le Gouverneur Jonnart, comme l’illustrent ici les Galerie de France (1914) de l’architecte Henri Louis Paul Petit, jusqu’aux réalisations contemporaines difficiles à qualifier d’une seule étiquette, en passant par l’Art Déco algérien. La modernité fera son apparition dans les années 1950 à travers les réalisations des disciples de Le Corbusier d’une part et dans celles de Fernand Pouillon d’autre part. De ce dernier ce sont les cités de Diar el Mahçoul et Diar es Saada (1954-1955) qui sont particulièrement mises en exergue, tandis que la coupole de l’ancien marché de Sidi Bel Abbes (1955) par Marcel J. Mauri continue de nous étonner. La construction du village Houari Boumédiene (1973-1980) par Ricardo Bofill à Abalda est encore signalée dans le catalogue.

7L’histoire architecturale du Soudan reste à faire, comme le relève les trois auteurs de l’essai qui lui est consacré, Dr Omer S. Osman, professeur honoraire à la Omdurman Ahlia University, Dr Ibrahim Z. Behreldin, professeur assistant à l’Université de Khartoum, et Dr Amira O. S. Osman, professeur à l’Université de Johannesbourg. On comprend l’importance significative sur Khartoum du gouvernorat de H. Kitchener et de son planificateur, W. H. McLean, élève de Ebezener Howard, le chantre des cités-jardins. Dès 1958 et grâce à l’aide américaine, l’autrichien Peter Muller et l’ingénieur Robert Ayoub construisirent plusieurs bâtiments publics (dont le Musée National du Soudan) et immeubles d’appartements. Ce n’est qu’à partir des années 1960 que l’on voit apparaître des architectes soudanais formés en Grande-Bretagne, comme AbdelMonim Mustafa, considéré aujourd’hui comme le père de l’architecture moderne au Soudan et dont le catalogue nous présente le siège de la Banque Arabe pour le développement économique en Afrique (1977-1980).

8L’histoire de l’architecture égyptienne, bien connue grâce aux travaux pionniers de Mercedes Volait, directrice de recherche à l’Institut national d’histoire de l’art (Paris), fait l’objet d’un texte à trois voix, dicté par un découpage chronologique : la spécialiste française présente une synthèse du premier demi-siècle jusqu’au coup d’état de 1952 ; le bloggeur et doctorant Mohamed Elshahed aborde la seconde moitié du xxe siècle, tandis que Dr Khaled Asfour, professeur à la Misr International University, tente d’appréhender l’architecture du xxie siècle. C’est une histoire complexe qui se dessine là. Volait remet en question la fourchette chronologique envisagée et rappelle que la mainmise britannique ne changea pas une tradition déjà vivace dès le début du xixe siècle d’emprunts aux technologiques occidentales innovantes pour l’établissement d’infrastructures. Une production très éclectique devait prendre place dès la fin du xixe siècle, du néo-mamelouk au pharaonisme en passant par un Art déco ornementé. L’architecture de Port-Saïd et la banque Misr (1925) d’Alexandrie dessinée par Giacomo Alessandro Loria illustrent ces tendances. Créée en 1939 par Sayed Karim, la revue al-‘Imara, première revue d’architecture du monde arabe, allait favoriser l’introduction de l’architecture moderne en Égypte. Parallèlement le gouvernement se préoccupait de trouver des solutions de logements à bon marché pour les plus défavorisés des villes et des campagnes, Hassan Fathy se profilant dans ce second créneau. Partant du coup d’état de 1952, Mohamed Elshahed met particulièrement en exergue le travail et l’influence de Sayed Karim, et notamment pour ce qui est du projet de la Cité Nasr (1958), contemporaine de Brasilia ou Chandigarh, tout en mentionnant les oeuvres de Mahmoud Riad (en particulier l’emblématique siège de la Ligue Arabe, dont la somptueuse salle d’assemblée fait la couverture de l’ouvrage) ou de l’ingénieux Naoum Chebib, auteur de nombreux brevets pour des structures en béton armé. Il relève le retour de la question identitaire des années 1970 qui éclaire d’un nouveau jour le travail de Fathy et de son ami Ramsès Wissa Wassef, ainsi que celui d’Abdel Wahid el-Wakil et Abdelhalim Ibrahim Abdelhalim, dont le campus de l’Université américaine au Caire (2008) est ici présenté. Les soubresauts politiques et les difficiles circonstances économiques de l’Égypte du xxie siècle ont eu raison d’un développement linéaire de l’activité architecturale comme le souligne Khaled Asfour qui énumère néanmoins quelques réalisations ambitionnant d’être « durables », dont on ne sait si l’histoire en retiendra la trace.

9George Arbid résume la situation complexe du Levant arabe ou Mashreq, composé aujourd’hui de la Jordanie, du Liban, des Territoires palestiniens et de la Syrie. Le destin de cette région du monde fut scellé au moment de la Première Guerre mondiale avec l’accord Sykes-Picot (1916) et le partage qui en résultat entre l’Empire britannique et la France, ainsi qu’avec la déclaration Balfour (1917) qui préparait la création d’Israël. Traditionnellement au carrefour d’influences diverses, l’architecture libanaise fut caractérisée par la diversité de ses acteurs. Un style orientaliste teinté d’Art Déco marqua le Mandat français (1920-1943), particulièrement visible au centre de Beyrouth dans les maisons en pierre jaune du district Foch-Allenby, dont le bâtiment de la Municipalité et du Parlement. Le Musée national d’Antiquités (1928) fut construit par Pierre Leprince-Ringuet et Antoine Nahas, lauréats d’un concours. L’introduction des premières cimenteries dans les années 1930 bouleversa les techniques constructives et marqua la disparition de la maison traditionnelle à patio et façade à triples baies dès les années 1940. La création après l’Indépendance de 1943 de l’Académie Libanaise des beaux-arts et d’autres écoles d’architecture allait contribuer à la constitution d’une classe d’architectes locaux. Les années 1950 et 1960 marquèrent l’avènement d’une architecture moderne annoncée par la construction pionnière et iconique de l’hôtel St-Georges (1932), la construction hôtelière devant produire plusieurs bâtiments significatifs de la modernité par la suite (Hôtel Phoenicia (1954-1961, Stone, Dagher, Elias), Holiday Inn Hotel (1965-1974, Hindié et Wogensky). En association avec des techniciens et consultants libanais, Alfred Roth et Alvar Aalto construisaient le Centre Sabbag (1967-1970), les Suisses Addor et Julliard le Starco Center (1955-1961), tandis que Karam inventait le Samadi Salha City Center, un théâtre en forme de coquille d’œuf, aujourd’hui dans l’attente de sa restauration. Pour faire contrepied à cette modernité occidentale et sans concession, Michel Écochard, associé à des architectes locaux, contribuait à la dissémination d’un style moderne tenant compte des techniques constructives, des conditions climatiques et des savoir-faire traditionnels. La guerre qui ravagea le pays entre 1975 et 1990 laissa des traces encore visibles dans le tissu urbain de Beyrouth et la reconstruction qui s’en suivit opta soit pour le pastiche et le façadisme comme l’opération Solidère (qu’Arbid ne cite guère), soit pour un modernisme situé, comme l’exemplifient le siège de la Banque Audi par Kevin Dash ou celui de CMA-CGM par Nabil Gholam (2005-2011).

10Arbid passe vite sur la Jordanie, la Palestine et la Syrie, pays dont le patrimoine moderne commence seulement à être étudié.

11Cécilia Pieri, chercheur à l’Institut Français du Proche-Orient à Beyrouth et Dr Ahmed el Sultany, architecte, chercheur et enseignant dans plusieurs universités, signent l’article consacré à l’architecture irakienne. Les villes irakiennes, comme Bagdad, Mossoul ou Kirkuk, demeurèrent des médinas de brique jusqu’à l’occupation britannique (1917-1921), puis l’avènement d’une royauté moderne. La nouvelle organisation administrative et la création d’un poste d’architecte du gouvernement auquel se succédèrent jusqu’en 1940 des architectes britanniques et un Irakien, Ahmed Mukhtar Ibrahim (1936-1940) marqua le paysage urbain de Bagdad. Les bâtiments publics et résidentiels des années 1930 se singularisèrent par un éclectisme conjuguant le néo-classicisme occidental et les influences mésopotamiennes ou islamiques dans lequel la persistance du savoir-faire de la construction de brique survécut. Les années 1940 virent apparaître les premières constructions modernes en béton et à plusieurs étages dans la ville de Bagdad au skyline jusqu’alors bas, duquel seuls les minarets et les dômes de mosquées émergeaient. Le Sofer Building et ses quatre étages (1946) dessiné par le prolifique architecte irakien, Midhat Ali Madhloom, provoqua un choc, tandis que les savoir-faire traditionnels se perdirent progressivement dans les années 1950. La révolution irakienne de 1958 marqua une rupture avec le monde occidental et une occasion d’incorporer le legs de la modernité internationale. Une époque de prospérité économique servie par le pétrole, un nombre grandissant d’architectes irakiens, un respect des traditions constructives locales permirent le développement d’une architecture de qualité en collaboration avec des bureaux internationaux. Le milieu des années 1970 fut marqué par la prolifération de motifs arabisants et islamisants, manière de post-modernisme irakien. La première guerre du Golfe et les sanctions qui s’ensuivirent ainsi que la deuxième guerre et l’occupation dès 2003 obscurcissent l’horizon architectural quand bien même plusieurs projets sont forgés comme le Parlement de Mansour de Zaha Hadid (2011) qui a aussi dessiné la Banque centrale de Jadriya et l’Opéra de Salhiya.

12Ashraf Salama, fondateur du département d’architecture et d’urbanisme de l’Université du Qatar, trace l’évolution de la péninsule arabique. L’époque avant le pétrole (1914-1930) fut marquée par les ancestrales traditions désertiques et tribales, qui permettaient la survie dans un environnement hostile. L’architecture côtière des pêcheurs de perles introduite par les commerçants perses se caractérisait par la présence des tours à vent qui permettaient de rafraîchir les maisons à patio et toit plat habitable, serrées dans un lacis complexe de rues et ruelles de nature à protéger l’intimité des quartiers et des maisonnées. La chute de l’Empire ottoman en 1918 devait marquer l’émergence du pouvoir des villes telles que Jeddah et la constitution de l’Arabie Saoudite qui ne parviendrait pas à conserver son hégémonie sur les sheikhs des régions côtières. Tradition et modernité se côtoient dans des bâtiments tels que le ministère des Affaires étrangères de Riad (1981), ou le TUWAIQ palace 1980-1985. L’architecte jordanien Rasem Badran signe des opérations sensibles comme celle de Qasr el Hokm, revitalisation du centre historique de Riad. Créé en 1961 le Koweït quant à lui s’enorgueillit de constructions telles que le Musée national par Écochard (1983) et l’Assemblée nationale dessinée par Jorn Utzon comme un bazar. S’appuyant sur les théories de l’anthropologue Arjun Appadurai, Salama emprunte aux concepts à la mode de hubs et de « scapes » pour envisager l’explosion architecturale récente signifiée par les gratte-ciel tels que Burg Khalifa, œuvre de Skidmore, Owen & Merill, à Dubaï et la Tour de Jean Nouvel à Doha, les musées de Saadiyyat Island à Abu Dabi, etc. Il revient à Noura al Sayeh, responsable des affaires architecturales au ministère de la Culture de Bahreïn de conclure en remettant en question le développement effréné de Manama et le conflit jamais résolu dans la région entre tradition et modernité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Leïla el-Wakil, « George Arbid (ed.), Architecture from the Arab World 1914-2014 (a Selection) », ABE Journal [En ligne], 6 | 2014, mis en ligne le 30 janvier 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://abe.revues.org/775

Haut de page

Auteur

Leïla el-Wakil

Professeure associée, Unité d’histoire de l’art, université de Genève, Suisse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue ABE Journal est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo In Visu
  • Revues.org