Navigation – Plan du site
Document/Sources

Les autorisations de construire de l’Intendance de Buenos Aires

Building permits issued by the Municipality of the City of Buenos Aires
Thibault Bechini

Entrées d’index

Index de mots-clés :

archives, permis de construire

Index by keyword :

archives, building permit

Indice de palabras clave :

archivos, permiso de edificación

Schlagwortindex :

Archive, Baugenehmigung

Index géographique :

Argentine, Buenos Aires

Index chronologique :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1À Buenos Aires, l’usage du permis de construire est généralisé par l’Ordonnance réglementaire de constructions du 21 juin 1887. Les dispositions contenues dans cette ordonnance forment le règlement de construction auquel doivent désormais se conformer les projets d’édification présentés au Bureau municipal des travaux publics. Auparavant, l’existence d’ordonnances municipales isolées, promulguées dans les années 1870, engageait les constructeurs à demander des autorisations de bâtir uniquement lorsque leurs projets tombaient sous le coup de prescriptions municipales spécifiques, le plus souvent d’ordre sanitaire. On rencontre ainsi quelques permis de construire délivrés antérieurement à la date du 21 juin 1887 ; ces documents concernent surtout des maisons de rapport populaires (casas de vecindad), dont la salubrité est particulièrement contrôlée depuis qu’une épidémie de fièvre jaune a ravagé la ville en 1871. L’ensemble de ces documents est conservé à l’Instituto Histórico de la Cidudad de Buenos Aires. Les boîtes d’archives y sont classées par année et leur contenu signalé de manière générique dans les inventaires. Les autorisations de construire apparaissent dans les boîtes cotées « Habilitación Obras Públicas » (avant 1887) et « Obras Públicas » (à partir de 1887).

Figure 1 : Ordonnance réglementaire de constructions, Buenos Aires, Argentine (1887).

Figure 1 : Ordonnance réglementaire de constructions, Buenos Aires, Argentine (1887).

Source : Buenos Aires (Argentine), Instituto Histórico de la Ciudad de Buenos Aires.

2Le règlement établit la nomenclature selon laquelle doivent être dressés les plans soumis à l’Intendance. Un mémoire explicatif est joint aux plans ; il donne toutes les précisions jugées nécessaires à une bonne compréhension du projet. Les matériaux employés figurent parfois dans le corps de la requête, qui doit être signée par le constructeur, par le propriétaire et, le cas échéant, par l’architecte et l’ingénieur. Les dossiers ainsi constitués sont déposés sous le nom du constructeur, qui s’est préalablement fait enregistrer auprès de l’Intendance de Buenos Aires. Si des rectifications doivent être apportées, le Bureau municipal des travaux publics adresse sa correspondance à l’entrepreneur et non au propriétaire. Les formules utilisées dans la rédaction des mémoires explicatifs sont calquées sur les énoncés contenus dans le règlement de construction. L’adresse liminaire à l’Intendant et la tournure « les soussignés demandent que leur soit délivré le permis de construire afférent à la construction d’une casa de familia [maison individuelle] » ou d’une « casa de departamentos [maison de rapport] », paraissent provenir d’un formulaire proposé par la municipalité aux impétrants dès l’année 1887, mais dont l’usage ne s’est généralisé que dans les années 1890 avec la mise en place d’un document pré-imprimé que les impétrants complètent et sur lequel l’administration reporte ses observations. Les plans joints à la demande d’autorisation ne sont alors plus conservés.

3Les autorisations de construire délivrées par l’Intendance permettent de documenter un secteur de la construction privée souvent négligé par les monographies architecturales consacrées à Buenos Aires : celui de la petite maison individuelle, dont le canevas répétitif, privilégiant les enfilades de pièces, a reçu le surnom populaire de « casa chorizo ». À titre d’exemple, voici les documents qui composent le dossier soumis à l’Intendance de Buenos Aires par Francisco Belosa en mai 1888.

Figure 2 : Dessin de façade joint à la demande d’autorisation déposée par Francisco Belosa en mai 1888.

Figure 2 : Dessin de façade joint à la demande d’autorisation déposée par Francisco Belosa en mai 1888.

Source : Buenos Aires (Argentine), Instituto Histórico de la Ciudad de Buenos Aires.

4En dépit de la richesse ornementale de la façade, le lot dont Francisco Belosa est propriétaire mesure à peine 160 m2. Le logement ne comporte que trois pièces : une salita (14,6 m2), une chambre à coucher (14,6 m2) et une cuisine (10,7 m2). L’exiguïté de l’habitation est révélée par le plan que Francisco Belosa présente à l’administration.

Figure 3 : Plan déposé par Francisco Belosa en mai 1888.

Figure 3 : Plan déposé par Francisco Belosa en mai 1888.

Les trois pièces du logement s’organisent autour d’un patio.

Source : Buenos Aires (Argentine), Instituto Histórico de la Ciudad de Buenos Aires.

5Le mémoire explicatif annexé à la demande comporte la liste des matériaux que le constructeur a l’intention d’utiliser. On y relève l’emploi de matériaux importés : des « tejas francesas » (tuiles françaises) et des « baldosas de Marsella » (carreaux de Marseille).

Figure 4 : Liste des matériaux qui seront utilisés pour la construction de la maison de Francisco Belosa.

Figure 4 : Liste des matériaux qui seront utilisés pour la construction de la maison de Francisco Belosa.

Source : Buenos Aires (Argentine), Instituto Histórico de la Ciudad de Buenos Aires.

6Bien que nous renseignant de manière détaillée sur les logements bâtis à la fin des années 1880, les autorisations de construire ne témoignent cependant pas de la réalité des travaux entrepris : les plans déposés auprès de l’Intendance conservent leur caractère de projets et rien ne dit qu’ils seront exécutés dans leur totalité. Quand, faute de ressources financières, le projet initial d’édification ne peut être mené à son terme, les propriétaires n’hésitent pas à réclamer une réduction des droits à acquitter pour la voirie, calculés proportionnellement au nombre de pièces bâties.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Ordonnance réglementaire de constructions, Buenos Aires, Argentine (1887).
Crédits Source : Buenos Aires (Argentine), Instituto Histórico de la Ciudad de Buenos Aires.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/836/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Figure 2 : Dessin de façade joint à la demande d’autorisation déposée par Francisco Belosa en mai 1888.
Crédits Source : Buenos Aires (Argentine), Instituto Histórico de la Ciudad de Buenos Aires.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/836/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 3 : Plan déposé par Francisco Belosa en mai 1888.
Légende Les trois pièces du logement s’organisent autour d’un patio.
Crédits Source : Buenos Aires (Argentine), Instituto Histórico de la Ciudad de Buenos Aires.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/836/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 4 : Liste des matériaux qui seront utilisés pour la construction de la maison de Francisco Belosa.
Crédits Source : Buenos Aires (Argentine), Instituto Histórico de la Ciudad de Buenos Aires.
URL http://abe.revues.org/docannexe/image/836/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibault Bechini, « Les autorisations de construire de l’Intendance de Buenos Aires », ABE Journal [En ligne], 6 | 2014, mis en ligne le 30 janvier 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://abe.revues.org/836 ; DOI : 10.4000/abe.836

Haut de page

Auteur

Thibault Bechini

Doctorant, CRALMI (Centre de recherche d’histoire de l’Amérique latine et des mondes ibériques), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue ABE Journal est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo In Visu
  • Revues.org